Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Tout sur les stages à Polytechnique

Le point sur les stages. Quelle est la problématique? Comment en est on arrivé là? Qui sont les intervenants? Des réponses et bien plus encore...

Le mois dernier, en marge d’une entrevue avec Etienne Couture, le président du RéseauIQ, le Polyscope faisait echo à une enquète sur la rémunération des ingénieurs. Selon ladite enquête, l’ingénieur fraichement diplomé en 2006 pouvait gagner entre 38000$ et 58 000$, toutes disciplines confondues.

D’après Gilles Huot, coordonateur de stage au Service de Placement de l’École Polytechnique, si le dossier académique est important, l’expérience l’est tout autant dans la détermination du salaire. Le nombre et la qualité des stages fait pendant les études peuvent facilement faire la différence.

Mais ce n’est pas qu’une question d’argent. En plus d’être la meilleure porte d’entrée dans nombre d’entreprises, les stages permettent d’avoir un levier de négociation pour s’assurer à priori d’avoir des responsabilités et des tâches dans un domaine que l’on apprécie.

Mais comment détermine t’on la qualité d’un stage? Y a t’il un nombre minimal de stage à effectuer pour guarantir un emploi ou un salaire?

Les stages sont aussi un bon moyen de financer son année scolaire, un projet particulier, ou d’avoir une marge de manoeuvre pour le reste de l’année. C’est pourquoi bon nombre d’étudiants veulent un stage souvent en été.

Alors était-ce vraiment necessaire de rendre le stage obligatoire, et en plus de le rendre conditionnelle à la poursuite des études après un certain nombre de crédit? Est ce que les étudiants n’en sont pas pénalisés?

En effet, avec son nouveau Programme De Formation (PDF) instauré en 2005, l’École Polytechnique a rendu obligatoire la poursuite d’au moins un stage après 55 crédits et avant 80 crédits.

Avec cette nouvelle contrainte, l’École s’engageait donc à fournir des offres de stages pour tous les étudiants de 2e et 3e année du nouveau programme en plus des nouveaux diplomés. De plus, rappellons qu’il y a 4 établissements de formation en génie à Montréal (Polytechnique, l’ETS, les facultés de génie de Concordia et de McGill) en plus de nos collègues des universités de Sherbrooke et Laval.

Le service de placement est il en mesure de répondre à une pareille demande dans un contexte québécois où le nombre de moyennes et grandes firmes sont relativement limitées ?

Nous avons tenté d’avoir des réponses de la part du Service de placement, dont la directrice nous a accordé une entrevue. L’association étudiante ne sera pas en reste, puisque nous avons rencontré M. Julien Grenier, Vice-président à l’éducation. Enfin, nous vous présentons deux étudiants de Polytechnique qui ont fait leur stage obligatoire cet été et qui partage leur expérience.

Enfin ce dossier était pour nous un excellent moyen de tester la valeur de la formation à Polytechnique et l’appréciation des employeurs face aux stagiaires de Polytechnique. Nous avons donc interrogé plusieurs employeurs à cet effet qui ont tous louangé la formation dispensée à Poly.

Ainsi dans les prochaines pages, vous serez à même d’avoir une vision globale de la question des stages à l’École Polytechnique.

Un site web vétuste: la faute à qui ?

D’après les informations recueillies auprès de l’AEP et du Service de Placement, RHR Expert est la compagnie à l’origine du système.

En entrevue téléphonique, M. Beaudoin Bergeron, diplômé de génie mécanique à Polytechnique et directeur de RHR Expert nous a confirméque sa compagnie était à l’origine du système utilisé par le Service de Placement.

