Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Antoine De Maximy, le globe-trotter

Parfois, on regarde une émission et on se dit que l’on l’aime vraiment bien, mais sans trop savoir pourquoi ? Sans doute l’idée originale, la musique attrayante, l’habillage bien agencé, l’ambiance particulaire. C’est un peu tout cela que l’on peut retrouver dans l’émission française « J’irais dormir chez vous » et qu’Antoine De Maximy a réussi à transposer au cinéma dans « J’irais dormir à Hollywood » qui, aujourd’hui, est nommé pour le meilleur documentaire de l’année aux César.
Le principe est simple, Antoine De Maximy part dans un pays étranger différent à chaque épisode avec deux mini-caméras, une qui filme ce qu’il voit, et une qui le filme lui pour voir ses réactions. Son but : s’inviter à dormir chez l’habitant pour mieux le connaître, et faire partager quelque chose de rare à la télévision, la rencontre, la vraie. Souvent, les gens sont conditionnés avant de parler devant une caméra de télévision, alors que là, le fait de tourner tout le temps amène beaucoup plus de spontanéité et de naturel. C’est ainsi qu’il a parcouru plus de trente pays, de l’Indonésie au Chili, en passant par Cuba, la Suisse ou même le Québec. Il a transporté le téléspectateur aux quatre coins du monde.

Pour son film, il a choisit les États-Unis, pays où il n’était jamais allé pour son émission. Pourquoi n’est-il jamais allé dans le pays de l’Oncle Sam ? Et bien tout simplement pour pouvoir « renégocier un contrat avec la chaîne de télévision qui le diffuse ». Car au début, peu de gens croyaientt à son idée qui, selon certains, « ne montre rien du pays, n’apporte rien ». Il a dû enregistrer plusieurs épisodes avant que Voyage, une petite chaîne du câble, accepte de diffuser la série. Vu l’ampleur du succès, Canal Plus (chaîne privée cryptée), puis France 5 (chaîne culturelle du service publique français), ont décidé de diffuser les épisodes.

Le succès de cette émission a donc permis de l’adapter au Cinéma.
Antoine De Maximy est donc parti pendant plusieurs semaines pour découvrir l’Amérique avec un grand A. En corbillard, à pied ou en stop, il nous fait découvrir des paysages à perte de vue, des villes immenses, des différents visages de ce continent, et essaye même de dormir chez les stars hollywoodiennes, et les anonymes… De New York à Las Vegas, en passant par Miami et la Nouvelle-Orléans, il garde toujours en tête d’aller jusqu’à Hollywood. Un magnifique docu-réalité dépeignant les différents visages des États-Unis.

Ce que le film apporte de plus, c’est qu’il explique toute la démarche entreprise pour le faire. Une sorte de Making-of a l’intérieur même du film, et c’est là que l’on se rend vraiment compte de tout le travail qu’il a entrepris pour fabriquer une telle aventure. Sous ses airs insouciants et rêveurs, De Maximy est un bosseur. Pendant son film, il est seul et occupe tous les postes : caméraman, preneur de son et reporter. Pour Antoine, c’est vraiment une expérience exceptionnelle : « Mon matériel est une armure. Il me distingue du touriste de base qui est une proie facile. Équipé ainsi, je suis un être étrange, non identifié. Les éventuels agresseurs restent prudents, ils se méfient beaucoup plus. »
La facilité avec laquelle il aborde les gens est fascinante. Il s’amuse, plaisante et essaye toujours de réussir à se faire accepter là où il ne devrait même pas être. C’est le meilleur moyen de « décaricaturer » des peuples et des cultures envers lesquelles on a trop de préjugés, trop de généralités. Antoine De Maximy est un exemple de l’aventurier des temps modernes, un encouragement à la découverte et à la curiosité.

le site Internet de son émission :
J’irais dormir chez vous

le site Internet de son film :
J’irais dormir à Hollywood

Mots-clés : Cinéma (60)

Articles similaires

Inglourious Basterds

28 août 2009

Coup d’éclat pour la clôture de Fantasia 2009 : le tout dernier Tarantino, Inglourious Basterds, est présenté en avant-avant-…-première canadienne ici-même à Montréal. Les billets s’envolent en même pas une heure, la folie Tarantino frappe la métropole ! C’est une foule très fébrile donc qui a eu la chance de voir en exclusivité cette version finale du film, que le producteur a décidé de modifier suite à son passage au Festival de Cannes, pas...

LARS ET L’AMOUR EN BOITE

29 novembre 2007

C’est quoi? Et bah c’est un film qui parle d’un gars très gentil comme certaines aimeraient mais qui est très timide et donc n’a pas encore… humm humm… ah les pervers vous souriez en coin, je vous aie eu. Sérieusement parlant, c’est l’histoire d’un jeune homme adorable et introverti (timide) nommé Lars (Ryan Gosling) qui a un bagage affectif très lourd qui constitue un frein quand à son épanouissement complet. Par conséquent ce dernier...

Meryl Streep, what else ?

13 février 2009

Quinze fois, c’est le nombre hallucinant et historique de nominations pour la catégorie Meilleure Actrice du gala des Oscar qu’atteint cette année Meryl Streep l’une des étoiles les plus reluisantes d’Hollywood. Cette année encore, elle a réussi à séduire l’académie et à être nommée pour son interprétation dans Le Doute. Ce film qui lui aura déjà permis de décrocher le prix de la meilleure actrice de l’année auprès de la Screen Actors Guild, l’association...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.