Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

The Dears ne sont pas morts !

Voilà, enfin, c’est très bientôt qu’on pourra renouer avec The Dears, ce groupe rock-indie montréalais qui était là bien avant Arcade Fire, avant Malajube, avant Patrick Watson… Fondé en 1995, maintenant connus à-travers le monde, il faut avouer qu’ils ont ouvert la porte pour bien d’autres bands de chez nous.

En cours de route, bien entendue, plusieurs membres ont quitté le groupe, d’autres se sont joins, si bien qu’on les croyait mort depuis quelques temps. De la formation originale, il ne reste plus à présent que Natalia Yanchak et Murray Lightburn, le chanteur. Ce dernier pensait bien « tuer » The Dears, mais alors qu’il composait des chansons pour un projet solo, il a dû se rendre à l’évidence : tout ce qu’il écrivait sonnait The Dears.
Impossible donc de s’en défaire, si bien qu’ils sont prochainement de retour avec un tout nouvel album, Missiles. On peut écouteur un premier extrait ainsi que visionner des vidéos sur le site web du groupe (http://www.thedears.org/)
La semaine prochaine, dans le cadre de Pop Montréal, on pourra voir et entendre le “nouveau” The Dears. Le 2 octobre, au Masonic Temple. Billets en vente sur popmontreal.com. Entre temps, malgré que Missiles ne sorte que dans quelques semaines, l’album est déjà disponible sur Bittorent. C’était inévitable.

Les membres de The Dears décrivent eux-mêmes l’album sur leur MySpace comme étant très « beau ».
Un album essentiellement blues, idéal pour faire l’amour, car il rend toute chose plus agréable. L’album dure au total près d’une heure, avec des chansons très longues, dont une qui fait 11 minutes (comme dans le bon vieux temps).
The Dears ne sont pas mort. Vive The Dears!
Chroniques à suivre sur le blog
chez-bigi-academie.blogspot.com

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+