Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ampoules fluocompactes contre incandescentes

Vous vous êtes sûrement déjà posé la question de si vous aviez vraiment la fibre écolo : les subventions d’Hydro-Québec pour remplacer les ampoules incandescentes par des fluocompactes sont-elles environnementalement justifiées? Les ampoules fluocompactes consomment moins d’énergie et durent plus longtemps que les incandescentes, constituant ainsi une solution intéressante. Cependant, elles contiennent du mercure gazeux et leur production demande beaucoup plus de ressources si on considère tout le cycle de vie de l’ampoule. Dans un pays comme les États-Unis, où l’électricité est produite à 78 % avec des combustibles fossiles (source : Energy Information Administration, 2007), l’économie d’énergie compense largement les impacts négatifs additionnels dus à la fabrication et à l’enfouissement des fluocompactes. Au Québec, avec 94 % d’hydroélectricité (source : Ressources naturelles, Canada), il n’est pas si facile de trancher. C’est pour cette raison qu’Hydro-Québec a commandé une analyse de cycle de vie sur le sujet. J’ai le plaisir de vous dévoiler en primeur les résultats de cette étude réalisée par le CIRAIG, le Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services de Poly.

L’analyse de cycle de vie (ACV)
est une méthode d’évaluation d’impacts environnementaux potentiels sur tout le cycle de vie d’un objet, service ou procédé. Les étapes principales du cycle de vie sont l’extraction des ressources, la fabrication, le transport, l’utilisation et la fin de vie (ex. : enfouissement, recyclage, etc.). La vue globale de l’ACV permet d’éviter le déplacement d’impacts environnementaux d’une phase du cycle de vie à l’autre. Il s’agit d’une méthode comparative qui sert à déterminer la performance environnementale de plusieurs scénarios englobant la même fonction. Dans le cas de nos ampoules, la fonction est d’éclairer. Plus précisément, afin de fournir 600 lumens durant 10 000 heures (au Québec), on a besoin d’une ampoule fluocompacte de 13 W et de 10 ampoules incandescentes de 60 W (les 2 types d’ampoules sont fabriqués en Chine). Avec ces deux quantités d’ampoules, on peut établir l’inventaire, c.-à-d. la liste de toutes les substances et de toute l’énergie entrant et sortant du système dont les frontières ont préalablement été définies. Il peut contenir plusieurs milliers de composantes, toutes générées sur le cycle de vie entier. Par exemple, la consommation d’énergie pour former le verre de l’ampoule y est incluse.
Il n’est pas possible de déterminer quel scénario est meilleur que l’autre seulement avec l’inventaire.

Ça le serait si tous les chiffres de l’inventaire étaient moindres pour un scénario, mais ça n’arrive jamais. Il faut donc évaluer la contribution de chaque substance à des dommages sur la santé humaine, la qualité des écosystèmes, les ressources et les changements climatiques à l’aide d’un modèle d’impacts environnementaux.
En effet, il est plus facile d’interpréter 5 indices de dommages que les masses de mille substances différentes.
Quels sont les résultats pour nos ampoules? Tout d’abord, l’étude des impacts de leur cycle de vie révèle que la phase d’utilisation est de loin celle qui cause le plus de dommages dans les deux cas : entre 69 et 93 % des dommages potentiels dans le cas de la fluocompacte et dans le cas de l’incandescente entre 93 et 99 %. La production est plus dommageable pour la fluocompacte par sa plus grande complexité, tandis que la fin de vie constitue pour moins de 1 % des dommages potentiels dans les deux cas malgré l’émission de mercure.
Ainsi, comme la fluocompacte consomme moins d’énergie et dure plus longtemps, elle est à privilégier face à l’ampoule incandescente.

Une particularité de l’étude est qu’une fonction secondaire non négligeable de l’ampoule a été prise en compte : le chauffage. On en a tenu compte en considérant une charge en moins pour le chauffage en hiver. La charge supplémentaire pour la climatisation en été s’est avérée négligeable.
Cela dit, pour un foyer qui chauffe à l’électricité, la fluocompacte reste à privilégier car elle est moins efficace qu’une plinthe électrique pour chauffer.
Cependant, pour quelqu’un qui chauffe au gaz ou au mazout, la portion de chauffage que l’ampoule évite fait en sorte que l’ampoule incandescente est à privilégier, dégageant plus de chaleur. Ceci est dû au fait que notre électricité est « propre ». Il est donc judicieux de promouvoir les ampoules fluocompactes au Québec car 84 % des foyers québécois se chauffent à l’électricité.

