Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Techno

Bon on parle encore de politique dans le journal! Quand allons-nous en finir avec cela? On voit Barack Obama partout! Mardi le 20 janvier, que voyons-nous à la TV sur toutes les postes? Obama! J’ai bien aimé ce qu’un animateur de télévision a dit : « Quand c’est rendu qu’on voit la même chose sur tous les postes de télévision, c’est que quelqu’un a mal fait sa job. On devrait avoir le choix de ce que l’on regarde, sinon on est à Cuba ou un autre pays de c*l du genre ». Personnellement, je ne l’ai pas regardé, j’en ai entendu parler, mais maintenant il faut attendre de voir s’il va faire quelque chose qui va valoir la peine qu’on en parle. Puisque ce n’est pas le cas pour le moment et que ça fait longtemps qu’on n’a pas eu de bonnes vieilles chroniques techno dans le journal, j’ai décidé que j’allais parler de ce qui allait bientôt arriver chez vous en tant que consommateurs assoiffés d’électronique. Certains de ces bidules sont déjà sortis, mais probablement à des prix exorbitants pour les jeunes étudiants pauvres que nous sommes.

Débutons en force avec le OCZ Nia qui consiste en un petit bandeau noir que l’on porte au front. Ce bidule ne propose rien de moins que de remplacer le clavier dans les jeux, ainsi que les boutons de la souris, en utilisant les influx nerveux de votre cerveau. Vous pouvez donc déplacer votre personnage simplement en bougeant quelques muscles faciaux (avec de la pratique, les mouvements sont imperceptibles) et en envoyant quelques ondes cérébrales dans les sons du Nia. Selon les sites qui l’ont testé, il faut beaucoup de pratique pour l’utiliser adéquatement, comme tout matériel, et les résultats sont satisfaisants. Il reste juste à voir si vous êtes prêt à payer le 100 à 150$ que ça coute. Un compétiteur de OCZ, Emotiv, proposera un autre bidule du genre avec beaucoup plus de capteur et, selon ce qu’on peut voir sur leur site internet, beaucoup plus de possibilités. Si vous y allez, vous pourrez voir un homme contrôler une chaise roulante avec son cerveau ou bien un homme lever une pierre virtuelle dans un jeu comme s’il avait la Force. Le prix de vente sera de 300$ US, on s’entend que la télékinésie virtuelle n’est pas à la portée de tout le monde.

Grande révolution de l’affichage 2D traditionnel des moniteurs d’ordinateur ou des écrans TV, la 3D style « Imax » sera bientôt disponible à la maison. Déjà, Nvidia propose un kit de lunette 3D fonctionnant avec les jeux actuels. Oubliez les lunettes vertes et rouges, on parle ici de lunettes de type « active-shutter ». Les lunettes obstruent tout simplement la vision d’un œil lorsque l’image pour cet œil est affichée à l’écran. On s’entend que pour que chaque œil puisse voir 60 images par seconde, l’obstruction de la lunette doit être hyper rapide. Il paraitrait que l’effet est saisissant dans la pluspart des jeux tel que Left 4 Dead et Call of Duty. Il faut par contre s’attendre à voir votre niveau de vie ou vos munitions comme s’ils étaient collés à une fenêtre entre vous et le jeu. Encore là, le coût de cette technologie est élevé. On parle de 200$ pour le kit avec la lunette et les trucs nécessaires, mais ça c’est sans compter l’achat d’un écran de 120 Hz qui soit compatible. Si vous avez encore un vieil écran cathodique qui atteint 120Hz : bravo, vous allez pouvoir le dépoussiérer et jouer en 3D dessus. Sinon, un nouveau moniteur sera nécessaire. Il faudra vous y faire par contre, les moniteurs comme nous les connaissons vont bientôt finir aux vidanges. On peut déjà voir dans les salons de technologie des appareils photo 3D nécessitant un cadre numérique 3D, des télévisions 3D de marque Sony sur lesquelles on joue à la Playstation 3 en 3D, des moniteurs 3D qu’on peut utiliser sans porter des lunettes, etc. La 3D sera partout, au plus grand plaisir du « gamer » qui veut être transporté dans un monde virtuel.

Je ne dis pas ça pour que vous jetiez vos gadgets par la fenêtre, je dis ça pour que vous veniez les porter à mon nom au journal (surtout si vous avez un OCZ Nia à donner, je suis très intéressé). Malheureusement, il faudra encore quelques années avant de voir tout ce que j’ai mentionné sur le marché. On peut toujours se consoler en disant que le futur est prometteur.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.