Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Théâtre : La Peste d’Albert Camus

Nous savons tous qu’au Moyen Âge une terrible épidémie, la peste noire, a ravagé les pays européens. C’est ce mystérieux mal, que les hommes croyaient à jamais disparu, qui ressurgit vers 1940 dans la ville d’Oran. D’abord par les rats morts s’accumulant chaque jour sur les paliers, puis par des fièvres subites emportant inexplicablement voisins et amis, la peste pétrifie d’effroi la ville. Les médecins, comme le personnage principal, le docteur Rieux, se voient vite débordés par le nombre de victimes et doivent demander la fermeture de la ville.

La pièce d’Albert Camus déploie les différentes attitudes des hommes qui vivent dans l’angoisse. Les 5 acteurs communiquent pleinement la douleur, le désarroi ou la simple joie d’oublier un peu la réalité macabre du dehors. La mise en scène de Mario Borges met l’accent sur l’humanité du texte de Camus mais aussi sur l’extrême modernité des individualités que nous voyons évoluer. Comme pour un tsunami, un cyclone, une tempête de verglas ou une canicule, les hommes et les femmes se sentent impuissant vis-à-vis de phénomènes qui les dépassent. Des projections nous rappellent d’une part les événements contemporains où l’Homme prend conscience de sa petitesse mais aussi de sa force intérieure, et d’autre part le refuge que propose la religion, éternelle explication de l’inexplicable. Cette pièce nous donne vraiment matière à réflexion, sur nous mêmes mais aussi sur l’humanité à laquelle nous appartenons. Je tiens spécialement à remercier et à féliciter les acteurs qui ont réussi à nous transmettre un message par leur jeu précis, sincère et émouvant. La mise en scène de Mario Borges a une grande part dans la réussite de la production et donne une version sensible et originale de l’oeuvre.

La peste d’Albert Camus, présentée du 22 octobre au 8 novembre 2008 à la Caserne Letourneux (Théâtre Sans Fil). Lieu : 411 Avenue Letourneux.

Articles similaires

Lucia di Lammermoor : une tragédie shakespearienne à l’italienne

18 juin 2009

L’Opéra de Montréal rabattait le voile de sa 29ème saison avec la présentation de l’œuvre de Puccini, Lucia di Lammermoor, créée en 1835 à Naples (Italie). Acte I. L’histoire se déroule en Écosse à la fin du XVIè siècle. Deux familles rivales, les Ashton, dont le château se situe près de Lammermoor, et les Ravenswood, connaîtront un destin tragique. Lucia Ashton (Eglise Gutierrez) et Edgardo Ravenswood (Stephen Costello) désirent se marier malgré le passé...

Un bal masqué de Verdi – Critique double

28 septembre 2007

La saison des opéras vient de s’ouvrir à Montréal et cette année l’équipe artistique de l’Opéra de Montréal nous propose de découvrir ou redécouvrir pour certains de grands classiques. Le samedi 22 septembre 2007 avait lieu la première d’« Un bal masqué » de Verdi, spectacle auquel j’ai eu la chance d’assister. Je sais que dans la communauté estudiantine, pour beaucoup, l’opéra ne fait pas partie du top 3 des destinations pour se distraire...

Michel Fugain à Montréal

7 novembre 2008

«Fais comme l’oiseau, ça vit d’air pur et d’eau fraîche un oiseau, d’un peu de chasse et de pêche un oiseau, mais jamais rien ne l’empêche l’oiseau, d’aller plus haut !» Pour certains, Michel Fugain et le Big Bazar ont formé leur jeunesse ; pour d’autres, des chansons comme Fais comme l’oiseau ou Une belle histoire font partie de leur répertoire musical sans qu’ils sachent où ils les ont entendues; pour quelques uns cependant...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.