Bien que l’impact de l’émission de mercure dans l’air lors de la fin de vie soit faible comparé à tout le cycle de vie, il est proposé dans l’étude de mettre sur pied un mécanisme de récupération des vieilles ampoules fluocompactes et de sensibiliser les gens du fait qu’il s’agit d’un déchet dangereux qui ne doit pas prendre le chemin habituel du dépotoir.
Voilà. J’espère que les résultats de l’étude vous ont éclairés et que la prochaine fois que vous aurez besoin d’acheter une ampoule, vous saurez quel choix est le mieux pour l’environnement.
Des questions sur l’ACV en général ou sur cette étude spécifique?
N’hésitez pas à me les envoyer.

Mots-clés : polysphère (21)

Articles similaires

Relevez le défi !

13 mars 2009

Mardi dernier était lancée la campagne Déficlimat 2009! Si vous n’avez pas participé l’année dernière, vous devez savoir qu’il s’agit d’une grande campagne de mobilisation pour la lutte aux changements climatiques qui a lieu jusqu’au 24 avril. Plus d’une centaine d’entreprises, d’institutions publiques et d’organismes des régions de Montréal et de Québec y participent. Le but est d’engager les citoyens et citoyennes à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en modifiant...

Le pont de la discorde

20 mars 2008

Le prolongement de l’autoroute 25 a refait surface dans les médias récemment. Trois groupes environnementaux, Greenpeace, Équiterre et le Conseil régional de l’environnement de Montréal, veulent faire arrêter les travaux de construction qui ont commencé depuis peu en faisant déclarer illégales la procédure suivie lors des audiences publiques du BAPE et l’adoption des décrets, le promoteur du projet ainsi que les impacts environnementaux liés à la construction et à l’exploitation du pont n’étant pas...

Une solution à la rescousse de la problématique des déchets

11 février 2008

Récemment, on voyait aux nouvelles que le dépotoir de Lachenaie, le plus gros au Québec, qui dessert le tiers de la ville de Montréal, a besoin d’être agrandi à court terme afin de répondre à la demande grandissante d’enfouissement de déchets. On dénote depuis les dernières années que la quantité de déchets a augmenté, entre autres, à cause de la croissance économique et du recyclage insuffisant de la part des consommateurs. Une autre solution...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

L’école du futur

4 février 2011

Rentrée 2015, Nathan vit ses premiers mois à l’École Polytechnique de Montréal, mais cette année est un petit peu différente des autres. En effet, l’école encourage ses étudiants à se doter des dernières technologies afin de la rendre un peu plus verte. Ces technologies sont financées à 50 % par la Coop et nous permettent d’acquérir des livres électroniques de 2011, ainsi que du matériel, tout cela à prix réduits. Nathan se rend donc à...

Les modes de contributions alternatifs

7 novembre 2008

Par Patrick Couture, Vice-président à l’externe de l'AEP Depuis quelques temps, on entend de plus en plus parler de remboursement post-études, d’impôt post-universitaire, etc. Ces modes de contribution que l’on appelle alternatifs sont maintenant au cœur de plusieurs discussions dans le monde de l’éducation. D’abord, il est important de se mettre en contexte et de se rappeler que l’on chiffre le sous-financement du réseau universitaire québécois à environ 400 millions. Ce montant est calculé...

Histoires d’amours et rentes à 5 pour cent

29 septembre 2006

Jane Austen. Le nom vous dit quelque chose? Vous avez peut-être vu une adaptation cinématographique ou télévisée d’un de ses romans (Pride and Prejudice, cette année). Cette écrivaine, qui vécut dans la petite noblesse terrienne de l’Angleterre du tournant du 19e siècle, fait partie du passage obligé de tous les programmes de lettres anglophones, et c’est une des rares femmes à se retrouver au côté d’Homère et de Shakespeare sur le palmarès des Great...