Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Trudeau défie Barbot…à Papineau

Entrevue avec Vivian Barbot

Elue en 2006 face au ministre libéral M. Pettigrew avec 990 voie d’avance.
Elle est la première femme haïtienne à être élue députée Porte-parole de son parti sur la francophonie et elle est aussi vice-présidente de la comission chargée des affaires étrangères à la chambre.

Vivian Barbot, le Wall Street Journal a écrit «Harper a restauré le prestige international du pays en faisant preuve de courage à propos de l’Afghanistan.»
qu’en pensez-vous ?

Je pense que ce qui est plus correct à dire est que Harper nous a fait perdre notre intérêt au niveau international. Pour les canadiens, le Canada est reconnu comme un pays de paix. Donc les forces de mission de la paix, c’était ça notre spécialité et on le faisait fort bien. Et les gens ont été très surpris de voir en très peu d’années, on est devenu une puissance de guerre. D’autant plus on se retrouve à l’avant-garde de cette guerre là. Le Canada a donné plus que sa part et bien sûr on ne dit pas qu’il ne faut pas aller aider les pays en guerre, mais à un moment donné, il faut voir avec les réelles capacités du Canada. […] Et on voit même hier
[mardi] Amid Karsai qui lui unilatéralement demande à s’asseoir avec les talibans. Donc il y a des choses que l’on ne comprend pas. Normalement le Canada devrait respecter les 3 D
: défense, développement et diplomatie.
Et actuellement la majorité est donnée sur la défense et ce n’est pas du tout ce que veulent les gens.


Pensez-vous alors qu’une alliance entre tous les partis contre la guerre en Afghanistan serait possible?

Oui, sauf qu’à chaque fois qu’on a voté là-dessus, les libéraux ont voté avec le gouvernement ou ils ont laissé le gouvernement gagner. Alors on a beau dire la même chose, mais dans les faits les libéraux c’est eux qui nous ont amené dans cette sale guerre et ils n’ont rien fait pour nous en sortir dans le denier mandat. Et c’est évident qu’ils ont des problèmes majeurs de leadership qu’ils vont devoir régler, ils ne sont pas en mesure de constituer une opposition et ils vont probablement continuer ce qu’ont fait les conservateurs.

Le Bloc est l’un des partis le plus attaqué dans cette campagne mais plus sur votre image et que sur vos idées, est-ce que c’est ça la démocratie ?

La démocratie, c’est toujours quelque chose qu’il faut préserver[…]
Dans cette démocratie, il arrive que le Bloc représente un certain nombre de gens qui veulent sortir du Canada, c’est tout à fait légitime et le fait que les autres le remettent en question c’est sans doute légitime aussi parce qu’on les embête parce qu’on réussit trop bien. Mais c’est tout ce que ça va faire parce que dans sa sagesse la population réélit fois après fois les députés du bloc québécois. Notre travail à Ottawa est exemplaire et tout le monde le dit[…] Alors ça existe les foules, mais ça ne va pas plus loin. Et il ne faut pas s’y méprendre si on avait fait le quart de la moitié du commencement de quelque chose qu’il ne fallait pas faire, là ça ferait longtemps qu’on ne serait pas là.
Pensez-vous que les quatre grands partis plus libéraux pourraient s’allier pour pouvoir contrer le gouvernement conservateur ?
Ben, ça n’est pas dans la tradition, on ne fonctionne pas comme cela ici.


Si vous aviez un reproche à faire à votre adversaire : le candidat Justin Trudeau, lequel serait-il ?

Je n’en ai pas beaucoup car il ne dit pas grand-chose sur le comté, alors j’aurais bien aimé savoir quel est sa vision sur le comté ? Dans un milieu où il y a énormément de problèmes d’immigration de francisation, j’aurais bien aimé savoir ce qu’il comptait faire.
Monsieur Trudeau n’est là que pour avoir un tremplin pour aller plus loin.

Justement il vous reproche de ne pas avoir « une voix assez forte
[…] pour rêver avoir les mains sur les manettes du pouvoir », quel est votre réaction ?

[…]Moi, je veux miser sur les gens de Papineau pas d’un éventuel pouvoir à Ottawa.

Et les libéraux vous craignentt-
ils autant pour mettre face à vous monsieur Trudeau ?

