Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cocktails de la semaine

Et merde, l’Halloween n’est même pas commencé qu’il commence à neiger. Toutefois, une étudiante en échange qui vient souvent au Polyscope m’a dit mercredi que c’était la première fois qu’elle voyait de la neige à Montréal. Crois-moi, ma chère, ça ne sera pas ta dernière… Je ne crois pas que tu seras aussi optimiste quand une tempête couvrira la métropole de 2 pieds de neige. Par ailleurs, ne trouvez-vous pas cela bizarre que les pôles se réchauffent, mais pas le Canada? Mère Nature n’a vraiment pas les priorités à la bonne place. Mais bon, cessons de nous lamenter sur l’éventuelle intempérie qui sévira sur le Québec (dans 3 semaines à en juger le climat lamentable qu’on a eu toute l’année) et concentrons nous plutôt sur le bonheur que nous apporte un bon cocktail tropical.

Funky Express

Commençons par un cocktail assez surprenant et funky, le Funky Express. La préparation se fait directement dans un verre à zombie. Commencez par insérez des glaçons, puis versez dans l’ordre suivant une demie-once de rhum brun, ½ oz de rhum ambré, ½ oz de brandy à l’abricot, ½ oz d’amaretto et finalement, remplissez le verre de jus d’orange. En passant, vous pouvez remplacer un des deux types de rhum par du triple sec. Si vous tenez à décorer votre verre, tâchez de mettre une demi-tranche de citron et une demi-tranche d’orange sur le rebord, ainsi qu’une cerise éperonnée d’un pic et 2 pailles. On surnomme cette décoration « all-dressed », et elle sera utilisée pour tous les autres cocktails présentés dans ma chronique cette semaine.

Yellow Bird

Les serins sont peut-être déjà partis vers le sud, mais vous pouvez toujours vous rabattre sur cet autre oiseau jaune. Dans un shaker, insérez les ingrédients suivants : 1 oz de jus d’orange, 1 oz de jus d’ananas, des glaçons, une cuillère à thé de sucre, ½ oz de rhum brun, ½ oz de crème de banane, ½ oz de brandy à l’abricot et ½ oz de triple sec. Brassez le shaker et filtrez le mélange avec une passoire à glaçons dans un verre à zombie.

Blue Lagoon

Aussi appelé Lagon Bleu, le nom provient du fait que la couleur du cocktail est aussi bleue que la bordure de Word 2007… Il existe deux manières de faire ce cocktail. La première méthode requiert l’usage du shaker : brassez ensemble des glaçons, 1 oz de curaçao bleu (une liqueur d’agrumes de couleur bleue), 1 oz de vodka et ½ oz de jus de citron. Filtrez le mélange avec une passoire à glaçons dans un verre à cocktail. Ici, la décoration all-dressed ne s’applique pas : improvisez alors! La deuxième méthode est la plus sucrée et plus pétillante: directement dans un verre à zombie, insérez beaucoup de glaçons, puis versez 1 oz de curaçao bleu, 1 oz de vodka, 3 oz de 7-Up et ½ oz de jus de citron.

Scorpion

Un cocktail qui a vraiment du piquant (Mathieu, s’il-te-plait, arrête tes jeux de mots poches – Le Scope). Dans un shaker, versez 2 oz de jus d’orange, 1 oz de jus de citron, de la glace, une cuillère à thé de sucre, 1½ oz de rhum ambré et ½ oz de brandy. Brassez le contenu du shaker et versez dans un verre de type highball.

Slow confortable screw up against the wall on the dark side of Mexico city

Et oui, c’est un vrai cocktail, et non une création aléatoire. Chaque segment du nom du cocktail fait référence à un ingrédient, alors il n’est pas si difficile de retenir la recette. La préparation se fait directement dans un verre à zombie et nécessite que l’on mette des glaçons jusqu’à la moitié du verre. Donc, versez ½ oz de sloe gin (« slow »), ¾ oz de Southern Comfort (« comfortable »), du jus d’orange (« screw » : fait référence au cocktail Screwdriver, qui est essentiellement de la vodka avec du jus d’orange), ¼ oz de Galiano (« up against the wall » : fait référence au cocktail Harvey Wallbanger décrit la semaine passée), ¼ oz de Kahlua (« on the dark side ») et ¼ oz de tequila (« of Mexico City »).

Mots-clés : Cocktail Hebdo (13)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.