Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Danse contemporaine : Wave

Pluie, Temps de chien et Wave constituent les trois spectacles d’un cycle de danse contemporaine intitulé Climatologie des corps, chorégraphié par Sylvain Émard. Nous avons la chance et le plaisir de vous relater notre incursion dans l’univers créatif de la scène contemporaine à laquelle Sylvain Émard et sa dernière création Wave appartiennent.

Dès le début du spectacle nos sens sont entièrement sollicités. Derrière trois panneaux qui semblent avoir la texture du verre givré, les corps se contorsionnent et se déforment par effet d’ombre chinoise. Les 5 danseuses évoluent dans trois espaces scéniques : la scène physique accompagnée des panneaux, la lumière, qui crée des échappées dans l’espace et la musique. Celle-ci se compose d’un amalgame de signaux sonores allant du clapotement de l’eau au bruit des voitures et juxtaposant le chant des baleines aux airs de jazz, ouvrant un espace sonore varié. La musique devient une quatrième dimension qui nourrit les corps et leur permet de composer des mouvements d’où jaillit une force vitale.

La riche exploration chorégraphique présente une recherche profonde sur la communication d’émotions (insécurité, tendresse, domination, indifférence). Certains mouvements reviennent mais sont toujours exploités différemment. Parfois trois danseuses éclatent des cercles, des lignes pour progresser seules et révéler ainsi leur personnalité par des mouvements qui leur sont propres. On assiste à des duos poignants de brutalité et de sensualité, à des solos énergiques et précis ou encore à des compositions au sol où se mêlent amas de corps et gestes voluptueux.

Wave accomplit la recherche de Sylvain Émard qui veut relater dans sa danse «ce qui compose la réalité des individus au sein de la société». Cette réalité, qui est donc la nôtre, celle de notre génération, c’est une réalité où les références artistiques, religieuses, politiques et historiques sont moins évidentes. Le spectacle l’expose justement par sa trame sonore qui n’appartient à aucune catégorie bien définie ainsi que par sa chorégraphie où aucun référentiel historique, narratif ou philosophique n’apparaît. Wave fait le constat d’une société où nous communiquons entre nous mais où nous évoluons presque chacun pour soi.

Articles similaires

Oroonoko

26 février 2013

Je n’ai jamais été enclin à utiliser un style d’écriture précis, n’y d’utiliser un modèle préparé à l’avance. Quand je lis un article où une critique sur une pièce de théâtre, je n’ai pas envie de me heurter à un style scientifique ou encore à un article typique dénué d’âme et ne servant qu’à décrire sans artifice une chose. Ceci est un bien drôle de préambule me direz-vous et je vous y donnerai raison,...

La magie de l’opéra

9 janvier 2009

THAIS, opéra de Jules Massenet (1842-1912). Représentation du 27 décembre 2008 au Metropolitan Opera de New-York, sous la direction de Jesús López-Cobos, avec Renée Fleming dans le rôle de Thais et Thomas Hampson dans celui d’Athanaël. L’histoire se déroule en Égypte, à l’époque paléochrétienne du 4e siècle. Le livret de Louis Gallet reprend le thème d’un roman d’Anatole France, sans toutefois en garder l’ironie sulfureuse. Il s’agit de la conversion, par un moine cénobite...

Wave

12 septembre 2008

Présenté à l’Usine C, Wave vient clore le cycle de la Climatologie des corps (Après Pluie en 2004 et Temps de chien en 2005). Cette nouvelle création nous transporte dans un univers où le climat devient métaphore des éléments extérieurs qui affectent la vie des êtres. Porté par cinq danseuses remarquables, Wave explore notre capacité et notre désir individuels à nous fondre dans un environnement de plus en plus vaste et multidimensionnel; une nature...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.