Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Rafales… qui ne décoiffent pas

Saviez-vous que nos âmes doivent s’accrocher à leurs propres os pour garder la mémoire de leur histoire ? Non ? Hé bien, moi non plus. Les quatre personnages de Rafales sont des âmes de personnes décédées et vont procéder à nous raconter leur histoire (dont ils se souviennent car ils ont tenu ferme à leurs os). Sauf… qui déjà ? Madeleine, ah oui. On commence déjà à l’oublier. Elle non plus ne semble plus se souvenir de qui elle est. La rafale a emporté ses os. Quelle idée d’établir un cimetière sur le bord d’une falaise adjacente à l’océan!
La fantaisie du fil conducteur de la pièce s’arrête malheureusement là. Les personnages d’Anita joué par Claire Normand, de Marguerite joué par José Babin, de Mathias joué par Alain Lavallée et de l’indienne Mic-
Mac joué par Julie Duguay tentent tant bien que mal d’injecter de l’humour, des émotions et de l’intensité dans une histoire qui manque de profondeur et d’intérêt.

Les « règles » auxquelles les morts doivent se soumettre sont-elles les mêmes en réalité auxquelles les vivants doivent se plier ? Doit-on tenir ferme aux choses matérielles pour se souvenir ? Les faire reluire pour nous mettre en valeur et garder notre place ? En sommes-nous réduits à nous définir à nos possessions ? Ou existons-nous sans elles ? La réflexion sur ces questions s’étire en longueur dans le texte de José Babin, librement inspiré des nouvelles maritimes de Maurice Arsenault, José Babin, Albert Belzile, Brigitte Harrison, Alain Lavallée, et Christiane St-Pierre.

Rafales, une création du Théâtre Incline (www.theatreincline.ca) et du Théâtre populaire d’Acadie (www.tpacadie.ca), en coproduction avec L’Usine (www.lusine.net) et Marionnettissimo (www.marionnettissimo.com), est présenté à l’Usine C, 1345 avenue Lalonde à Montréal, du 20 janvier au 7 février 2009 à 18h.
Réservations 514-521-4493 ou www.usine-c.com. Texte et mise en scène : José Babin.

Mots-clés : Théâtre (92)

Articles similaires

Bienvenue au cabaret – La Bonne Âme du Se-Tchouan au TNM

4 février 2017

Du 17 janvier au 11 février, le Théâtre du Nouveau Monde présente La Bonne Âme du Se-Tchouan, fable de l’allemand Bertolt Brecht alliant humour, drame et chanson dans une campagne chinoise imaginaire et rongée par la pauvreté. Prémisse Shen-Té, prostituée, mais surtout seule âme charitable ayant accepté d’héberger les Dieux lors de leur visite, leur redonne espoir en l’humanité. Après lui avoir fait don de quelques yuans pour gagner sa vie sans vendre son corps,...

Beckett : comédie, berceuse, catastrophe

20 mars 2008

Décrire cette pièce de théâtre (qui en réunit trois), c’est presque définir le théâtre de l’absurde. Un lieu imprécis, une époque incertaine, mais surtout un langage qui exprime le vide, l’incohérence et représente ainsi la vie dans ce qu’elle a de ridicule. On y met en scène la condition humaine dans un climat sombre, l’immobilisme des comédiens place la parole en avant-plan, mais elle reste pourtant dénudée, elle nous semble incisive et amère. Les...

La plus noble conquête de l’homme…

13 février 2009

Quel plaisir de rencontrer des idéalistes… qui ont les deux pieds sur terre. Des gens qui progressent sûrement et concrètement vers une réalisation précieuse à leurs yeux. Des êtres d’équipe et de sincérité, des êtres de projet. C’est dans une fébrilité contagieuse qu’était inauguré à Montréal le 3 février dernier le Théâtre Aux Écuries, qui se veut « un incubateur, un lieu d’échanges, un centre de recherche, de création et de diffusion en théâtre...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.