Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’art du jonglage

Stephen Harper est fort, très fort. Sans doute un peu trop fort pour ses adversaires directs. Il a compris la chose la plus importante en politique et surtout, quand vous devenez Premier Ministre et que vous vous voulez y rester, c’est l’art du compris et du calcul.
Forcément, avec cette technique, vous terminerez comme un Jacques Chirac en France, sans trop de panache, mais sans avoir froissé trop de monde.

Harper jongle ces derniers temps, entre l’art de se mettre dans la poche le nouveau chef du PLC (et ainsi demeurer Premier Ministre en évitant un vote de confiance négatif et une coalition lui prenant son siège) et faire plaisir à son parti pour éviter les tensions internes.

Ainsi, en quelques jours, il aura rencontré Ignatieff, fait négocier son budget avec les spécialistes du PLC (les députés John McCallum et Scott Brison) et annoncé par l’intermédiaire de son ministre des affaires étrangères Lawrence Cannon que l’implication du Canada en Afghanistan ne s’étendra pas au-delà de 2011 alors que Robert Gates (secrétaire à la défense aux USA, miraculeusement reconduit par Obama) faisait du charme et complimentait l’armée canadienne. Que de bonnes nouvelles pour les canadiens, Harper n’est plus à la botte des américains, commence à s’ouvrir aux députés de l’opposition.

Mais Harper n’oublie pas qu’en politique tout va très vite mais dans un pays comme le Canada, il a faillit en faire les frais à ses dépends lors de la crise qui aurait pu l’emmener à sa chute sans l’aide salvateur de la Gouverneure Générale. C’est pour cela qu’il va nommer 18 de ses petits copains conservateurs au sein du Sénat dès ce Moël (alors qu’il n’en avait nommé moins d’une demie-douzaine jusque là) il pourrait même aller jusqu’à placer des non-élus à ces postes. Cela a évidement provoqué la colère du NPD et du Bloc, mais fait le grand bonheur de ses alliés conservateurs.

On verra si cette tactique portera vraiment profit au Premier Ministre lors du retour des parlementaires à la chambre des communes le mois prochain. Mais dans tous les cas, cette prorogation aura fait du bien à Harper et son camp !

Articles similaires

Chronique d’une gaffe journalistique

10 octobre 2008

Voici une petite interview d’un chroniqueur du Polyscope (Mathieu) par une photographe de Polyphoto (moi), par rapport à la manifestation anti-droite de dimanche. C’était ta première expérience sur le terrain. Qu’en as-tu pensé? C’était quand même intéressant. J’ai pu rencontrer certaines figures politiques comme un député du parti néo-rhinocéros, un représentant du FRAPRU et même la présidente de la CSN, Madame Claudette Carbonneau. Quelle est la figure la plus importante qu’il t’ait été donné...

L’exemple Californien

13 décembre 2008

En décembre 2006, la Chambre des communes rejetait la motion des conservateurs visant à rouvrir le débat sur le mariage gai. Prenant acte de ce résultat par 175 voix contre 123, le premier ministre Stephen Harper avait promis de ne plus jamais tenir de vote sur le sujet, même s'il devait un jour former un gouvernement majoritaire. En novembre 2008, les californiens étaient appelés à se prononcer sur la proposition 8 qui visait à...

À qui perd, gagne…

3 décembre 2008

Aujourd’hui, Stephen Harper s’est adressé à la nation canadienne. Dans un discours plat, il n’a rien dit de nouveau à part qu’il ferait tout ce qu’il a en son pouvoir pour bloquer la coalition « non-démocratiques » des libéraux avec le NPD et le soutien des terribles « séparatistes » du Bloc Québécois (dans la discours en anglais étrangement il qualifiait de \"souvrainistea\" dans la version française). Mais il n’a rien annoncé sur le...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.