Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les promesses vertes

Il ne reste plus que quelques jours avant les élections. Avez-vous fait votre choix? Selon moi, chacun devrait lire la plateforme électorale des partis afin de voter de façon éclairée. Cependant, cette tâche est longue et peu de gens s’y apprêtent, malheureusement. J’ai donc décidé de vous exposer le volet environnemental des cinq partis dans la course.

Sans plus tarder, commençons par les conservateurs qui ont lancé leur programme à une semaine du scrutin. Première chose frappante : on y mentionne des réductions absolues de gaz à effet de serre (GES). Celles-ci font partie du programme « Prendre le virage » d’Environnement Canada lancé en avril 2007. Sur le site du ministère, on précise que des réductions de l’intensité des émissions de GES de 18 % seront imposées à partir de 2010, puis de 2 % annuellement jusqu’en 2020. Où sont les réductions absolues? Entre 2020 et 2025, des plafonds d’émissions fixes seront mis en place afin d’atteindre 20 % de réduction absolue par rapport à 2006. Je tiens à préciser que les accords internationaux prévoient des réductions par rapport au niveau de 1990 et que, depuis cette année et jusqu’à 2006, les émissions ont augmenté de 21,7 % au pays selon Environnement Canada. Les conservateurs sont les seuls à se référer à 2006 pour les émissions de GES. En plus des changements climatiques, on mentionne dans la plateforme la mise sur pied d’une banque de données accessibles au public des entreprises ayant enfreint des normes environnementales et le renforcement de l’application de celles-ci. L’expansion des territoires protégés et le renforcement des règlements sur les produits chimiques toxiques sont également mentionnés.

Les Libéraux maintenant. Dans un document de 16 pages, on y explique comment ils vont s’y prendre pour rendre notre pays plus vert. Le fameux Tournant vert consiste à réduire d’ici 2020 les émissions de GES de 20 % par rapport à 1990. À plus long terme, on prévoit une baisse entre 60 % et 80 % en 2050. Bien que le Parti libéral ne semble pas comprendre ce qu’est une source d’énergie renouvelable, il vise à augmenter à 15 % la production d’énergie de ce type (presque 70 % de l’électricité au Canada est de source hydraulique…). Chose intéressante, la rénovation de 100 % des foyers d’ici 2030, afin de bénéficier d’économies d’énergie de 20 % à 40 %. Le secteur des transports n’y échappe pas avec de nouvelles normes de consommation de carburant pour les voitures. Calculatrice d’empreinte écologique, amélioration de la qualité de l’air et des cours d’eau (400 millions $), interdiction de l’exportation massive d’eau, réglementation des substances toxiques et protection de 50 % des espaces sauvages vierges sont au menu.

Le NPD lui promet 25 % de réduction des GES en 2020 et 80 % en 2050, toujours par rapport à 1990. En plus de plusieurs points semblables au plan de M. Dion, on y retrouve, entre autres, la mise sur pied d’une agence canadienne d’énergie renouvelable, le gel de l’exploitation des sables bitumineux, le développement du transport ferroviaire et des mesures contre les cyanobactéries.
Je pourrais continuer avec le Parti vert et le Bloc. Cependant, les objectifs généraux de tous les partis, à l’exception des conservateurs, sont très semblables, seulement la façon de les atteindre diffère quelque peu. Je dois dire que le Bloc et le Parti libéral détiennent une bien meilleure crédibilité en environnement qu’avant à mes yeux, le NPD et les Verts étant les plus avancés. Sans grand étonnement, seule la plateforme conservatrice contenait les cibles de réductions de GES les plus basses (ou les plus réalistes?) que les autres. Une chose est sûre, l’environnement semble être une beaucoup plus grande préoccupation qu’aux élections précédentes, et ce, même pour les conservateurs. Une lueur d’espoir brille donc à l’horizon…

Pour les intéressés, un site internet a été mis sur pied, voterpourlenvironnement.org, afin de s’assurer de ne pas élire un gouvernement conservateur en votant « intelligemment » pour le candidat dans son comté qui a le plus de chance de défaire le Parti conservateur. De plus, Greenpeace publie sur son site (greenpeace.ca) les réponses des partis à un questionnaire au sujet de leur politique environnemental. Bon vote!

Articles similaires

Génie et Culture : incompatibles?

31 octobre 2008

CULTURE. Un mot qui peut susciter à Polytechnique différentes réactions rien que par la lecture de ses caractères : la curiosité de celui qui meurt d’envie d’apprendre autre choses que les modélisations de la semaine, ou le dédain de l’autre qui, en lisant ce journal, est persuadé qu’il a du se tromper de direction après avoir monté les rampes du métro. Ces deux réactions paraissent totalement contraires l’une de l’autre, mais un point commun...

Qui veut la peau de Stéphane Dion ?

7 décembre 2008

Qu’on veuille faire prendre le chemin des hirondelles à Dion n’est pas nouveau au PLC… Mais aujourd'hui, Stéphane Dion, le chef libérale et optionnellement de la coalition PLC/NPD appuyée par le Bloc serait-il menacé de putsch au sein même de son propre parti alors qu'il vient de gagner l'une de ses plus grande bataille : faire une coalition avec le soutien du BQ ? Tiendra-t-il jusqu’à la fin de la prorogation parlementaire ? Le...

Ampoules fluocompactes contre incandescentes

26 septembre 2008

Vous vous êtes sûrement déjà posé la question de si vous aviez vraiment la fibre écolo : les subventions d’Hydro-Québec pour remplacer les ampoules incandescentes par des fluocompactes sont-elles environnementalement justifiées? Les ampoules fluocompactes consomment moins d’énergie et durent plus longtemps que les incandescentes, constituant ainsi une solution intéressante. Cependant, elles contiennent du mercure gazeux et leur production demande beaucoup plus de ressources si on considère tout le cycle de vie de l’ampoule. Dans...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.