Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’Université Laval remporte les 19e Jeux de génie du Québec

Par Pierre-Luc Pomerleau

Depuis 1990, les Jeux de génie permettent aux étudiants du Québec inscrits dans un programme de baccalauréat en génie de se surpasser dans une atmosphère amicale. Cette compétition s’inscrit dans les activités de la Confédération pour le Rayonnement Étudiant en Ingénierie du Québec (CREIQ). Avec les années, les Jeux de génie ont acquis une grande popularité; il s’agit du plus grand rassemblement en génie au Québec. L’événement est accueilli à tour de rôle par l’un des établissements d’enseignement universitaire offrant des programmes en génie. La 19 eme édition des Jeux était organisée par les étudiants de l’École Polytechnique de Montréal.

Du 3 au 7 janvier 2009, l’École Polytechnique de Montréal accueillait 425 futurs ingénieurs en provenance de 11 facultés et écoles de génie de la province, dans le cadre des Jeux de génie, le plus grand événement étudiant du génie québécois. Ce fut l’occasion pour les délégations présentes de mesurer leurs connaissances, leur habileté et leur vivacité d’esprit à diverses épreuves académiques, oratoires et sportives, ainsi qu’à la spectaculaire compétition de « la machine », épreuve reine des Jeux.

L’équipe de l’Université Laval a remporté les grands honneurs de cette 19e édition des Jeux, suivie de près par l’équipe de l’Université du Québec en Abiti-Témiscamingue, qui s’est classée au 2e rang. La délégation de l’École Polytechnique de Montréal a, quant à elle, méritée la 3e position.

La Machine
C’est avec le prestigieux concours de conception de la Machine remportée par l’équipe de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue qu’a pris fin le volet compétition de la 19e édition des Jeux de génie.
Au total, dix équipes se sont affrontées au cours de l’épreuve qui se déroulait au Club Soda. Cette année, le comité organisateur avait lancé un défi de taille aux délégations en leur proposant de répondre à une mission de l’hypothétique « Agence spatiale québécoise ». Pour participer à la compétition de « la Machine », les équipes avaient été ainsi invitées en septembre dernier à concevoir et à construire un engin robotisé qui utiliserait divers capteurs et senseurs pour activer l’énergie d’une Tour, pièce maîtresse d’une éventuelle station lunaire.
Entièrement autonomes, les robots mis au point au cours des derniers mois dans les universités québécoises se sont succédés à la base de la Tour le 6 janvier pour en faire l’ascension et activer en quelques minutes de multiples contrôles.

L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, qui présentait pour la première fois une délégation complète, a offert une prestation absolument renversante! Mention honorable pour l’équipe Machine de l’Université du Québec en Outaouais qui a, pour sa part, décroché la 2e place du concours de la Machine après de nombreuses années d’absence.

Universités présentes
Les délégations qui ont pris part aux 19e Jeux de génie provenaient des écoles et des facultés de génie des établissements suivants : École Polytechnique de Montréal, École de Technologie Supérieure, Université Concordia, Université Laval, Université McGill, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Université du Québec à Chicoutimi, Université du Québec à Montréal, Université du Québec en Outaouais, Université du Québec à Trois-Rivières, Université de Sherbrooke.

Les résultats par activités

Connaissances générales
1. Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2. École Polytechnique de Montréal 3. Université Sherbrooke
Génie chimique
1. Université McGill 2. École Polytechnique de Montréal 3. Université Laval
Génie électrique
1. Université Laval 2. École Polytechnique de Montréal 3. Université du Québec à Chicoutimi
Génie informatique et logiciel
1. Université Concordia 2. Université Laval 3. École Polytechnique de Montréal
Génie mécanique
1. École Polytechnique de Montréal 2. Université Concordia 3. Université Sherbrooke
Génie civil
1. Université du Québec à Chicoutimi 2. Université Laval 3. École Polytechnique de Montréal
Génie conseil
1. Université Sherbrooke 2. Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2. Université Laval
Concours majeur
1. Université de Sherbrooke 2. Université Laval 3. Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Sports
1. Université de Sherbrooke 2. Université McGill 3. Université Laval
Concours de la machine
1. Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2. Université du Québec en Outaouais 3. Université Laval
Débats oratoires
1. École Polytechnique de Montréal 2. Université Concordia 3. Université Sherbrooke et École de Technologie Supérieure
Génie-Improvissimo
1. École de Technologie Supérieure 2. Université du Québec à Trois-Rivières 3. Université Laval
Génie en herbes
1. Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2. Université Laval 3. Université McGill
Esprit d’équipe
1. École Polytechnique de Montréal
Participation
1. École Polytechnique de Montréal 2. Université Laval 3. École de Technologie Supérieure
Compétition des parrains 1. École Polytechnique de Montréal 2. Université Sherbrooke 3. Université Laval
Prix petite délégation 1. Université du Québec en Outaouais et Université du Québec à Montréal
Classement général
1. Université Laval 2. Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 3. École Polytechnique de Montréal
Collecte de dons – Opération Enfant Soleil Il est maintenant de tradition pour les Jeux de génie de venir en aide à un organisme communautaire. Cette année, à la demande du comité organisateur, les participants ont fait un don en argent lors de leur inscription, ce qui a permis de remettre un chèque au montant de 2 000 $ à l’organisme Opération Enfant Soleil.

Bilan positif
Les organisateurs dressent un bilan positif de cette 19e édition. Les nouveautés apportées par l’organisation ont été très bien reçues. Les 425 participants parlent de « succès sur toute la ligne ».
Aux dires de certains, ce fut de très grands Jeux, les plus beaux et surement les plus mémorables depuis les sept dernières années. C’est grâce en majeure partie au soutien financier de partenaires importants, dont l’École Polytechnique de Montréal, Hydro-Québec, Desjardins, Arcelor-Mittal, l’Association des étudiants de Polytechnique, Bell Helicopter, Groupe Canam, Bombardier, CAE, et Molson.

Articles similaires

Mettre le feu à Poly

11 octobre 2003

Exténué, au bord de la dépression nerveuse et de la fatigue extrême, l'étudiant de Poly vit pleinement une mi-session tout ce qu'il y a de plus normal dans l'univers infernal de l'École Polytechnique. Entre l'envie irrésistible d'aller pique-niquer sur l'autoroute et celle d'appeler un psy pour essayer de résoudre ses problèmes alambiqués, l'étudiant ne sait où donner de la tête entre intras successifs, devoirs à remettre et laboratoires à valider, et perd très vite...

Le Polygate

9 octobre 2007

Polytechnicien, Polytechnicienne l’heure est grave ! Je dénonce, Oui je dénonce!! L’infâme, la cupide, l’horrible machination, je dirais même la conspiration… Le Polygate !! Après une enquête approfondie, minutieuse et grâce à l’aide d’informateurs que je ne garderais pas anonymes; j’ai pu mettre à jour cette affaire troublante qui a de nombreuses similitudes avec celle du Watergate des Etats-Unis de 1974. Scandale qui a poussé l’ex-président des Américains à démissionner… Mes investigations et une...

L’intégration et l’initiation

7 septembre 2007

Par Jésraël Deschênes Parmi les activités organisées par les étudiants de Polytechnique, l’intégration et l’initiation tiennent une place toute particulière. Sur une période de deux semaines, l’ensemble des comités de l’AEP sont invités à mettre leurs efforts en commun afin d’accomplir la plus belle mission qui soit : accueillir en grand les nouveaux étudiants au sein de la communauté polytechnicienne et faire en sorte qu’ils s’approprient leur école. Cette année, pour diverses raisons, ces...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.