Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Journée mondiale de l’eau 2008

Par Nass, Myriam Minville et Christine Girard

En 1993, les Nations unies ont institué la Journée mondiale de l’eau et depuis, elle est célébrée le 22 mars de chaque année. Cet événement rappelle à tous que l’eau est essentielle à la vie. En outre, des activités sont organisées partout dans le monde pour souligner la gestion durable, efficace et équitable des ressources en eau potable.

Les mêmes Nations unies ont reconnu, en 2002, l’accès à l’eau comme un droit fondamental de l’homme. Or, plus d’un milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à une eau saine et potable et en particulier dans plusieurs pays en développement de l’Afrique, de l’Asie et d’Amérique latine. Les enfants ne vont pas à l’école, mais vont plutôt chercher de l’eau en marchant plusieurs kilomètres pour en obtenir. D’autres meurent de diarrhée, une maladie causée par l’eau insalubre. Tout ceci augmente les inégalités et la pauvreté extrême dans le monde.

Dans ce contexte, le groupe Oxfam-Québec UdeM, organisera des kiosques interactifs mardi, mercredi et jeudi (18, 19 et 20 mars) à l’Université de Montréal ainsi qu’à l’École Polytechnique. Notre objectif est de sensibiliser la population universitaire sur l’importance de l’eau et d’exprimer notre solidarité envers les populations en manque d’eau saine et potable. Nous espérons ainsi contribuer à réduire la pauvreté extrême et changer la face du monde.

Toi aussi, tu peux changer le monde! Tu peux contribuer à préserver l’eau et en faire bon usage. En plus de poser un geste concret, tu pourras ainsi exprimer ta solidarité envers les populations qui ont un accès limité à cette ressource vitale. Voici quelques idées :
Installer des pommes de douche à faible débit et en réduire la durée (Saviez-vous qu’une douche de 10 minutes nécessite jusqu’à 100 litres d’eau ?) ;
Faire fonctionner le lave-vaisselle uniquement lorsqu’il est plein ;
Ne pas laisser couler l’eau pendant le brossage des dents ou en se savonnant dans la douche ;
Sensibiliser son entourage, ses amis et sa famille ;
Recueillir l’eau de pluie et la réutiliser pour arroser les plantes ;
Diriger l’arrosage vers les racines des plantes ou près de leur feuillage pour éviter qu’une trop grande quantité d’eau ne s’évapore dans l’air.
Pour en apprendre plus sur la lutte d’Oxfam-Québec1 en faveur d’un accès universel à l’eau et pour relever le Défi sans eau – vivre une journée avec seulement 20 litres d’eau !, visitez le www.oxfam.qc.ca. Venez aussi nous voir aux kiosques de sensibilisation du groupe Oxfam-Québec UdeM durant la semaine du 17 au 21 mars prochains !

Mots-clés : Environnement (11)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Rencontre avec Michaëlle Jean

2 février 2007

Par Pierre Olivier Lepage C’était vendredi dernier en Alberta à l’Hôtel Westin de Calgary, dans le cadre de la Conférence Nationale d’Ingénieurs sans frontières. Je faisais partie d’un groupe d’une trentaine de personnes qui avaient été choisis au hasard pour une rencontre privée d’une heure avec la Très Honorable Gouverneure Générale Michaëlle Jean. Évidemment c’était le genre de rencontre un peu formelle, tout le monde était bien habillé et faisait attention à sa diction....

Le jeu de l’ignorance

1 octobre 2018

Les déboires des régimes monarchiques, oligarchiques et totalitaires ont contribué à donner aux systèmes démocratiques leurs lettres de noblesse. Alors que l’ordre politique mondial vacille face à une déferlante populiste, peut-être est-il temps de se demander si ce système parfait...

Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

24 mars 2016

Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....