Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Lancement du génie biomédical

Pierre Savard, directeur du programme, la ministre de l’éducation du Québec Michelle Courchesne, le président de l’Ordre des Ingénieurs Zaki Ghavitian, le directeur et le président de l’École Polytechnique, Christophe Guy et Bernard Lamarre, pour ne nommer qu’eux, orchestraient en grandes pompes l’inauguration officielle du génie biomédical le 29 janvier dernier.

De nombreux conférenciers furent invités pour présenter leur vision de l’avenir de ce programme ainsi qu’un aperçu des défis à relever dans les années à venir. Pierre Savard, véritable architecte du programme depuis 2002, fit part des nombreuses subventions accordées à l’École pour la recherche (7 chaires de recherche du Canada et 2 chaires industrielles du CRSNG), ce qui permit l’embauche de nombreux professeurs et chercheurs en biomédical au cours des dernières années. Christophe Guy a tenu à souligner l’apport des professeurs dans la mise sur pied de ce programme unique au Canada, tout en faisant part de l’effervescence de la recherche à Polytechnique avec ses nombreuses chaires de recherche. Le président de l’OIQ a mis de l’avant les quatre valeurs les plus importantes à ses yeux dans le domaine du génie : responsabilité, compétence, engagement social et surtout l’éthique. Mme Courchesne, dans un discours exalté et enflammé, parle d’un moment historique pour le Québec. Le Pr. Frank Yin, directeur du département de génie biomédical de l’université de Washington in St. Louis, s’est déplacé depuis les États-Unis pour nous faire part des nombreux défis qui attendent les futurs ingénieurs dans les prochaines années. Les trois derniers conférenciers, Diane Côté (VP de Médec-Aits), Roger Jacob (Directeur associé de l’Agence de santé des services sociaux de Montréal) et Amine Selmani (militant du génie biomédical et fondateur de Biosynthec) témoignent du véritable potentiel que le Québec possède pour cette industrie.

Rappelons quelques faits : la première cohorte canadienne de génie biomédical comporte 63% d’effectifs féminins, c’est-à-dire 25 jeunes femmes sur 41 étudiants au total et elle débarquera sur le marché du travail en 2012.
Vous pourrez faire plus ample connaissance avec les filles de Bioméd lors de leur 5-à-7 le mercredi 11 février prochain !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.