Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Danse contemporaine : Wave

Pluie, Temps de chien et Wave constituent les trois spectacles d’un cycle de danse contemporaine intitulé Climatologie des corps, chorégraphié par Sylvain Émard. Nous avons la chance et le plaisir de vous relater notre incursion dans l’univers créatif de la scène contemporaine à laquelle Sylvain Émard et sa dernière création Wave appartiennent.

Dès le début du spectacle nos sens sont entièrement sollicités. Derrière trois panneaux qui semblent avoir la texture du verre givré, les corps se contorsionnent et se déforment par effet d’ombre chinoise. Les 5 danseuses évoluent dans trois espaces scéniques : la scène physique accompagnée des panneaux, la lumière, qui crée des échappées dans l’espace et la musique. Celle-ci se compose d’un amalgame de signaux sonores allant du clapotement de l’eau au bruit des voitures et juxtaposant le chant des baleines aux airs de jazz, ouvrant un espace sonore varié. La musique devient une quatrième dimension qui nourrit les corps et leur permet de composer des mouvements d’où jaillit une force vitale.

La riche exploration chorégraphique présente une recherche profonde sur la communication d’émotions (insécurité, tendresse, domination, indifférence). Certains mouvements reviennent mais sont toujours exploités différemment. Parfois trois danseuses éclatent des cercles, des lignes pour progresser seules et révéler ainsi leur personnalité par des mouvements qui leur sont propres. On assiste à des duos poignants de brutalité et de sensualité, à des solos énergiques et précis ou encore à des compositions au sol où se mêlent amas de corps et gestes voluptueux.

Wave accomplit la recherche de Sylvain Émard qui veut relater dans sa danse «ce qui compose la réalité des individus au sein de la société». Cette réalité, qui est donc la nôtre, celle de notre génération, c’est une réalité où les références artistiques, religieuses, politiques et historiques sont moins évidentes. Le spectacle l’expose justement par sa trame sonore qui n’appartient à aucune catégorie bien définie ainsi que par sa chorégraphie où aucun référentiel historique, narratif ou philosophique n’apparaît. Wave fait le constat d’une société où nous communiquons entre nous mais où nous évoluons presque chacun pour soi.

Articles similaires

Entrevue avec Rammstein

21 janvier 2011

J’aimerais tout d’abord remercier madame Claudie Lapointe, représentante chez Universal Music, pour m’avoir programmé une entrevue avec un musicien de Rammstein, et surtout William Sanger, ses efforts herculéens en tant que directeur culture du Polyscope ayant permis la possibilité...

Découverte musicale à l’OSM

16 janvier 2009

Concours OSM Standard Life : Carl Maria von Weber – concerto n˚1 pour clarinette en fa mineur, opus 73 et Henri Tomasi- concerto pour trombone; Sergeï Rachmaninov- Symphonie n˚2 en mi mineur, opus 27. Quel étonnement et quelle admiration ressentons-nous lorsque nous écoutons ces solistes qui ont notre âge ! Il semblerait qu’il faille une vie entière pour maîtriser à ce point un instrument. Le concert permettait de découvrir et d’apprécier les lauréats du concours OSM Standard Life,...

L’architecture au Centre de Design

12 février 2010

Où commence l’architecture ? Comment les idées naissent-elles et comment leur donne-t-on une forme matérielle ? Quels sont les liens entre la conception architecturale et ses modes de production ? À quelles sources d’inspiration puisent les architectes ? Quels sont leurs outils ? L’environnement de l’atelier et les outils utilisés influencent-ils le processus décisionnel ? Voici les questions auxquelles le Centre de Design choisi de s’intéresser pour sa nouvelle exposition. Soulignant les 40 ans de l’UQAM et...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.