Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un concert pas très classique

Mercredi 8 juillet 2009, Maison Théâtre, PaGAGnini dans le cadre du Festival Juste Pour Rire. Si vous vous attendez à voir un concert de musique classique traditionnel, vous n’êtes pas au bon endroit. Dès l’entrée, des colliers de perles blanches en plastique et des chapeaux de smoking noir sont distribués aux femmes et aux hommes. Le public également n’est pas celui d’un concert de l’OSM, beaucoup de jeunes et surtout des enfants en bas âge.

Chacun des musiciens du quatuor fait son entrée dans la salle avant de monter sur scène sur une version adaptée de la Fantaisie Carmen de Bizet. En effet, le « chef » du quatuor Ara Malikian esquisse quelques pas de danse et joue tel une rock star sur son violon. Qui a dit que la musique classique était austère et trop sérieuse ? Avec les PaGAGnini vous allez entrer dans un univers burlesque qui va de Charlot aux cartoons, un univers drôle et accessible quel que soit votre âge, votre milieu social et vos origines. Les enfants de la salle riaient de bon cœur, entraînant le reste du public avec eux.

Dans ce spectacle, la musique classique est un prétexte pour passer du bon temps. D’ailleurs, le quatuor ne se prive pas d’adapter les pièces classiques jouées en passant par divers courants musicaux tels que le Jazz manouche, le flamenco, le blues, la musique orientale… et un superbe solo de violon interprétant With or Without You de U2. De plus, quatre personnages  vont vous suivre tout au long du show : le « chef » Ara Malikian, le timide un peu naïf Fernando Clemente, le rebelle un peu clown dans l’âme Eduardo Ortega et le contrebassiste grincheux Gartxot Ortiz. Ce quatuor est composé de très bons musiciens qui sont capables de jouer à l’archet mais aussi sans et qui peuvent transformer leurs instruments en percussions voire même en harmonica.

J’ai franchement adoré ce spectacle parce que j’ai ri, que j’ai découvert ou redécouvert des morceaux classiques (astucieusement présentés par la voix de la narratrice) et surtout parce que je n’ai pas vu le temps passer. Le spectacle de 1h30 m’a paru durer 30 minutes. Un spectacle à voir sans modération. Ce spectacle est en supplémentaire du 14 au 19 juillet, à la Maison Théâtre, profitez-en !

Crédit photo : PaGAGnini

Articles similaires

Programmation de la 11e édition de MUTEK

31 mai 2010

Après la célébration grandiose de ses 10 premières années d’existence l’année dernière, le festival de musique électronique MUTEK est de retour cette année avec son lot de surprises, de découvertes et d’excitation. S’adressant à un public souvent plus aguerri que d’autres festivals de musique électronique (terme qui devrait d’ailleurs aujourd’hui pouvoir se raffiner afin de ne pas confondre ceux peu familiers avec cette branche de l’arbre des genres musicaux), cet évènement présente un large...

Destination danse catalogne

5 septembre 2008

Vol direct vers la Catalogne, Destinations : Danse. Du 20 au 30 août dernier était présentée une série de 4 performances de danse contemporaine à l’Agora de la Danse. Retour sur deux des évènements : Bach, créé et interprété par Marìa Muñoz, sur la musique de J.S. Bach, Clavier bien tempéré ; et Mi madre y yo, créé et interprété par Sònia Gómez et Rosa Vicente. Absurdité et relation : Mi Madre y Yo de...

Hed Kandi au Bains Douches

31 mai 2010

Par Michael Chidriac Un des plus grands labels house de Ministry of Sound, Hed Kandi, était de passage à Montréal le samedi 1er mai dernier au tout nouveau Bains Douches (anciennement Tribe). Ayant un son distingué, ce label réussit à produire une multitude de compilations house à chaque année (toutes se vendent à au moins 200 000 exemplaires annuellement). Le nom est une épellation alternative de « head candy », et c’est exactement ce que cette musique est...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.