D’après Mr Bergeron, à la base le système permettait de gérer du multi format mais les formats « rtf » et « txt » utilisés sont le résultat d’un choix stratégique fait par le Service de Placement. Alors que le format « rtf » permet d’envoyer d’un seul bloc tous les cv des demandeurs d’un emploi donné, le format « txt » permet d’uploader les lettres de présentation dans un registre contenant tous les documents du demandeur. Pour M. Bergeron, ces formats ne sont pas archaïques mais sont plus facilement utilisable. Il serait possible d’intégrer d’autres formats comme le « pdf », mais cela demanderait des investissements en recherche, en implémentation et en acquisition de licence que le service de placement n’était pas en mesure de faire.

Le service de placement songerait à migrer vers un système de un envoi – un document, ce qui permettrait de ne pas avoir concaténer toutes les demandes en un seul fichier. L’école Polytechnique est maintenant le seul client en ce qui a attrait à la maintenance informatique de l’entreprise qui a changé de vocation depuis 2003. « Depuis 2003, nous n’avons fait que du recrutement » nous a confié Mr Bergeron. Depuis 5 ans, l’entreprise s’occupe principalement de gestion de carrières et de recrutement d’ingénieurs. D’ailleurs RHR Expert offre ses services de placement aux ingénieurs diplômés depuis plus de 2 ans provenant de plusieurs universités dont l’École Polytechnique. En collaboration avec l’association des diplômés de la Polytechnique, où M. Bergeron est très impliqué, l’entreprise a mis sur pied le portail ADPCarrières qui est « essentiellement » le même concept que celui du Service de Placement; la principale différence est la structure qui dans le cas de ADP Carrières est en php. Aussi suite à une demande de réévaluation du service de placement, RHR Expert aurait proposé de migrer le système actuel d’une architecture en Delphi à du PHP.

AVANT-PROPOS

Le point sur les stages
Quelle est la problématique? Comment en est on arrivé là? Qui sont les intervenants? Des réponses et bien plus encore…

ENTREVUES

L’École s’explique
Entretien avec Mme Maryse Deschênes, directrice du Service des stages et placement.

Le point de vue de l’AEP
Entretien avec Julien Grenier, vice-président à l’éducation de l’AEP

TÉMOIGNAGES

En première année et déjà en stage
Mathieu Gilbert, 1ere année de génie industriel et en stage chez Barrière QMB.

Le génie en milieu hospitalier
Joannie Desroches, 2e année de génie physique et en stage au CHUM.

Mots-clés : Dossier Stage (15)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

PolyBroue

10 septembre 2010

Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler de nous, Polybroue, c’est pas compliqué, le nom le dit. Poly, parce que c’est un produit 100% polytechnicien (et aussi parce qu’à peu près tous les comités de l’école s’appellent Polyquelquechose). Broue... eh bien parce qu’il paraîtrait qu’à la Poly, on aime ça la bière, et surtout la BONNE bière. Finalement, Polybroue brasse de la bière ! Pensez-y deux secondes! Une bière complètement pensée, brassée, fermentée et...

Tout le campus en semaine de l’enviro

21 janvier 2011

UniVertCité, la soeur de PolySphère, vous présente également une semaine de l’environnement du 31 janvier au 4 février. Le déplacement sur le campus en vaut la peine ! www.univertcite.org Waste Land - Documentaire sur l’art Ciné-campus présente dans le cadre de la semaine de l’environnement le documentaire Waste Land de Karen Harley pour lequel elle a reçu plusieurs prix. Ce film dépeint des déchets transformés en oeuvres d’art en banlieue de Rio de Janeiro...

BUSY : on n’a pas fini d’attendre!

27 février 2009

Par David Savoie, journal étudiant de l'ÉTSContrairement à de nombreuses écoles d’ingénierie de la province, l’ÉTS privilégie l’utilisation d’une calculatrice symbolique dans le cadre de ses cours. C’est à la session d’automne 1999 qu’un modèle de la compagnie Texas Instruments (TI-92 Plus ou TI-89) devient obligatoire pour tous les étudiants. En 2002, la TI Voyage 200, qui comporte un clavier QWERTY, fait son apparition à l’ÉTS, elle est depuis largement utilisée dans le cadre...