Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les tubes à dentifrices

Ayant fait une découverte incroyable en bobette dans ma salle de bain, je me dois de la partager avec les fidèles lecteurs du Polyscope (infidèles, changez de page, vous ne méritez aucunement de connaître ceci). C’est en prenant mon tube de dentifrice que j’eus LA révélation. Je vous préviens, ce n’est pas pour les âmes sensibles : les tubes de dentifrice sont ce qui se rapproche le plus de l’infini! Je n’irais pas jusqu’à dire que lorsqu’on meurt on fini dans un tube, mais je ne le nie pas.

Premier théorème des tubes de dentifrice : Plus on force, plus on a de dentifrice.

Notez qu’il n’y a pas d’exception, voici une explication par l’exemple : J’utilise mon dentifrice jusqu’à ce que je le crois vide. J’oublie d’en acheter le lendemain. Lorsque je viens pour me brosser les dents, je le « squeeze » aussi fort que je le peux et , surprise, il en restait encore. Le scénario peut se répéter ainsi pendant des mois et même des années (voir Figure 1).
Deuxième théorème : Le dentifrice est l’outil de musculation ultime.
Si le scénario précédent peut se répéter, malgré le fait que l’on force comme on peut la journée précédente, c’est parce que cette utilisation de notre masse musculaire l’entraîne juste assez pour que cela fonctionne le lendemain. Appliquez cela pendant quelques années et, BOUM, vous êtes Arnold avec des belles dents (voir Figure 2).

Ceci nous mène au troisième théorème: l’infinité du dentifrice est limitée seulement par la force que l’on peut appliquer sur le tube.
Il arrivera un moment où vos muscles seront à leurs grosseurs maximales et ce sera la fin de votre tube de dentifrice. Du moins, c’est ce que vous penserez : une simple installation d’un rouleau compresseur dans votre salle de bain vous prouverait le contraire.

Avec les théorèmes 1 et 3, on peut facilement imaginer une navette spatiale propulsée par des tubes de dentifrices. La force opposée à la sortie du dentifrice serait assez grande (si on en utilise des milliers) pour la propulser jusqu’au Soleil. Bon ok, il faudrait un équipage suicidaire, mais on pourrait se contenter d’une douzaine de pandas. Une autre application des théorèmes qui renforce cette idée d’infinie est la construction d’usine de vidage de tube. Il suffirait d’une usine qui récupèrerait les tubes que la force humaine n’a pas réussi à vider pour que le dentifrice puisse s’auto-générer. L’usine récupère les tubes, les vide du mieux qu’elle peut, tout en les conservant, et en remplit d’autres qu’elle revend. Avec l’argent reçu, elle achète des machines plus puissantes, vide un peu plus les vieux tubes, vide du mieux qu’elle peut des nouveaux qu’elle conserve toujours, en remplit d’autres et les revend. En considérant que la performance des nouvelles machines augmente avec le temps avec un prix stable, la boucle est bouclée et le cercle est vicieux.

Voilà ma découverte! Grâce à elle, nous vivrons dans un monde où tout le monde peut se brosser les dents et, de plus, génère du dentifrice en le faisant. Un monde où on trouve du dentifrice sur les tablettes du Dollorama. Pouvez-vous seulement imaginer la beauté de ce monde qui




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Ingénieurs sans frontières : Le Jour du Marché

12 février 2010

Cet article est le troisième d’une série d’articles racontant des histoires et des réflexions que j’ai eu durant mon stage de 4 mois en développement international au Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest, avec Ingénieurs Sans Frontières Canada (ISF) durant l’été 2009. Les sujets de cet article seront également abordés plus en détails lors d’un atelier ISF ouvert à tous, le 19 février 2010. Par Victoria Lakiza, Stagiaire ISF outre-mer, été 2009 C’est un événement...

Je n’oublierai jamais ce 12 janvier

12 février 2010

Par Gaelle Valles Je n’oublierai jamais cet après-midi où le téléphone a sonné, je n’oublierai jamais les battements angoissés de nos cœurs alors qu’aucune communication n’était possible. Je n’oublierai jamais les heures et les jours de désarroi durant lesquels il nous était impossible d’avoir des nouvelles de nos proches. Je n’oublierai jamais les premières images du séisme qui a frappé le pays, mon pays. Un pays qui en avait déjà assez pour son compte......

Comment se faire pardonner en mâle (1 de X)

18 février 2011

Disclaimer : Mesdames, vous risquez de trouver que cette chronique vous interpelle encore moins qu’à l’habitude. C’est normal. Pour vous faire pardonner auprès de votre copain, ça ne vous prend qu’un corset, un string (en option) et une bouteille de whiskey cask-strength. Simple comme bonjour et vous pourriez être accusés de crimes contre l’humanité que ledit copain sera déjà en train de baver par terre. Ça, ça ne s’applique que si votre amant est bien...