Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Sexe, mensonges et trahisons

C’est dans le petit théâtre de la marquise situé au milieu du vieux port à l’intérieur de la très belle Caserne Létourneux que se joue en ce moment et jusqu’au 14 février Les Liaisons Dangereuses adapté et mise en scène par Daniel Paquette.

L’histoire est connue de nos cinéphiles assidus (ou pas), car cette pièce a très largement inspiré le film « Sexe Intention » (Cruel Intention en anglais). Sexe, mensonges et trahisons, voilà ce qui guident nos deux personnages principaux : la marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont. Ces deux anciens amants séduisent, manipulent et détruisent tout le monde qui les entoure en prenant un malin plaisir à faire tout cela sans perdre leur « bonne » réputation envers le « tout » Paris. Leur dernier pari en date est de faire tomber la vertueuse présidente de Tourvel et de dépuceler la jeune Cécile de Volanges qui vient de sortir du couvant. Si le vicomte de Valmont réussit il aura droit à une nuit de folie avec la permissive marquise de Merteuil.

Le mélange de styles et d’époques distillé tout au long de la pièce est très apprécié. On peut y voir des sublimes robes et costumes rappelant le début du XXème, y entendre des musiques alternant entre le classicisme d’époque et d’autres plus contemporaines, mais tout en conservant les dogmes de l’époque de la pièce (le XVIIIème) dans le texte avec les thèmes de l’amour, du mariage, du libertinage et de l’honneur.

On peut regretter un décor trop minimaliste mais qui est vite oublié par le brio des acteurs qui dans un français impeccable et d’antan nous plonges dans cette époque. La très bonne mise en scène permet de créer une certaine ambiance qui démarque la pièce du film et donne une touche particulière. Notamment par l’omniprésence quasi continue sur scène du vicomte de Valmont sur scène qui montre son emprise sur les femmes et sur leurs vies. Les comédiens arrivent parfaitement à doser l’aptitude et la démarche de leurs personnages sans tomber dans la caricature.

Si vous avez aimé le film, le livre ou une autre version de la pièce, il y a de grandes chances pour que vous soyez séduit par cette interprétation originale et sublimée par les costumes.

Crédit photo : Luc Lavergne

Mots-clés : Théâtre (92)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.