Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La loi de Finagle

La loi de Finagle, faussement connue sous le nom de la Loi de Murphy de laquelle elle dérive, stipule que si quelque chose de mal peut se produire, cela se produira. Contrairement à la Loi de Murphy qui énonce plutôt que s’il y a des possibilités de faire une mauvaise manipulation en suivant une méthode, quelqu’un la fera un jour ou l’autre.
Un exemple très connu d’application de la loi de Finagle est l’expérience de la lévitation d’une «toast» au beurre de d’arachide. Puisque lorsqu’on échappe une «toast» au beurre d’arachide sur le sol, on ne veut pas qu’elle s’écrase sur le sol du côté de la garniture, c’est cela qui va se produire. Il suffit donc de mettre du beurre d’arachide des deux côtés de la « toast » pour créer une « toast » volante. La tranche de pain ne sachant pas de quel côté tomber ne tombera tout simplement plus. J’ai personnellement exécuté cette expérience et je peux affirmer que, malgré mes multiples consommations alcoolisées, je fus stupéfait du résultat. Je voulais tellement réussir l’expérience que j’oubliais de beurrer un côté à chaque fois.

Cependant, dans plusieurs situations (pour ne pas dire ma vie entière), je senti la véracité de la loi de Finagle. Prenons par exemple un certain examen de Structures de données. Toute la classe était préparée, l’examen était parmi les plus faciles jamais vu (du moins, si Paul le trouvait facile…). Bref, tout conspirait pour une réussite majeure de l’examen, mais c’est à ce moment qu’un étudiant décida sans raison apparente (c’est là que nous reconnaissons l’infâme subtilité de la loi de Finagle) d’aller fumer sur le toit du pavillon Lassonde. Tout le monde connait la suite de l’histoire, le fumeur mit le feu à l’école et, évidemment, l’examen fut annulé. La loi de Finagle eut raison de nous.

Vous pourriez être en train de vous dire que si vous passez les semaines précédent vos intras à boire et vous amuser et donc de croire que les examens vont mal aller, ils vont bien aller. Vous ne pouvez pas être plus à l’encontre de la loi de Finagle. Vous ne pouvez pas cacher vos intentions à la loi et sachant que vous faites tout pour que vos examens soient faciles, ils seront extrêmement difficiles, car bien sûr, la loi de Finagle n’aime pas être mise au défi. Elle vous fera souffrir encore plus. Remarquez bien, que vous pouvez toujours prévenir les effets néfastes de la loi en vous préparant toujours au pire. La définition de «pire» dans ce cas n’est pas à prendre à la légère. Ca veut littéralement dire que si y’a 0.000001% de chance que le chauffeur de taxi qui vous emmène à votre examen meurt d’une hémocromatose aïgue ou que le prof d’algèbre linéaire de l’université de McGill se suicide devant votre métro, vous devez être prêt. Par contre, la loi de Finagle va accumuler sa frustration envers vous et la seule fois que vous allez oublier de vous préparer, une armée de zombies ayant la rage et la varicelle va vous anéantir… bon ok, peut-être pas à ce point, mais il est évident que le restant de votre vie sera un échec.

Vous pouvez donc décider de vivre votre vie selon deux optiques différentes : vivre dans la peur de la loi de Finagle et ainsi vous assurer que rien ne vous arrivera jusqu’à ce que vous oubliez de vous préparer et que la conséquence sera terrible ou subir quotidiennement la loi afin de la désamorcer continuellement. Si vous optez pour le deuxième choix, vous serez très souvent déçu, mais au moins vous allez être en vie. La morale de l’histoire est de respecter la loi de Finagle. J’ai tenté de la combattre pendant trop longtemps pour que vous tentiez de faire la même chose : j’écris cet article avec le dernier doigt qui me reste.
Bon, il est maintenant 23h, je veux absolument rentrer chez moi pour écouter les Simpsons en rediffusion, mais qu’elle est la chose qui me retient dans ce local minable sous la cage d’escalier ? La loi de Finagle bien évidemment. Je voulais tellement que mon texte arrive juste qu’elle a tout fait pour m’en empêcher.

Mots-clés : Humour (28)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Robocop, symbole mâle

25 février 2011

J’aime beaucoup Détroit, une ville dont la principale exportation est le « drive-by shooting », et dont la catchphrase publicitaire devrait être : « Beautiful Detroit : where you won’t necessarily catch a stray bullet ». À cet entichement pour Detroit se combine mon amour inconditionnel de Robocop. Pour ceux qui seraient trop jeunes et/ou perdus, Robocop est un personnage fictif de science-fiction des années 1980, un policier mort en fonction à qui on aurait...

Élections générales du comité exécutif de l’AEP 2009-2010‏

27 février 2009

Par Nicolas Yale La mi-session approche et le mandat de vos exécutants tire à sa fin. En tant que membre, vous avez le privilège de pouvoir vous présenter à un des postes disponibles au sein de l’Association des Étudiants de Polytechnique. Une description sommaire de chacun des postes se trouve plus bas. Afin de poser votre candidature ou bien pour obtenir davantage d’information, passez à l’AEP (C-215). Les feuilles pour la mise en candidature...

Toy Company III à la SAT

20 février 2009

C’est vendredi dernier qu’avait lieu à Montréal la troisième édition de Toy Company à la SAT (Société des Arts Technologiques), festival de musique « chiptune » et « 8 bits ». Le chiptune, c’est un style de musique électronique composé à partir de vieilles consoles de jeux vidéos, des Gamboys et des vieux Commodores 64 qui servent aujourd’hui à empoussiérer vos sous-sols. Par créativité et curiosité, certains s’intéressent aux capacités insoupçonnées de ces machines...