Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Lil Wayne

Par Thierno Amar Niang

Les longues files d’attente autour du Centre Bell malgré un froid frisant les – 35 degrés mercredi soir dernier ont permis de confirmer un seul fait : c’était bien Lil Wayne qu’on attendait au Centre Bell.
Le chanteur Lil Wayne est entré en scène dans un Centre Bell bondé telle une rock star !

L’artiste nominé pour plus de 8 Grammys et roi des ventes de l’industrie de la musique pour l’année 2008 avec son album Tha Carter 3 était bien présent à Montréal mercredi dernier. Il était exactement comme dans ses clips : charismatique avec des lunettes noires fumées qui lui donnaient un air d’enfer.
Bien avant, on a eu droit à des prestations de choix en première partie : de Keshia Cole, en passant par Keri Hilson, sans oublier bien sûr T-Pain, qui a su électriser la salle avec ses nombreux titres, dont les plus acclamés furent sans aucun doute Low, Buy U A Drank et Bartender.
Initialement prévu pour 21h, Lil Wayne a évidemment fait patienter le public pendant près d’une heure. Le public le lui a facilement pardonné : les décibels envoyés vers la scène à son apparition furent mémorables.
Et quoi de mieux de commencer par un tube pour se faire pardonner ?
On a eu droit d’entrée à Mr Carter, titre de son dernier album qui a devancé un tribut à Jay-Z, labélisé comme le plus grand rappeur en vie. Dès lors, le concert pouvait démarrer en trombe, Lil Wayne n’oubliant bien sûr pas de remercier Dieu et ses fans.
Le spectacle fut marqué par plusieurs de ses anciens titres : Fireman, Block Is Hot et Back That Ass Up tirés de ses anciens albums, clin d’oeil pour ses nombreux fans le suivant depuis des années.
Cependant, le Centre Bell a brûlé pour son titre en collaboration avec T-Pain : Got Money, vibré pour le fameux Pop Bottles, et encore pour A-Milli et surtout pour Lollipop. Notons également que l’artiste a introduit plusieurs des membres de son nouveau disque dont un Canadien, Drake, qui fera sûrement parler de lui d’ici peu. Lil Wayne a également confirmé son projet d’album avec T-Pain : He raps, He sings. On peut déjà présager une année 2009 prolifique pour Lil Wayne.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Bonyeu, donne-moi une job

11 février 2008

Cette semaine, je n’ai pas la tête à l’actualité. J’ai lu sans conviction les journaux, je me suis à peine intéressé aux informations télévomies de 17h30, j’ai touillé toutes ces nouvelles comme on pousse de la fourchette les féculents insipides des plats servis dans notre cafétéria. Pourquoi si peu d’enthousiasme, alors qu’on aborde le sujet des « gestes de souveraineté », alors qu’on parle du statut du français? Parce que je suis en recherche...

Rafales… qui ne décoiffent pas

30 janvier 2009

Saviez-vous que nos âmes doivent s’accrocher à leurs propres os pour garder la mémoire de leur histoire ? Non ? Hé bien, moi non plus. Les quatre personnages de Rafales sont des âmes de personnes décédées et vont procéder à nous raconter leur histoire (dont ils se souviennent car ils ont tenu ferme à leurs os). Sauf… qui déjà ? Madeleine, ah oui. On commence déjà à l’oublier. Elle non plus ne semble plus...

Toy Story 3

9 juillet 2010

Le troisième chapitre de la série conclut l’histoire commencée il y a plusieurs années déjà, en 1995, celle des jouets d’Andy. On se rappelle que le premier film racontait comment Woody avait dû apprendre à partager l’affection du garçon avec son compétiteur : le technologique Buzz Lightyear. Dans le deuxième, le fameux cowboy est volé par un collectionneur de jouets, qui lui fait miroiter la possibilité d’être immortalisé dans un musée de jouets. Alors que...