Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Juliette et Chocolat

Ah enfin libre! Du moins pour une semaine. Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai eu un boost d’intra non négligeable et je vais avoir besoin de relaxer pour quelques jours. Étrangement, que j’aie besoin de relaxer ou que je sois en manque d’énergie, je pense toujours au même endroit. C’est un merveilleux lieu où tous mes rêves deviennent réalité. Plutôt que de tout simplement vous en parler de manière décontracte ou de vous dire que lorsque j’ai besoin d’un endroit romantique pour sortir avec ma copine c’est la première place à laquelle je pense, je vais tenter d’en faire une critique culinaire des plus complètes. Non, je ne dirai pas que le marxisme-léninisme du chef se reflète dans ses tortellinis verts, ça je laisse Woody Allen le faire (et de toutes façons, ils n’en ont pas).

Bon je commence, un peu de sérieux. C’est lorsque que l’on marche le ventre vide sur St-Denis que l’on croise ce petit restaurant. Dissimulé près du Trois Amigos comme le glaçage entre les biscuits Oréo, notre première réaction lorsqu’on le voit est de se demander pourquoi on soupe si on peut passer directement au dessert. En effet, chez Juliette et Chocolat, une chocolaterie de haut calibre, on prétend pouvoir satisfaire tous vos besoins de sucre (et ils y réussissent toujours au-delà de mes espérances). Comme si le désir de manger du chocolat n’était pas assez intense, il faut parfois faire la file avant de pouvoir pousser la porte et commencer à prendre des calories en respirant l’odeur délicieuse de chocolat praliné, de crêpes fruitées et de brownies fondants. La file peut être présente à des heures étranges pour un restaurant, comme par exemple 22h, mais elle n’est jamais extrêmement longue. Les serveuses vous assignent ensuite une place courtoisement. L’espace qui vous est attribué n’est pas énorme, car il y a beaucoup trop de fans de chocolats dans Montréal. Ils doivent donc remplir la place le plus possible. Un simple coup d’œil au menu vous remplis déjà l’estomac, mais vous donne l’envie irrésistible de tout goûter. Voici la plus grosse commande que j’ai mangée chez Juliette et Chocolat : un chocolat chaud et une crêpe. J’avais mal au ventre parce que j’avais trop mangé, mais j’ai fini mon assiette quand même parce que c’était délicieux. Il faut dire que là-bas, quand ils disent chocolat chaud, ils veulent vraiment dire chocolat chaud, c’est-à-dire que vous allez boire du chocolat fondu et rien de plus, même pas dilué! Vous devez seulement choisir le type de chocolat : blanc, au lait ou noir.

C’est une expérience à vivre une fois dans votre vie et probablement plusieurs autres, car vous ne pourrez vous en passer. Évidemment si vous êtes diabétiques, vous pouvez ne jamais l’essayer, car ça pourrait être tragique. Je vous décrirais bien le goût, mais je crois que vous pouvez imaginer avoir une tasse de chocolat devant vous. Avis à tous ceux qui, étant jeune ou moins jeune, mangeaient du Nesquik à la cuillère et qui se sentaient coupables. Ici, aucune culpabilité! Tout le monde est là pour faire bien pire. La crêpe était, quant à elle, une surprise appréciée par mes papilles gustatives. Je ne m’attendais pas à ce délice. Une crêpe, ça reste une crêpe, mais une crêpe avec du chocolat fondu, du beurre d’arachide et des bananes, c’est un régal! (en plus d’être le cauchemar des régimes). Je n’ai pas encore goûté à tout et à chaque fois que j’y vais, je vois un dessert sur la table de quelqu’un d’autre qui a l’air délicieux et dont je n’avais pas remarqué la présence sur le menu. En passant, il y a même des boissons alcoolisés au chocolat et des shooters de chocolat!

Pour ce qui est du prix et bien, selon moi c’est juste adéquat. Ce n’est pas donné, mais la qualité y est, et ce n’est pas du vol non plus. Par exemple, si je me souviens bien, une fondue au chocolat pour deux personnes avec deux sortes de chocolat différentes (miam!) c’était environ 15$ et la portion est très raisonnable. En écrivant cet article, j’ai appris qu’il y avait un Juliette et Chocolat sur Laurier à moins de trois kilomètres de l’université. Je crois que je vais y aller souvent. La première fois que je suis allé manger là, je suis revenu chez moi vers minuit et j’ai écrit plus de la moitié de mon travail personnel d’éthique avant de me coucher tellement ça m’a donné d’énergie (je n’ai jamais été capable de réécrire autant de pages en si peu de temps). Je tiens à m’excuser pour tous ceux qui ont lu ça pendant leurs cours, je suis sûr que ça vous a donné faim. Voici donc les adresses des restaurants et si vous prétendez aimer le chocolat, vous devez y aller :
Juliette et Chocolat 1615, rue Saint-Denis Montréal, QC H2X 3K3 377, rue Laurier Montréal, Québec, H2V 2K3




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.