Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Belle morbidité

Je vous remets une ‘tite couche sur Bell? C’est vraiment pas mon année avec eux. Alors quoi Quintal? T’étais pas content avec tes fichus 5$ de rabais? Si si. Je dirais même plus, j’étais émerveillé. Sous prétexte de me rembouser les 10$ de trop perçu, ces étourdis ont oublié de me facturer le mois de septembre. Je me plains pas. Mais je menace de monter au créneau si jamais ils se mettent à m’entuber plein régime. D’ici là, je stream de la porn HD sur la bande passante de Sympatico. C’est mon chat que ça fait rire… Donc là c’est plus l’internet. Après “Sympa, t’es con”, ce sont les empaffés de Belle Morbidité qui prennent le relais…Croulant sous l’argent suite à des spéculations boursières plus que rentables, je me suis senti l’âme d’un mécène et me suis fait la largesse d’un HTC Windows Debile (TM). Bon, c’est pas byzance. Ça chie tout le temps. Des appels manqués. L’heure qui s’affiche avec un retard de 5 heures (ce qui faillit me causer une crise d’apoplexie quand je me réveillai en retard à 1h00 de l’après-midi… alors qu’il était à peine 6h00 le matin).Bref, un débris à la fine pointe de la prétencieuse technologie. La facture à la fin du mois, elle changeait pas…Comble du bonheur, l’interface tactile du bidule m’a lâché. Dans le genre de la mome qui te plante un soir de gaule majestueuse. Pas forçant le machin, je pouvais encore bricoler avec les touches et obtenir quelques coups de téléphones si mon historique d’appels m’y autorisait. Je pouvais aussi recevoir des appels et raccrocher au nez des englués du cerveau qui m’escagassent les neurones. Non content de me faire fourrer à domicile, je crus bon d’aller réclamer des soins colorectaux directement à la boutique. L’autoproclamé président de ces lieux m’accueillit avec un verbe fleuri et un tutoiement pataud. Il voulait me la faire à l’envers avec un ciseau à surtaxe, une bricole, un petit 25$ pour le téléphone de remplacement qui allait me permettre de profiter de l’abonnement que j’aurais quand même payé si je n’avais plus eu d’appareil pour en profiter… En prime, il m’annonçait que l’inspection technique allait déterminer si le changement de l’appareil allait m’être facturé. Bien sûr, sans que je sois présent pour voir les conditions dans lesquelles ces cochonneries d’inspection s’effectuent, et surtout après que mônsieur le président ait magané mon téléphone de ses propres mains et ce sous mes yeux. Ils manquent vraiment pas d’air. Bien sûr, vous commencez à me connaître. Et de une, je les ai pas payés les putaignes de vingt-cinq. Et de deux, j’ai eu le changement d’appareil pour pas un rond. Mais il a fallu que je fasse intervenir toute la hiérarchie de chez Bell Cacanada. Du dernier sous-fifre aux actionnaires de chez teachers. Une plainte en bonne et due forme a été déposée contre l’impudent et sa boutique fermera probablement ses portes à la Plaza Côte-des-Neiges. C’est qu’il a le bras long, Quintal. Tellement long qu’il se gratte les couilles en se mouchant des deux mains. Allez, à la revoyure.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Un oeil sur le monde

2 octobre 2009

Un regard pas si objectif sur un résumé de ce qui se passe dans le monde en ce moment. Massacre en Guinée Conakry 157 personnes tuées par balles et 1200 blessés ce lundi 28 septembre dans un guet apens orchestré par les militaires de la junte au pouvoir. Actes de barbarie, viols, violence envers les opposants. Du jamais vu en Guinée. Ce pays ne vous dit peut-être rien, c’est un petit pays sur la...

À l’heure du journalisme électronique

8 octobre 2010

Ça ne pèse rien. Ne s’envole pas. Ne se froise ni ne se déchire. Voilà maintenant plusieurs années que les journaux traditionnels souffrent d’une baisse de leur lectorat au profit des versions électroniques, pour la plupart gratuites sur le net. Avec l’avènement des téléphones de plus en plus sophistiqués, des tablettes électroniques et de l’incroyable disponibilité de l’accès au réseau Internet sans fil, un nouveau style journalistique a su se développer. Petit tour d’horizon,...

Rafales… qui ne décoiffent pas

30 janvier 2009

Saviez-vous que nos âmes doivent s’accrocher à leurs propres os pour garder la mémoire de leur histoire ? Non ? Hé bien, moi non plus. Les quatre personnages de Rafales sont des âmes de personnes décédées et vont procéder à nous raconter leur histoire (dont ils se souviennent car ils ont tenu ferme à leurs os). Sauf… qui déjà ? Madeleine, ah oui. On commence déjà à l’oublier. Elle non plus ne semble plus...