Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Eurovision, c’est parti

Ce mardi, l’eurovision reprenait avec son lot comme chaque année de grands artistes et de moins grands.

A noter que les québécoises s’y seront illustrées plusieurs fois, on peut donc parler d’un concours québéco-européen. Il aura vu la victoire de Céline Dion en 1988 avec « Ne partez pas sans moi » pour le compte de la Suisse.

Meilleur classement de la France de ses dix dernières années, la québécoise Natasha St-Pier avait permis aux français d’atteindre la 4ème place avec « Je n’ai que mon âme » en 2001.

Cette année, les différents pays ont décidé de présenter leurs favoris avec des styles très hétéroclites.

Par exemple, la République Tchèque et la Belgique (tous deux éliminés lors de la première demi-final ce mardi) avait misé sur le second degré et l’humour. Le premier avait misé sur Super Gipsy, le second sur la résurrection d’Elvis.
Cause perdu, notamment pour le tchèque un peu trop orange…

Mais la compétition devrait se jouer entre un petit groupe de 6 pays, qui ont tous choisis un style très différents.

La France avec la très populaire Patricia Kaas sera bien sûr la grande favorite avec une chanson « S’il fallait le faire » qui fait portée sa voie roque à travers une musique mélancolique. Chanteuse très populaire dans les pays de l’est réussira-t-elle à faire le plein de vote dans ces pays là ?

Face à elle ses concurrents les plus dangereux seront sans doutes la musique jeune et tendance du Playboy Sakis Rouvas grecque, la diva suédoise Malena Ernman qui cartonne dans son pays avec sa musique « The Voice » dans laquelle on retrouve des touches d’Abba, mais aussi le petit jeune norvégien Alexander Rybak, 23 ans, multifonction : chanteur, violoniste, compositeur et acteur qui nous fait penser à Zach Efron et qui pourrait bien ravir le vote européen des jeunes demoiselles en fleur avec « Fairytale« . Né en Bielorussie, il pourrait bien réussir à récupérer de plus les votes de son pays natal.

Mais le plus grand danger pour la française viendra sans aucun doute des plantureuses turques avec à sa tête la très europhile Hadise Açıkgöz (belgo-turc). Très connue en Allemagne, Belgique et dans les pays proche du Bosphore, elle défendra les couleurs de son pays avec la musique très enjouée et endiablée « Düm Tek Tek« .

Réponse ce samedi pour les résultats et le grand vainqueur.
Pour regarder en direct eurovision.tv

En attendant, vous pouvez toujours voire la côte des favoris grâce à l’application de Google, qui vous permet de voir aussi toutes les chansons présentées à l’Eurovision 2009.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Les Grands Explorateurs

20 octobre 2006

Le film Venise la magnifique a lancé la 34e saison des Grands Explorateurs. Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, les Grands Explorateurs projettent chaque année et partout au Québec une série de reportages sur des pays, des régions ou des villes. La particularité de ces films est qu’ils sont commentés en direct par leur réalisateur, ce qui donne l’impression d’écouter un ami racontant son voyage. Dans la pure tradition des Grands Explorateurs,...

Starmania vs Notre Dame de Paris

12 février 2010

Le 1er février dernier l’Orchestre Symphonique de Montréal a présenté Starmania versus Notre-Dame de Paris à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Ce spectacle, mis en scène par Daniel Roussel est entièrement consacré aux grandes chansons de Starmania et de Notre-Dame de Paris, monuments populaires incontournables écrits par Luc Plamondon sur des musiques de Michel Berger et de Richard Cocciante. Ce mélange peut paraître un peu douteux, sachant que, d’une part, ce...

Coup de coeur francophone

27 octobre 2006

Les artistes émergents ont la cote ces temps-ci, et pas seulement dans la grande métropole. À preuve, depuis quatre ans, Rouyn-Noranda (Abitibi-Témiscamingue) présente son propore festival de musique émergante. Des centaines d’artistes en devenir y ont foulé les planches. Évidemment, ce n’est là qu’un exemple, puisque pratiquement toutes les belles régions du Québec immitent maintenant Rouyn. Ceci dit, c’est habituellement dans la métropole que ces artistes se font connaître. Le public suit avec grand...