Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Cowboys Fringants : de la Grand Messe à L’Expédition

Les Cowboys Fringants, ambassadeurs du Québec et
véritables bêtes de scènes, présentent une série de spectacle à travers la province. Début mars, ils prirent possession du National pendant 8 concerts et l’enflammèrent de leurs chansons endiablées, touchantes, revendicatrices et poignantes.
Outre leur dernier album, L’Expédition, les CF rejouèrent de nombreux succès devenus maintenant classiques incontournables de leurs précédents enregistrements. En jouant les derniers succès populaires Entre deux taxis, La Catherine, et Tant qu’on aura de l’amour, ils nous ont fait découvrir plus de la moitié des chansons originales issues de L’Expédition, tout en délivrant sur scène une performance sans précédents. Ils mirent le feu aux poudres avec les incontournables La Manifestation, En berne, 8 secondes, Les étoiles, Le gars d’la compagnie, La Reine et Plus rien.
Finalement, ils firent plaisir au public en jouant le très joyeux Shack à Hector, hymne à l’amité soudée à l’éthanol.
Si vous ne connaissez pas les Cowboys, allez les découvrir en spectacle, ils vous convaincront que la musique québécoise est effervescente et mérite d’être jouée, écoutée et chantée à tue-tête. Ils feront vibrer la fibre québécoise en vous, peu importe votre origine.

L’Expédition
Les Cowboys nous avaient laissé sur l’excellent album de La Grand Messe, album revendicateur, interpellant, se voulant contre l’immobilisme et appelant à la prise de conscience personnelle. Avec L’Expédition, c’est une musique moins engagée qui nous est présentée, peut-être plus personnelle. Certes, la chanson Monsieur reste dans la même veine, dénonçant les tractations politiques faites derrière les rideaux.
Néanmoins, ils réussisent à jouer sur un autre registre, quelque peu exploité auparavant avec la chanson La Reine de l’album
précédent. Grâce aux Rue des souvenirs, La bonne pomme, Histoire de pêche, Entre deux taxis, Tant qu’on aura de l’amour et la très touchante La tête haute, les Cowboys Fringants nous émeuvent et retracent les petites histoires de la vie quotidenne québécoise. Grâce à leurs textes, ils dressent un kaléidoscope de la société actuelle, avec ses hauts, ses bas, ses joies et ses peines.
Bravo aux Cowboys pour leur prestation aussi intense en concert que sur leurs albums et pour leurs engagements politico-social et environnemental, oeuvrant pour le rayonnement québécois en Europe. Si les Cowboys débarquent, ne les manquez pas !
Visitez leurs site internet : www.cowboysfringants.com pour plus d’informations.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

En vedette cette semaine, CISM

24 février 2006

CISM? Ça ne vous dit rien? CKOI, ça vous dit quelque chose? C’est bien un triste constat. CISM, c’est votre radio, celle de l’université de Montréal. Mais CISM, c’est avant tout la marge... et elle fêtait ses 15 ans vendredi dernier! Inutile de vous dire que votre cher chroniqueur y était. CISM est reconnu pour diffuser la musique émergente et les nombreux groupes qui se sont fait connaître ont tenu à souligner ce joyeux...

ONU : La voie d’étudiants montréalais raisonne !

9 janvier 2009

Par Des amis du HEC Contribuez à l’évolution de VOTRE monde tel est le leitmotiv de l’événement Résolution 21 qui aura lieu les 30, 31 janvier et 1er février prochains. Inspirés par le Parlement Européen des Jeunes, des étudiants de HEC Montréal proposent, pour la 2ème année consécutive, aux étudiants de Polytechnique, de l’Université de Montréal et de HEC de s’impliquer sur la scène internationale en débattant sur les grands enjeux du 21ème siècle....

Une session de plus, une session de moins…

28 août 2009

Ça y est, c’est à nouveau cette période de l’année. À partir de maintenant il devient difficile de faire comme si les vacances pouvaient continuer encore pour quelques semaines. Bien sûr, il est toujours possible de tricher pendant la première semaine de cours (lire « mercredi » et « vendredi »). Prendre ça relax parce que de toute façon, à part distribuer les plans de cours, il ne se passe jamais grand chose de pertinent. Il ne faut...