Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Bricolage pour femme et ours polaire

J’attends encore l’ours… Mais quelle belle surprise d’avoir trouvé la femme et le bricolage ! Bricolage pour femme et ours polaire n’est pas une pièce de théâtre… Enfin oui, mais surtout pas comme on connait. « Participatif » est l’adjectif qu’on retrouve parfois à côté du mot théâtre pour décrire ce que je qualifierais d’expérience. La compagnie Système Kangourou décrit ses performances de « théâtre performatif ». Tout est à contre-courant et en même temps coule de manière fluide.

« L’expérience » commence dès que l’on entre dans le lieu. Un bain. Pas comme dans ta salle de bain, mais un bain comme on n’en prend plus. Dans le bon vieux temps, on prenait un bain « aux bains ». On apprend sur le site du Centre d’Histoire de Montréal (www.ville.montreal.qc.ca) que « vers 1900, si les logements ont généralement l’eau courante et une toilette intérieure reliée à l’égout, la plupart n’ont pas de bain. […] Les autorités municipales, pour des raisons d’hygiène, ont commencé au cours des années 1880 à installer des «bains publics» pour ceux qui travaillent à la sueur de leur front. » Yark. Le Bain St-Michel est un de ces fameux bains, maintenant hors service. De petites tuiles carrées blanches et noires recouvrent le plancher et même une partie des murs. L’endroit est âgé, chargé d’histoire. Ça se sent, ça se voit.

Nous attendons, la quinzaine de spectateurs que nous sommes, dans les vestiaires où nous avons mis nos manteaux nous-mêmes sur un cintre. QUINZE ? C’est sûr que je vais être obligée de participer ! Merde ! Mais tous les autres semblent calmes… Ce sont peut-être tous des acteurs ! Est-ce que c’est un piège ? Suis-je la seule vraie spectatrice ? L’éclairage des lampes posées sur le sol, sans abat-jour, renforce l’impression de lieu abandonné.

Marie-Ève, 33 ans, entre dans la pièce et le déclare à voix haute, mais sans crier; certains discutent encore et ne semblent pas s’être rendu compte tout de suite que « l’expérience » vient de commencer. Marie-Ève est jouée par Marie-Ève Dubé. Le jeu entre la réalité et la fiction se poursuivra tout au long. L’actrice, la seule du spectacle, nous emmène, littéralement, voyager autour du bain. En tout, nous prendrons part à onze scènes dans les toilettes, les douches, autour et dans le bain. (Dieu merci, il était vide.) Chaque scène est construite à partir d’un terme de bricolage : 1- se déguiser, 2- colorier, 3- emballer, etc. sauf que c’est la vie qu’on bricole. Ça m’a rappelé un arôme lointain… celui de l’Écume des jours de Boris Vian.

Le nombre restreint de spectateur permet de créer une intimité avec la comédienne. En plus on entre dans les toilettes avec elle. En très peu de temps, un groupe « d’amis » est déjà formé… La photo de l’anniversaire de Marie-Ève nous le prouve, regardez nos sourires ! Mais rapidement, on ressent la souffrance de la solitude. Fiction ou réalité ? On entre dans le jeu en douceur, presque sans s’en rendre compte. Il n’y a pas de micro et personne ne se garoche sur scène !

Les mots comme comédienne et spectateur sont employés dans ce texte mais sonnent étonnamment faux puisqu’on ne sait plus si c’est vrai ou non tellement ça pourrait l’être, malgré l’absurdité des situations. Un spectateur, ça ne participe pas. Est-ce qu’on pourrait alors se nommer « participants » au théâtre performatif ?

Rien ne reluit au Bain St-Michel, mais on en ressort avec une nouvelle perspective, toute neuve, propre… à soi.

Bricolage pour femme et ours polaire Produit par Système Kangourou Présenté au Bain St-Michel, 5300 St-Dominique, du 22 février au 15 mars à 20h30.
Réservations 514-274-6674. Jeu et textes : Marie-Ève Dubé. Mise en scène : Anne-Marie Guillemaine.
http://www.systemekangourou.ca

Mots-clés : Théâtre (92)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Entrevue avec Christopher Driscoll, Ingénieur militaire

13 mars 2009

Le Polyscope a rencontré une série d’intervenants de la communauté des ingénieurs afin de tâter le pouls de la profession. Cette semaine, voici Christopher Driscoll, ingénieur militaire et chargé du cours CIV4911 - Intervention d’urgence en génie civil. Quel est votre parcours académique ? J’ai commencé par un bachelor en génie mécanique à McGill. Par la suite, j’ai été engagé à Bombardier en aéronautique avant de quitter l’industrie pour un doctorat en génie biomédical...

Psycho-Pass, un thriller dystopique

22 février 2013

  Imaginez : un futur où la criminalité est théoriquement impossible, où il est possible de s’immerser complètement dans des espaces virtuels et où la technologie permet à chaque personne d’occuper un emploi à la mesure de ses talents. Je vous pose la question: la société que je viens de décrire est-elle utopique ou dystopique? Indice: regardez le titre. C’est dans ce monde où la technologie prend (presque) toute la place que se déroule...

Aïda de Verdi

9 juillet 2010

Salle aux balconades illuminées de dorures, que surplombe un lustre d’or aux lumières tamisées suspendu à un toit nacré délicatement orné de freqsues. Quatre étages circulaires où se côtoient velours, parquet et sculptures, dans un environnement aussi haut que large à l’acoustique parfaite et égale, autant pour les premiers que pour les derniers rangs de l’auditoire. Des spectateurs à l’écoute et captivés, silencieux sous les regards des atlantes et des cariatides portant trompettes, harpes,...