Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les canadiens ne comprennent rien au système politique et les québécois, c’est encore pire

La crise politique qui a eu lieu le mois dernier avait mis en lumière les nombreuses lacunes des canadiens à comprendre le système institutionnel, législatif et exécutif du pays. Il faut dire que le Premier Ministre Stephen Harper ne les avaient pas aidé en qualifiant la coalition de « coup d’état » et d’action « anti-démocratique », en tentant par des mensonges de semer le trouble dans l’esprit des canadiens.

Dans un récent sondage d’IPSOS-REID, 75% des Canadiens interrogés croyaient que le premier ministre, ou que la Gouverneure Générale, est le chef de l’État. Alors qu’en fait, comme en Australie, c’est la reine qui est à la tête du Canada. Seulement 24% des personnes interrogées ont réussi à trouver cette bonne réponse.

Cette première question pourrait se révéler inutile et peu représentative de la connaissance des canadiens par rapport à leurs institutions, car la Reine n’est pas vraiment un symbole du Canada, mais c’est les réponses apportées par la suite dans l’étude qui sont affligeantes.

Pour quasiment un tiers des canadiens, leur système de gouvernement est une « assemblée coopérative » (25%), ou une « république représentative » (17%). Alors que le Canada est une monarchie constitutionnelle, réponse à laquelle 59% des canadiens répondent correctement.

Par contre, 51% des sondés pensent que les Canadiens élisent directement leur premier ministre. Cela est totalement faux, car ils élisent des membres locaux du Parlement et la tradition veut que le leader du parti comptant le plus de députés élus devienne premier ministre à la demande du Gouverneur Général. Mais une coalition de plusieurs partis étant d’accord pour gouverner ensemble pourrait tout à fait le faire. À l’échelle nationale, 70% des Québécois croyaient à tort que les Canadiens élisaient directement le premier ministre.

Des idées comme celle-ci font par la suite penser aux personnes que des actions menées comme celles de la coalition ne sont pas légales mais cela n’est pas vrai.

Il faut dire à la décharge des canadiens que notre système constitutionnel est l’un des plus complexes de la planète notamment par son mélange entre le pouvoir législatif (comme les députés par exemple) et le pouvoir exécutif (le gouvernement), chose qui est très rare dans les démocraties. On le voit bien à l’heure actuelle aux États-Unis, par exemple, Hillary Clinton qui devient Secrétaire d’État est obligée de laisser son poste de Sénateur de l’état de New York vide, tout comme en France un ministre ne peut être député.

Mêmes les plus grands journalistes politiques et constitutionnalites ne savaient pas ce qu’allait faire la Gouveneure Générale Michaëlle Jean face à cette crise, alors comment un citoyen lambda peut-il comprendre ces méandres du fonctionnement de la politique canadienne ?




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Un dégel soigneusement préparé

21 septembre 2007

Cet article est le premier d’une série de textes visant à démystifier le dossier complexe des frais de scolarité et du financement des universités. Dans le contexte actuel du dégel des frais de scolarité, nous jugeons essentiel que les étudiants disposent d’un maximum d’information afin d’être en mesure de juger des mesures annoncées. Le 28 juin dernier, confirmant les inquiétudes du mouvement étudiant depuis la dernière campagne électorale, la ministre de l’Éducation, Mme Michelle...

Une baleine a échoué devant ma porte

19 septembre 2002

Ce matin, vous ne me croirez pas, une baleine a échoué devant ma porte. Je n'ai pas voulu la déranger. J'ai cru qu'elle avait passé la soirée dans Dieu sait quel bar et qu'elle s'était retrouvée là par inadvertance. J'ai même eu l'outrageante idée que cette pauvre bête prenait un somme devant chez moi. Mais le soir, revenu de Poly, l'animal gisait à ma porte, inerte. Je compris là seulement qu'elle ne se sentait...

Last calls to win… Téléphoner pour gagner

7 novembre 2008

Branle-bas de combat à New York City dans les six succursales démocrates de Manhattan! Ces locaux de campagne se sont transformés depuis quelques jours en grands centres d’appels téléphoniques. Des bénévoles new-yorkais de tous horizons qui ont un peu de temps et d’énergie à donner sont immédiatement enrôlés dans la campagne d’Obama pour se relayer au téléphone et toucher le plus d’électeurs indécis. L’état de New York n’est pas un de ces « Swing States »...