Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Meilleur du Web

La chronique techno est maintenant disponible sur le web! Visitez
http://comic.polymtl.ca/articles

Révélation du Google Phone

Après quelques délais, nous avons finalement eu la chance de voir le premier téléphone se servant du système d’exploitation Android de Google. Le téléphone avait le nom de code HTC Dream, mais a été renommé G1, pour se servir de l’avantage commercial de la marque de Google. Il a été révélé lors d’un évènement organisé par T-Mobile, qui sera le réseau à avoir l’exclusivité sur le téléphone.

Malheureusement, le téléphone n’est pas aussi impressionnant que ce à quoi on s’attendait. Évidemment les comparaisons entre ce téléphone et le iPhone ont été multiples et, malgré le fait que l’appareil est très intéressant premier effort, il perd quelques plumes devant son compétiteur. Il faut savoir cependant que malgré le fait qu’il est publicisé comme le Google Phone, le téléphone a été fait par HTC, et que le système d’exploitation sera bientôt disponible sur d’autres téléphones provenant de différents fabriquants.

Voici les avantages et désavantages du G1 sur le iPhone :
Avantages :

  • Clavier QWERTY dissimulé
  • Appareil photo 3.2 megapixel
  • Logiciel libre (open source)
  • Prix (179$ avec contrat de

deux ans, sinon 379$, 25$/
mois données illimitées)

  • Carte MicroSD 1 GB incluse
  • Trackball

Désavantages :

  • Mémoire interne de 256 MB
  • Sans MultiTouch
  • Pas d’entrée écouteur
  • Interface relativement lente
  • Applications manquantes
  • Pas de support entreprises

Pour une description imagée, allez ici. (tag : android iphone toast)

Pour clarifier certains points, il faut dire que HTC a l’intention d’inclure un adaptateur USB à écouteurs après le lancement du produit, et que Google s’attend à ce que les applications manquantes deviennent disponible peu de temps après la sortie de l’appareil et potentiellement meilleur que ceux qu’ils auraient pu concevoir eux-mêmes. La plupart des inconvénients (relativements petits) du G1 sont liés à l’appareil lui-même plus qu’au système d’exploitation.

L’avantage clair du lancement de la plate-forme est relié au fait que le système est libre. De cette façon, un développeur n’a pas besoin de soumettre un logiciel à qui que ce soit pour qu’il soit disponible à tout un chacun d’en faire ce qu’il en veut.
De cette façon, un téléphone devient aussi ajustable que n’importe quel PC, sinon encore plus, car chaque partie du système d’exploitation est théoriquement modifiable à souhait.
Évidemment, le fait que Google soit derrière une telle initiative donne beaucoup plus de poids au projet que n’importe quel autre tentative de libéraliser le marché. Justement, on vient d’apprendre que Motorolla cherche à engager 350 personnes pour faire du développement sur des téléphones Android, et que Nokia fait de même à l’interne.

Le G1 n’est pas annoncé pour sortir au Canada pour le moment, mais ce n’est pas si grave vu les problèmes reliés à cette première version. Cependant, tout porte à croire que l’entrée tardive de ce produit provient d’un manque de support des tranporteurs à introduire un téléphone basé sur le logiciel libre sur leurs réseaux, ce qui risque d’être très néfaste à l’évolution de ce marché au Canada. Ceci étant dit, on dirait bien que ceci n’est que le premier de plusieurs téléphones qui risquent fort de révolutionner l’industrie du cellulaire.

Apple effectue un rappel sur son chargeur iPhone

Pendant ce temps, Apple a émis un rappel sur la plupart de ses chargeurs USB Ultracompact car ils ont été jugé légèrement dangereux ; en effet, la partie métallique pourrait se séparer de l’appareil et rester coincé dans la fiche électrique, posant des risques de chocs électriques. Apple dénote qu’aucun accident n’a été reporté et que seul un faible pourentage de ces appareils sont à risque d’une telle défectuosité, mais ne veulent pas prendre de chances, considérant que très peu d’accidents de ce type pourrait causer plusieurs problèmes judiciaires. Si jamais vous avez cet appareil et vous voulez vérifier s’il est sécuritaire, regardez s’il y a un point vert sur le côté de l’extrémité métallique. Si oui, il s’agit d’un nouveau modèle. Vous pouver aller voir sur le site d’Apple pour plus de détails (tag : apple recall usb)

Lancement d’une fusée privée

Après trois essais manqués, la compagnie SpaceX a réussi à envoyer son 4e modèle en orbite, marquant l’histoire en étant la première entreprise privée à envoyer son propre engin dans l’espace.