Ecoutez, c’est légitime de vouloir reprendre les comtés que l’on a perdus, mais c’est peut-être parce que monsieur Justin Trudeau aime les immigrants, c’est peut-être pour cela qu’il veut se rapprocher de moi. (rires)
[…] Pour ce qui est d’un débat […]dire systématiquement que l’on ne veut pas donner ça au peuple qui le demande parce qu’on va être mal pris, je trouve que c’est un constat d’échec et un peu bizarre comme raisonnement.

Entrevue avec Justin Trudeau

Il est le fils aîné du très fameux et célèbre premier ministre Pierre Elliott Trudeau, c’est un ancien de Poly où il a passé 2 ans et demi. Lors de cette campagne, il est rentré dans les annales du net avec une vidéo d’accueil sur son site en franglais.

Justin Trudeau, quel est votre position sur l’Afghanistan ?

C’est une mission importante, qui avait été façonnée autour des 3 D : défense, développement et diplomatie.
Maintenant, c’est de plus en plus la défense et le but d’après le parti Libéral, sur nos forces armées, c’est pour intervenir là où l’on est nécessaire
: pas pour faire la guerre mais pour promouvoir la paix. Mais il faut faire attention de ne pas tomber dans le piège de se dire que le Canada n’a
pas sa place à intervenir du tout, on oublie souvent que si le Canada s’est fait une réputation à l’international c’est en grande partie parce qu’on avait une participation importante lors des guerres mondiales, on a vraiment été présent pour promouvoir ce qu’est bon et juste dans le monde. Et c’est à cause de ça que c’est important que le Canada puisse intervenir, mais de la bonne façon.

Pensez-vous que le nucléaire est aujourd’hui une solution alternative au pétrole ?

Le nucléaire, c’est toujours une option intéressante car il n’y a pas d’émission à effet de serre. […] Mais il faut aussi comprendre que le nucléaire ne pourra jamais remplacer notre dépendance sur les hydrocarbures, alors comme étape intermédiaire, je trouve que c’est correct et c’est être réaliste à ce niveau là. Mais ce qu’il faut vraiment faire c’est qu’il faut investir énormément dans les énergies renouvelables telles que l’éolienne, le solaire, et l’énergie plus propre que le nucléaire. Parce qu’il faut savoir que chaque fois que l’on va bâtir des centrales nucléaires, même de laisser coûter les enjeux de sécurité, ça prend énormément de ciment et la production de ciment est extrêmement intensive et d’émission de gaz à effet de serre par exemple.[…] Au niveau de l’offre, il y a beaucoup de travail pour rendre nos maisons moins énergivores, pour avoir plus de transports en commun. Il faut changer la façon dont on consomme pour avoir un meilleur équilibre.

Pensez-vous que les quatre grands partis plus libéraux pourraient s’allier pour pouvoir contrer le gouvernement conservateur
?

La question est : est-ce qu’on veut s’opposer au gouvernement conservateur ? […]. Si vous ne voulez pas du tout de M. Harper, il faut voter Libéral. Mais si vous voulez lui donner une minorité ou comme les derniers sondages l’indiquent une majorité alors votez Bloc, NPD voir parti vert.
Mais pour remplacer Stephen Harper, il n’y a qu’un parti qui a la capacité, le chef et le plan pour le faire, c’est le parti Libéral du Canada.

Si vous aviez un reproche à faire à votre adversaire la député Vivan Barbot, lequel serait-il ?

Ce serait par sa position dans un parti qui est par définition toujours à l’opposition et un parti très régional.
Elle n’a pas une voix assez forte pour faire bien entendre et surtout pour rêver avoir les mains sur les manettes du pouvoir, comme je pourrais le faire si le parti Libéral formait un gouvernement. Il faut rassembler les gens, il ne faut pas avoir un discours qui divise.
Moi, je rencontre beaucoup de souverainistes dans mon comté et je leur dis : « écoute on ne va pas être d’accord sur le sujet du Québec et du Canada, mais il y a bien d’autres enjeux dont il faut parler… Je vous représente à Ottawa pas juste les libéraux qui auront voté pour moi, alors parlez moi de l’environnement, parlez moi de l’économie» et alors on a souvent de très bon échanges. […]

Est-ce que vous allez organiser un débat avec Mme Barbot
?

On a déjà fait deux débats avec Madame Barbot, mais pour les prochains jours mon emphase est vraiment sur l’importance d’aller chercher mes électeurs et un débat ça va donné plus d’attention aux autres et moi je préfère rencontrer un à un mes électeurs.

Que vous évoque l’école Polytechnique de Montréal ?

Ça a été deux ans de très bonnes études, j’ai vraiment aimé ces années là, ça m’a beaucoup apporté.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.