Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ceci n’est pas un édito

l serait beaucoup trop aisé pour moi d’utiliser le sujet des élections pour attirer les yeux du lecteur sur cette section de la page, c’est pourquoi j’ai décidé de ne pas faire d’édito sur ce sujet. Étant donné qu’aucun autre sujet m’intéresse ou en vaut la peine, j’ai décidé de ne pas faire d’édito. Voilà je l’ai dit, cette semaine, je ne fais pas d’édito. Il n’est pas question que j’abuse des sujets à scandale lors de leur popularité pour me faire lire. La preuve est que j’ai fait mon édito sur les élections la semaine passée. Je décide donc de ne faire aucun effort pour ce journal, mais comme j’ai déjà commencé à le taper, qu’il faudrait que je ferme Word et que j’efface le fichier (ce qui est un effort non négligeable), je clame haut et fort qu’en ce moment de dures études pour les intras, je ne fais rien. Hé merde, je continu à taper. Moi qui ne devais rien écrire. Bon comme ca serait plus d’effort aller voir la rédactrice en chef pour lui dire que j’ai rien fait, je vais continuer encore un peu. De toute façon, mes yeux font des efforts trop intenses pour supporter cette page blanche devant eux, je dois donc la remplir de noir pour les calmer. C’est sûr, vous me direz que je pourrais ne rien écrire, laisser mon ordi comme ca et partir me chercher des Cracker Jack (je me fais dire ça tellement souvent ces temps-ci, je ne comprends pas), mais faudrait que je me lève! Je suis bien installé sur ma chaise, je préfère attendre que ma page se tasse d’elle-même. Je pourrais peut-être appeler le 911 pour qu’un policier vienne fermer mon ordi, ça ne serait pas pire que la madame qui avait appelé pour demander si on était mardi ou mercredi, mais pour cela faudrait que je sorte mon cellulaire, le déplie et signal un nombre incalculable de numéros (3) pour ensuite appuyer sur un autre bouton! Les nerfs, pas question que je travaille autant que ça pour le Polyscope aujourd’hui. Je peux profiter de ma grève intellectuelle pour vous dire que le Polyscope est toujours à la recherche de collaborateurs, plus on est de fou plus on rit et comme vous vous êtes rendus jusqu’ici dans mon non-édito, je crois que vous êtes surqualifiés au niveau de la folie. Ah je suis presque rendu à la moitié de la page, ca serait plus un effort d’abandonner ici que de continuer jusqu’à la fin. De quoi pourrais-je parler qui n’attirerait pas l’attention des lecteurs? Loft Story? Pu personne n’écoute ça, mais c’est trop d’actualité. Facebook? Je crois que si je disais tout ce que je pense de Facebook je me ferais lancer des pierres ou pire, des manuels de mécanique. C’est pas que Facebook ne soit une mauvaise chose en soit, c’est juste que si on a des amis qui décident d’ajouter des photos de nous et de nous tagger dessus, on n’a même pas le droit d’enlever la photo, juste le tag. Où est passé le droit de contrôle sur son image? C’est juste l’article 36 du Code Civil du Québec, mais bon, ça l’air que c’est pu important. Si quelqu’un prend une photo de moi en train de danser déguisé en vahiné je ne peux rien faire. Je ne dis pas que je le fais là, c’est juste un exemple (que j’aimerais oublier). À part Facebook, ca me prend un sujet vraiment inintéressant… j’ai trouvé! Avez-vous remarqué qu’il y a toujours une fille dans les toilettes des gars à la Polytechnique? Hé non, ce n’est pas parce que certains gars ont l’air d’une fille, ni parce que le peu de filles ne sait pas où son leurs toilettes et qu’elles ne peuvent pas se fier aux gars. C’est évident pourtant, c’est une fille qui vous dit comment laver vos mains! (la pancarte sur le mur). Je vous l’avais dit que ca serait plate comme sujet.

Pour ceux qui s’inquiètent sur mon état de santé après un non-édito comme celui-là, sachez que je vais bien. Pour les autres, ne sachez rien et tournez la page. Il est fort probable qu’un sujet intéressant et qui ne porte pas à scandale arrive la semaine prochaine. D’ailleurs, je tiens à remercier ceux qui m’écrivent de bons commentaires, ca me fait plaisir de les recevoir! Pour conclure, le Polyscope tient à vous dire que l’école n’a pas aimé une information qui était contenu dans le dernier édito, si vous en trouvez une copie, analysez-le en détail!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Enfin !

7 novembre 2008

Le charisme, l’honnêteté, le travail, la popularité, l’engouement national voir international ont balayé la couleur de peau d’un candidat. New York City, il est 18h et les premiers bureaux de vote de l’Indiana se ferment. Aux abords du Rockefeller Center, une foule immense se masse devant les écrans des chaînes d’information MSNBC et NBC. Une certaine tension se lit sur les visages craintifs des new-yorkais qui n’ont qu’une seule peur : qu’il se reproduise un...

Belle morbidité

10 octobre 2008

Je vous remets une ‘tite couche sur Bell? C’est vraiment pas mon année avec eux. Alors quoi Quintal? T’étais pas content avec tes fichus 5$ de rabais? Si si. Je dirais même plus, j’étais émerveillé. Sous prétexte de me rembouser les 10$ de trop perçu, ces étourdis ont oublié de me facturer le mois de septembre. Je me plains pas. Mais je menace de monter au créneau si jamais ils se mettent à m’entuber...

Polytechnique en grève !

11 mars 2005

Poly est en grève ! C'est une première historique. Les hausseurs d'épaules ont remué l'échine et ont organisé une assemblée générale de 890 personnes, soit près du tiers de l'ensemble des étudiants. La majorité s'est exprimée avec force. Le propos était sans équivoque. Le OUI l'a remporté par 595 voix contre 274 pour le NON, et 21 abstensions. Ainsi, le mercredi 16 mars 2005, Polytechnique fermera ses portes, baissera ses fanions, érigera des...