Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cirque : « La Vie » – Les 7 doigts de la main

La mort sera tout un spectacle.Voilà le défi que promet de relever la troupe de cirque contemporain Les 7 doigts de la main, dans leur plus récente production intitulée, quelque peu ironiquement, La Vie. Dans un savoureux mélange d’art circassien, de cabaret et de théâtre, teinté d’humour noir et provocateur, les septs membres de la troupe montréalaise, à la fois chorégraphes et interprètes, nous présentent un spectacle multidisciplinaire, accompagnés du versatile DJ Pocket aux tables tournantes.

À peine le public installé autour de la scène intimiste de la TOHU, le maître de cérémonie, totalement irrévérencieux imbu de lui-même, fait son entrée nous annonce que nous sommes tous morts que nous nous trouvons dans une sorte de purgatoire, où nous devenons témoin du destin de certains de nos semblables, leurs histoires étant toujours prétextes à d’impressionnants numéros d’acrobaties. Tour à tour, se succèdent l’homme d’affaires peu scrupuleux ayant perdu l’usage de ses jambes dans un accident d’avion; la femme enchaînée dans ses amours impossibles, autant au sens figuré qu’au sens propre, dans un impressionant numéro de chaînes aériennes; ou encore la patiente d’un hôpital psychiatrique se débattant contre ses démons intérieurs. Tout au long du spectacle, les scènes d’acrobaties, sans paroles et empreintes de drame, sont entrecoupées de scène comiques où le maître de cérémonie interagit tantôt avec le public, tantôt avec les morts, envers qui il n’éprouve absolument aucune pitié.

Malgré le sujet sombre abordé, le spectacle demeure divertissant du début à la fin, et les prouesses physiques spectaculaires des artistes – chaînes aériennes, trapèze, main à main, diabolo, et autres disciplines – sont admirablement bien incorporées dans l’aspect théâtral. La Vie est en effet bien plus qu’un spectacle de cirque. Les acrobates s’avèrent aussi doués en tant que comédiens, chanteurs et danseurs, tandis que le DJ vient également nous présenter un numéro de « poterie musicale » d’une grande originalité…

Pour ce qui de est leur 5e spectacle, Les 7 doigts de la main demeurent fidèles à leur réputation de troupe innovatrice, et parviennent à nous éblouir tout en ne manquant pas de nous faire réfléchir sur notre attitude face à la vie et à l’inévitabilité de la mort.

La Vie, par Les 7 doigts de la main, présentée en supplémentaires du 19 au 22 novembre 2008, à la TOHU.

les7doigtsdelamain.com/lavie/




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

En vedette cette semaine, la LNI

17 février 2006

Bah, O.K., je confesse, encore une fois, la Ligue Nationale d’Improvisation ne relève forcément pas du domaine «underground». Mais bon, comme vous le savez, votre nouveau directeur de la culture par intérim a décidé de profiter du moment où il est au sommet pour se pavoiser au grand jour avec les autres grands journalistes de la métropole. C’est ainsi que votre humble serviteur a eu la délicatesse d’assister au lancement de la 28e saison...

Le Comic

5 septembre 2008

Le Comic est le comité d’informatique de Poly. Notre raison d’être est de créer et d’encourager les activités à caractère informatique. Un des projets que le Comic a récemment aidé à la fondation et l’établissement, est le groupe de sécurité informatique PolyHack, qui est maintenant un groupe à part entière dans l’univers de l’implication à Polytechnique. D’autres activités récurrentes de notre comité sont le PolyBash VIP ainsi que l’Installfest Linux. Le PolyBash est un...

Entrevue avec Achdé, dessinateur de Lucky Luke

9 juillet 2010

Il a le physique d’Obélix, la gentillesse et la sympathie d’un Spirou, prend des décisions à la Largo Winch, se pose les mêmes questions que Jules et pourtant il est bien le père « adoptif » de Lucky Luke. Achdé a adopté Lucky Luke un été de 2001, quand ce dernier a perdu son créateur, son géniteur Morris, qui l’avait fait naitre 55 ans plus tôt. Rien ne destinait le petit Achdé, Hervé Darmenton de son...