Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cocktail de la semaine

Il parait qu’un nouvel épisode de la série James Bond s’en vient en novembre. Et à voir la bande-annonce, ça promet!
Avez-vous fait attention à l’affiche du film? Daniel Craig tient une mitraillette au lieu du pistolet Walther standard! James Bond oserait-t-il alors échanger son Dry Martini « shaken not stirred » pour du Moët & Chandon qu’il boira à même la bouteille? Nous l’apprendrons éventuellement, mais ce que l’on peut savoir maintenant, c’est comment faire ce fameux Martini.

Martini Classique

LE Martini original. À base de vodka ou de dry gin, on ajoute au cocktail du vermouth afin d’obtenir un drink de 2 onces et demie d’alcool exactement. Puisque la vodka (ou le dry gin) constitue la plus grande partie de ce cocktail, il est crucial de prendre une bouteille de grande qualité. Donc évitez à tout prix les Polar Ice, Kamouraska et Russian Prince de ce monde, et concentrez-vous plutôt sur des marques comme Greygoose, Stolichnaya, Finlandia et Canadian Iceberg.
Il y a quatre variantes du martini classique : Extra Dry, Dry, Sweet et Perfect. Ci-dessous un tableau spécifiant la quantité de spiritueux et de vermouth qu’il faut mettre.
Tout d’abord, il faut prendre un verre à cocktail refroidi (i.e. on insère de la glace dans le verre pendant une ou deux minutes (à
votre discretion) et on l’enlève quand vient le temps d’incorporer le mélange) Ensuite, deux procédures de services sont possibles : stirred (remué) et shaken (secoué).
Commençons par la version remuée. Remplissez un shaker de glace jusqu’au tiers du récipiant, et ajoutez la quantité de vodka/dry gin et de vermouth requise selon la recette. Remuez le mélange avec une cuillère de bar (ou une simple si vous en avez pas). Finalement, après avoir mis le strainer (une passoire à shaker) sur le shaker, versez le liquide dans le verre à cocktail et ajoutez la traditionnelle olive sur un pic. Si vous n’avez pas d’olive, vous pouvez toujours ajouter un zeste de citron sur pic.
La version secouée est tout simple à réaliser: dans le shaker, ajoutez de la glace jusqu’à la moitié du verre et les alcools, brassez le tout vigoureusement, fixez la passoire et versez dans le verre à cocktail, tout en ajoutant la décoration.

Image article Cocktail de la semaine 207

Manhattan et Rob Roy

Voici deux variantes du Martini.
Ils sont identiques au Martini, sauf qu’au lieu d’utiliser de la vodka/dry gin comme spiritueux , ils requièrent du whiskey. Plus précisément, on emploie du rye (whiskey canadien) pour le Manhattan et du scotch (whiskey écossais)
pour le Rob Roy. Notez toutefois qu’il n’existe pas de version Extradry pour ces deux cocktails.
Ah, j’allais oublier, on remplace l’olive.

Image article Cocktail de la semaine 208

Articles similaires

Cocktail de la semaine

19 septembre 2008

J’adore l’émission britannique Top Gear. Rien n’est plus amusant à mon avis que d’entendre trois présentateurs excentriques démolir une voiture particulière (parfois littéralement). J’adore également leurs exploits extravagants. Lors d’une émission, ils sont allés au Pôle Nord dans un pick-up Toyota. Au cours de cette même expédition, 2 d’entre eux sont même allés jusqu’à prendre un gin tonic tout en conduisant!1 C’est donc un peu en leur honneur que cette chronique portera sur des...

Cocktail hebdo

11 février 2008

Cette semaine, vous avez enfin découvert que la bière n’est pas le seul produit alcoolisé en vente au Québec ! Bienvenue dans le monde des cocktails, là où il y a un drink pour tous les goûts et tous les budgets. Fort de ma formation hôtelière en bartending (une grosse semaine de formation !), je vous partagerais une recette de cocktail par semaine dans les pages du merveilleux PolyscopeMD. Commençons par un classique, le...

Boire plus ? Boire mieux !

23 février 2007

Je suis fan de bière. Voilà, c’est dit, mon secret est dévoilé. Bon, ok, la plupart des étudiants aiment boire de la bière. C’est quelque chose de relaxant et de sociable : on en boit tout le temps, ça fait partie de Poly. Mais depuis quelques années, j’ai développé un véritable amour de la bière. De la bonne bière. Une bière, on peut aussi la déguster, tout comme un bon vin. Ça peut être...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.