Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nouveautés nord-américaines, morts annoncées, et méchanceté gratuite

On dirait que le Dieu de la rationalisation frappe fort ces temps-ci. Lorsque ce n’est pas des milliers d’emplois qui sont supprimés, c’est littéralement des compagnies qui sont fauchées, qu’elles soient bonnes ou non. Toutefois, ce branle-bas de combat permet à certaines nouvelles technologies d’émerger…

La grande nouvelle de la semaine

Restructuration oblige, General Motors se doit de faire un grand ménage : parmi les victimes, on retrouve Saturn, Saab, Hummer et High Performance Vehicle Operations.

Dans son plan de restructuration présenté devant le congrès américain, GM a annoncé qu’elle maintiendra Saturn en vie jusqu’à 2012, et que passé cette date, s’il n’y avait pas de plan relance potable, ce sera définitivement la fin. Sachant que tous les véhicules de Saturn sont issus des autres filières de GM, ses chances de survie sont plutôt minces, au grand désarroi d’un de mes amis (un propriétaire inconscient d’une Saturn) et à ma plus grande satisfaction. En vrai, GM a beaucoup trop de marques : 13 si on compte ses marques mondiales! Cette situation est très lourde administrativement et financièrement parlant pour GM. Pour faire un parallèle, c’est comme si Polytechnique endossait 30 départements de génie : à un certain point, des petits départements comme génie hippie (ou environnemental, c’est selon) devront prendre le bord…

La marque suédoise Saab vient d’être mise en vente : cela faisait plusieurs années que cette compagnie n’était plus rentable. GM a d’ailleurs demandé le support du gouvernement suédois avant d’entamer la vente de Saab. Il se pourrait donc que Saab devienne indépendant de GM dès 2010.

Chez Hummer, la situation est catastrophique. Bien que cela fait plusieurs mois que Hummer fut mis en vente, les acheteurs potentiels se font de plus en plus rare, voire inexistants. GM décidera donc du sort final de Hummer le 31 mars; si aucune décision n’a été prise cette date-là, GM tranchera au plus tard en 2010.
Finalement, High Performance Vehicle Operations (HPVO), la division haute performance de GM qui a entre autres conçu la surprenante CTS-V, vient de voir ses activités suspendues pour une durée indéfinie. GM a toutefois indiqué que lorsque la crise sera terminée, il y a de fortes chances que HPVO reprenne du service.

Des bonnes nouvelles chez GM (tient, ça fait différent, ça…)
La sous-compacte Spark (dérivé du concept Beat) sera finalement commercialisée en cours d’année en Europe avec des petits mais très économiques 4 cylindres 1.0 ou 1.2L. En Amérique du Nord, il faudra attendre jusqu’en 2011, mais au moins, c’est rassurant de savoir que GM s’implique de plus en plus dans les petites voitures. Du côté de la Volt, GM planifie faire des mises à jours constantes du système de propulsion électrique Voltec tout au court du cycle de vie utile de la Volt.
Les dépêches Les prix du tout nouveau coupé Hyundai Genesis ont été dévoilés cette semaine au Salon de l’Auto de Toronto. Ce coupé sport à roues motrices arrières sera disponible avec 2 moteurs : un 4 cylindres turbocompressé de 2L développant 210 chevaux et un V6 3.8L développant 306 ch. Les prix commencent à 24 495$ pour la version 4 cylindres et à 32 995$ pour la version avec le V6. Dans les deux versions, la transmission de série est une manuelle à 6 rapports.
Toujours à Toronto, Mazda a annoncé qu’un nouveau moteur 4 cylindres sera disponible pour le CX-7, qui, avouons-le, est un sacré glouton en essence. Le nouveau 4 cylindres en question est le même 2.5L qui équipe la nouvelle Mazda 6, sauf qu’il développe ici 161 ch au lieu de 170.
Le petit fourgon européen Ford Transit Connect sera finalement commercialisé cet été en Amérique du Nord. Annoncé à un prix de 21 475 $US, cette intéressante alternative au gros et grotesque Econoline sera propulsée par un 4 cylindres 2.0L avec une transmission automatique à 4 rapports.
Chez Kia, la Spectra fait place à la Forte. Ce nouveau modèle, dont les lignes ressemblent un peu à l’Acura TSX de précédente génération, est équipé de 2 nouveaux moteurs : un 4 cylindres 2.0L de 157ch, et un 4 cylindres de 174ch. Il est à noter qu’avec cette puissance, on se rapproche de plus en plus de la Volks GTI.
Changons de registre et transposons nous chez Porsche. Plus tôt cette semaine, le constructeur allemand a communiqué les prix américains de la berline Panamera : ils partent de 89 800 $US pour la version équipée du moteur V8 4.8L de 400 chevaux, et s’échellonent jusqu’à 132 600 $US pour la Panamera Turbo pourvue du même V8 avec 2 turbos et transmettant 500 chevaux aux 4 roues motrices. Bien que les performances soient fort prometteuses, la carrosserie est d’une laideur abominable. Le devant est passable, mais la partie arrière est totalement ratée : on dirait que Porsche a collé l’arrière d’une Cayman à une carrosserie 4 portes! Et puis finalement, pour le même prix, la Fisker Karma est bien plus intéressante.

Ayons un semblant de côté vert…
Selon le journal USA Today, Mini et Bosch seraient en train de tester une Cooper avec un moteur diesel. La consommation avancée est de 3.92 L/100km, encore moins qu’une Toyota Prius. Toutefois, à bien y penser, de nombreuses voitures européennes diesel consomment moins qu’une Prius, qui est malheureusement coincée avec un moteur à essence. Par ailleurs, la commercialisation de la version électrique de la Mini Cooper a été retardée, car la demande est trop forte : selon Automotive News, le carnet de commandes des applications a causé un délai important dans les concessionnaires Mini. Mais qu’à donc de spéciale cette Mini électrique? Tout d’abord, son moteur électrique de 150 KW (201 chevaux) permet à la Mini d’accélérer de 0 à 100 en environ 8.5 secondes, et ses batteries ont une autonomie de plus de 200 km. Tout cela semble très bien, mais pour l’instant, elle n’est disponible que dans certains milieux urbains américains, et la location coûte 850$ par mois. C’est presque 3 fois le coût de location d’une Mini de base !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.