Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Sumi Jo chante le bel canto

Contrairement aux concerts habituels (opéras, requiem, concertos), le concert présenté le 20 août 2008 par l’Orchestre Symphonique de Montréal (OSM) consistait en une sélection d’airs allant d’une symphonie à l’ouverture d’un opéra. Cette diversité d’airs permettait de proposer un éventail de prouesses techniques de la cantatrice Sumi Jo. Les airs choisis étaient des bel canto, soit des airs écrits pour mettre en valeur la virtuosité vocale de l’interprète.

Le concert débute par la Symphonie no 101 de Joseph Haydn, dite « L’Horloge ». Ce morceau nous fait apprécier à sa juste valeur l’orchestre Symphonique de Montréal. En effet, celui-ci nous transmet l’harmonie du groupe par la musique jouée. Par le frémissement qui parcoure l’ensemble des musiciens répondant à celui de la baguette de Kent Nagano, nous ressentons la symbiose exceptionnelle entre les deux partis.

C’est sur le Exsultate jubilate (A vos souhaits!) de Mozart que Sumi Jo fait son entrée mémorable. Elle arbore une robe de sirène au bleu étincelant qui nous laisse la bouche ouverte : nous sommes en présence d’une diva. Originaire de Corée du Sud, après avoir étudié le chant à Rome dans les années 80, Sumi Jo parcourt les opéras du monde entier pour interpréter airs célèbres (notamment la Reine de la nuit – La Flûte enchantée, Mozart) et opéra français (Offenbach). Elle fait preuve sur scène d’une présence magnétique et envoûtante. (voir Maxwell)

On qualifie Sumi Jo de soprano colorature. Soprano, car sa voix est à une tonalité la plus aigüe et légère. Colorature, car sa voix est particulièrement agile et est capable d’une grande facilité à vocaliser. L’opéra baroque italien et le bel canto (airs d’opéra de Rossini, Bellini, Donizetti) exigent de ses interprètes féminines ces caractéristiques.

Après l’entracte, nous pouvons à nouveau pleinement profiter du talent de l’Orchestre Symphonique, avec le morceau d’ouverture de La scala di seta de Rossini. Kent Nagano dirige ses musiciens sans fioriture mais de manière directe, subtile et avec passion.

Puis revient Sumi Jo, cette fois vêtue d’une robe ample, pareille à une feuille d’or. Elle interprète cette fois-ci un extrait de Linda di Chamounix de Donizetti, « O luce di quest’anima ». Elle conquiert le public par ses oscillations de voix ainsi que par sa capacité à tenir les notes les plus aigües de manière a figer le temps autour d’elle.

Finalement, dernière partie du programme : l’ouverture de l’opéra Norma, de Bellini. L’ouverture est magistrale ; ébahis, les spectateurs s’étonnent d’avoir gardé la bouche ouverte pour la durée de l’air. Nous avons droit à deux autres extraits de Bellini chantée par Sumi Jo : « O! Quante volte » (I Capuleti e i Montecchi) et « Qui la voce… vien diletto » (I puratini). Sumi Jo confirme sa réputation de grande diva des temps modernes et sublime le public.

Une complicité apparente s’établit entre le chef d’orchestre, heureux de diriger, et la soprano. C’est un cadeau de quatre rappels que ceux-ci nous offrent. Une troisième robe fait son entrée, aux couleurs du soleil couchant, portée par une Sumi Jo souriante et enjouée qui interprètera à tour de rôle : « Ah vos jeux, mes amis » dans Hamlet par Thomas, « Quand le printemps arrive » de Lim Kungsu pour la réunification de la Corée, « L’air de l’Olympe » des contes d’Hoffman (Kent Nagano se prêtera au jeu et ira remonter mécaniquement Sumi Jo sous les rires et la bonne humeur du public), et finalement « O mio babbino caro » de Puccini. Après le comique, Sumi Jo nous prouve qu’elle sait chanter un air délicat et qu’elle sait nous faire passer une émotion subtile. Cela confirme son réel talent et sa passion musicale.

Sous les vivas et bravos de la foule, la soprano et le chef d’orchestre se sont exprimés en français devant un public conquis et charmé par la beauté de la musique et la qualité de l’interprétation.

A noter : Kent Nagano dirigera la Cinquième Symphonie de Beethoven devant la mairie de Montréal Nord le 6 septembre 2008 à 19h30 dans un concert gratuit. Avis aux intéressés!

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le Festival Mondial du Cirque de Demain fête ses 30 ans !

20 février 2009

Pour la première fois depuis sa création, le Festival Mondial du Cirque de Demain quitte Paris pour une édition spéciale présentée à Montréal, en hommage à l’importance qu’a la métropole québécoise dans le monde du cirque de nos jours. Créé en 1979, ce festival rassemble les meilleurs artistes pour un concours international. Comparé aux Olympiques du monde circassien, le festival a pour but de dénicher les futurs talents du cirque de demain. Cet événement...

Tellement Québécois la critique du film Polytechnique

13 février 2009

Je suis allé voir Polytechnique après avoir entendu beaucoup de critiques élogieuses à son sujet, c’est vrai. Je m’attendais donc à voir un bon film, voire un très bon film malgré mes aprioris négatifs évoqués la semaine dernière dans ces colonnes. On y suit trois personnages, le tueur (jamais nommé), un gars et une fille qui sont dans cette classe qui avait été prise d’assaut dès le début de la tuerie. Chacune de leurs...

Boeing Boeing

17 juillet 2009

Par B&C Le théâtre du Monument National a fait le plein ce soir. L’attente de la pièce se fait dans une ambiance « chanson française » des années 60 : Bonnie & Clyde font des ravages et Dutronc aime les filles. Les lumières s’éteignent progressivement, une hôtesse nous annonce que nous allons bientôt décoller et nous demande d’attacher nos ceintures. Nous sommes déjà dans l’ambiance. Le rideau se lève. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette...