Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

St Valentin, la fête

Inutile de le cacher, ce numéro du Polyscope ne sera pas comme ceux auxquels vous êtes habitués. Une certaine frénésie règne dans l’air du local, alors que nous sommes en train de monter nos ces pages.
Comme vous le savez, cette semaine marque la fête de la St-Valentin, cette fameuse fête du 14 février. On aurait pu croire que la page aurait été tournée, que l’on aurait pu parler ouvertement de cette fête. On aurait pu croire que l’on aurait fini par dire que c’était seulement pour le sexe.
En publiant ce numéro, en tant que membres de ce journal, une certaine responsabilité nous incombe face à la communauté ainsi qu’envers tous ceux qui sont touchés de près ou de loin par cette fête. Nous ne reflétons pas les opinions d’une seule personne, nous rejoignons des miliers de lecteurs en évoquant cette fête. Ainsi, nous avons le devoir de trouver un ton neutre et respectueux, tout en respectant la liberté de parole de tous nos collaborateurs. C’est une tâche ardue, puisque certains nous reprocherons peut-être d’avoir été trop faciles dans nos critères, d’autres nous critiquerons au contraire, pensant que nous avons été trop frigides.
Cependant, nous – membres du Polyscope- préférons adopter une certaine neutralité face à cette fête, de manière à laisser au lecteur le choix de lire des textes ou encore de s’en abstenir, selon sa propre position préférée. Il n’est pas de notre devoir de juger de ce qui est bon ou non pour vous de faire, mais il est du nôtre de garantir que les articles de ce numéro aient un ton juste, pour tous.
Certaines personnes célèbrent la St-Valentin en couple, alors que d’autres devront la passer seuls. D’autres encore n’ont appris que récemment qu’ils venaient de se faire « cocufier ».
Une chose nous unit cependant tous devant cette fête : la prise de conscience, ou d’inconscience dans certains cas, que nous avons eue en réalisant qu’il s’en est fallu de peu pour que cette fête ne nous ait touchés plus encore. Il aurait pu s’agir de notre sœur, d’une cousine ou encore d’un cousin.
Devant une telle situation, inutile de chercher à rationnaliser l’irrationnel. Nous nous contentons donc d’exprimer notre amour envers l’ensemble de ceux qui se sentent touchés par cette fête, où qu’ils soient.
Nous avons cependant tenu à parler de la St-Valentin. En effet, cette fête étant présente dans plusieurs pays, il nous a semblé nécessaire de la couvrir. Dans ces pages, vous ne lirez pas de témoignages, puisque la St-Valentin n’est pas encore passée. En revanche, nous présenterons des avis, parfois contradictoires, d’étudiants de Polytechnique.
La principale question soulevée au cours des nombreux échanges passionnés, voire parfois enflammés, de cette semaine à la rédaction du Polyscope est : « Était-il nécessaire de faire l’amour pour comprendre la St-Valentin ? » Certains pensent que oui (surtout Jef), d’autres que non (surtout Mathieu). Vous trouverez donc dans ce numéro à la fois des articles contre la St-Valentin et des articles en faveur de cette fête. De plus, nous avons voulu réaliser un sondage auprès des étudiants polytechniciens afin d’avoir une idée globale de leur opinion ainsi qu’un portrait général de leurs habitudes sexuelles.
En conclusion, l’administration de l’École a refusé d’émettre tout commentaire par rapport à sa position préférée. Nous aurions aimé vous transmettre cette information, étant donné que la communauté polytechnicienne se sent particulièrement touchée par le 14 février. En fait, l’École a fait preuve d’une prudence justifiable, vu que les médias ont souvent la fâcheuse habitude de polariser l’avant de l’arrière lors d’une prise de position. Toutefois, en tant que journal étudiant, nous considérons qu’il est de notre devoir d’explorer les différentes ouvertures.

PS: Nous devons préciser que ce texte en remplace un autre qui aurait également traité de la St-Valentin, mais que l’auteur a préféré s’inspirer de celui de la semaine dernière pour cause de LOG3210. Nous nous excusons auprès des auteurs de la semaine dernière pour ce plagiat et nous espérons qu’ils comprendront.

Mots-clés : Saint Valentin (15)

Articles similaires

St-Édito d’amour chéri

11 février 2008

Je tiens à commencer cet édito en remerciant la ministre Courchesne pour le plan d’action qu’elle veut appliquer aux cours de français de niveaux primaire et secondaire. C’est gentil, Michelle, d’avoir réagit si promptement à mon éditorial. J’ai bien aimé l’apprendre par surprise dans La Presse, mais tu aurais pu me l’annoncer en dégustant un petit porto à la lueur d’une chandelle, comme nous en avons généralement l’habitude, tu sais. Tout ça pour dire...

Polygamie, quand tu nous tiens

13 février 2009

Dossier choc à Poly : un étudiant parle de son harem constitué de filles de Polytechnique. En voici les détails. NDLR : si Raphaelle pose ses yeux sur cet article, remplacer Will par Jef ; si toute autre personne lit ces lignes, remplacer Jef par Will. Théorie de l’évolution de William Le genre humain est divisé en deux espèces : Celles qui sont admises dans le harem de William ; Et les hommes. Paradoxe de...

Diagramme de pas-de-classe

11 février 2008

Pour plusieurs, la St-Valentin rime avec rose, amour, chocolats, souper romantique aux chandelles, boîtes de chocolats en forme de ‘tits-coeur et cartes de souhaits de Hallmark avec un Cupidon. Pour d’autres, il n’y a aucun mot là-dedans qui rime avec St-Valentin. Non mais sincèrement, vous voyez un mot parmi ceux-là qui se termine en -tin ? Si vous faites partie de la première catégorie, arrêtez de lire ici. Si vous êtes vraiment capables de...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le psychomaton : « faire partie d’une grande chaîne d’amour sauf qu’on le sait pu »

27 février 2009

Par Julie Bozza Le groupe ADHOC et Anne-Marie Olivier se sont unis pour donner naissance à cette pièce en 2007, à Québec. Paraîtrait-il que ce « come-back 2009 » est une version remasterisée et resserrée du scénario d’origine (je ne peux pas en juger, je ne fais que relater les faits). Cette pièce touchante, teintée de tristesse mais aussi d’humour, nous interpelle grâce à l’écriture sensible d’Anne-Marie Olivier, mais aussi avec l’aide de l’esthétisme...

World Press Photo

12 septembre 2008

Par Matthieu Sola Depuis le 29 août dernier se tient au Musée juste pour rire l’exposition du World Press Photo. Cet évènement annuel regroupe 200 photographies de presse sélectionnées par un jury composé de personnalités du milieu du photojournalisme et récompense les meilleures photos de l’année en les classant dans 10 catégories différentes. Une fois la cérémonie passée (en Hollande, l’association étant basée à Amsterdam), l’exposition voyage dans une quarantaine de pays faisant ainsi...

Pots-pourris

28 mars 2014

Je profite du dernier éditorial de l’année pour exprimer tout ce qui me passe par la tête en cette fin de session. Si vous pensez que le Polyscope n’est pas l’endroit idéal pour s’épancher, tant pis pour vous! Je trouve un peu étrange de parler de plusieurs sujets dans un même texte, mais j’ai lu plusieurs chroniqueurs chevronnés qui s’adonnaient à cette pratique. Je ne me sens donc pas très coupable de me lancer dans...