La compagnie a été fondée par Elon Musk, un des cofondateurs de Paypal, l’entreprise de gestion de transactions en ligne. Après avoir fait fortune en vendant ses parts, il a décidé de fonder une compagnie d’exploration spatiale en recrutant parmi les meilleurs ingénieurs en aérospatiale. Avec ce premier succès, SpaceX compte réduire les coûts de transportation spatiale jusqu’à 10 fois ainsi que de les rendre plus sécuritaires. C’est quand même étonnant de savoir qu’après 8 minutes, la fusée était plus haute dans l’espace que la station spatiale internationale et se déplaçait à une vitesse de 5.2 kilomètres par seconde! Pour plus d’informations ainsi qu’un vidéo du lancement, visitez ce site. (tag : SpaceX Wired)

LHC fermé pour réparations

Avant même d’avoir eu la chance de se servir de son plein potentiel, le LHC est fermé pour réparations. En effet, CERN, le centre responsable de cette machine, a annoncé que la connexion électrique qui lie les superaimants servant à réaliser les expériences de collision a fondu nécessitant des réparations importantes dans l’appareil. Ce problème risque de prendre 2 mois à réparer. Ce n’est pas le premier problème que le collisionneur a depuis sa mise en fonction le 10 septembre.
Un transformateur électrique de 30 tonnes a arrêté de fonctionner et a déjà nécessité des réparations.
Maintenant, l’hélium liquide qui était utilisé pour refroidir les aimants à une température de 1.75 Kelvins (1.75 degrés Celsius au-dessus du zéro absolu) a fuit ce qui a causé la fonte de la connexion électrique. Les ingénieurs doivent donc réchauffer la pièce à des températures acceptables, réparer cette connexion et re-refroidir la pièce. C’est la principale raison pourquoi le temps de réparation est si long. Le LHC a couté 8 milliards de dollars et a pris 14 ans à construire.

Articles similaires

Chronique technologique

14 septembre 2007

Paramount et DreamWorks arrêtent de supporter Blu-ray Alors que plusieurs personnes étaient prêtes à couronner Blu-ray comme gagnant de la guerre de formats contre HDDVD, voilà que les studios Paramount, propriétaires entre autres de DreamWorks depuis 2005, et qui, avant, publiaient leurs productions dans les deux formats, se rangent maintenant du côté de HDDVD. Ceci signifi e que plusieurs gros titres tels que Transformers et Shrek 3 ne seront pas disponibles aux utilisateurs de...

Chronique Technologique

30 janvier 2008

Nouvelles de CES Plusieurs nouvelles sont sorties la semaine dernière, alors que toutes les grandes compagnies de technologie faisaient aller leurs équipes de marketing pour pouvoir démontrer leur savoir-faire à la plus grande exposition d’appareils électroniques au monde, le Consumer’s Electronic Show, à Las Vegas. Comme d’habitude, il y a eu énormément d’informations qui sont ressorties de cet évènement, dans la plupart des sphères du monde de la technologie. Warner Bros et New...

Chronique Technologique

20 mars 2008

Microsoft a émis une offre d’achat publique sur Yahoo! il y a deux semaines, après la chute de sa valeur d’action au cours des derniers mois. La proposition de Microsoft parle de 44.6 milliards de dollars en comptant et actions Microsoft, soit l’équivalent de 31$ par action de Yahoo. Ce montant représente une augmentation de 62% sur sa valeur au moment de l’annonce. Les actionnaires seront payés dans un rapport 50-50 entre argent comptant...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+