Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

L’exemple Californien

En décembre 2006, la Chambre des communes rejetait la motion des conservateurs visant à rouvrir le débat sur le mariage gai. Prenant acte de ce résultat par 175 voix contre 123, le premier ministre Stephen Harper avait promis de ne plus jamais tenir de vote sur le sujet, même s’il devait un jour former un gouvernement majoritaire.

En novembre 2008, les californiens étaient appelés à se prononcer sur la proposition 8 qui visait à rendre illégal dans la constitution de cet état le mariage gai. En juin, la Californie avait rendu légal cet acte provoquant la fureur des associations conservatrices. 18 000 couples homosexuels se seraient mariés en Californie entre juin et novembre. La « proposition 8 » fut adoptée avec 52,1% des voix. Ce résultat a provoqué une série de manifestations en Californie et dans le reste du pays, notamment dirigées contre l’église mormone, dont des membres ont contribué financièrement à la campagne.

Pourquoi parler de ce cas ?

À l’heure où le gouvernement Charest a été élu avec la plus faible participation depuis 80 ans avec 57,3 % et à l’heure où les élections fédérales n’ont réussi à réunir seulement 59,1% des inscrits aux bureaux de votes, il serait peut-être temps de sortir des carcans du politiquement classique. Arrêter de résumer la campagne à des attaques perfides contre ces opposants, mais essayer de proposer, d’argumenter, de faire avancer le pays ou la nation. Et cela est autant valable pour le Canada, que pour la France ou encore les États-Unis ! Où aujourd’hui, la bonne bouille d’un candidat ou la culture familiale à un parti ou à une appartenance idéologique (souveraniste ou fédéraliste) jouent plus que les programmes et les idées amenées par les candidats. Je ne dis pas qu’il faut renier ces origines, mais il ne faut pas être borné, essayer de voir quel parti et quel candidat propose les meilleurs idées et mesures pour toi et ton pays.

Les réactions par rapport à la proposition 8 ont été exceptionnelles. Elles n’ont pas été basiques sur le fait de s’insurger contre les « méchants » conservateurs mormons qui ont réussit à faire passer cette loi, mais elles ont été d’argumenter, de trouver les mots qui touchent, les façons qui mobilisent, les exemples qui marquent.

Voici deux vidéos qui montrent un tout petit échantillon des réactions des gens de cet état face à ce recul des droits humains. On notera que ce ne sont pas des politiciens (journalistes et acteurs), qu’ils n’ont aucun intérêt à faire cela, mais qu’ils le font magnifiquement bien.

Nos politiciens devraient en prendre de la graine au lieu de se gargariser comme quoi ils font de bonnes campagnes alors qu’ils n’ont cessé de blâmer leurs adversaires.

Vives les idées et à bas la politique politicienne !

Keith Olbermann est l’un des journalistes les plus libéral des networks américains. L’un des plus grands aussi: il a couvert toute la campagne pour MSNBC. Cet éditorial a été l’un des meilleurs de sa carrière, il avance des points très concrets, des exemples forts, et argumente extrêmement bien ces points.


Keith Olbermann contre la Proposition 8

Il y a une semaine, une mini comédie musicale s’est montée pour défendre les droits des gais. On y retrouve notamment le comique mondialement connu Jack Black ainsi que Neil Patrick Harris (acteur de la série How I met your mother). Malgré son caractère plutôt comique, elle avance de réels (et très bon) arguments.


La Proposition 8 en comédie musicale !

Polyscope, orange depuis 1967 et pas prêt de s’arrêter…




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.