Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les tubes à dentifrices

Ayant fait une découverte incroyable en bobette dans ma salle de bain, je me dois de la partager avec les fidèles lecteurs du Polyscope (infidèles, changez de page, vous ne méritez aucunement de connaître ceci). C’est en prenant mon tube de dentifrice que j’eus LA révélation. Je vous préviens, ce n’est pas pour les âmes sensibles : les tubes de dentifrice sont ce qui se rapproche le plus de l’infini! Je n’irais pas jusqu’à dire que lorsqu’on meurt on fini dans un tube, mais je ne le nie pas.

Premier théorème des tubes de dentifrice : Plus on force, plus on a de dentifrice.

Notez qu’il n’y a pas d’exception, voici une explication par l’exemple : J’utilise mon dentifrice jusqu’à ce que je le crois vide. J’oublie d’en acheter le lendemain. Lorsque je viens pour me brosser les dents, je le « squeeze » aussi fort que je le peux et , surprise, il en restait encore. Le scénario peut se répéter ainsi pendant des mois et même des années (voir Figure 1).
Deuxième théorème : Le dentifrice est l’outil de musculation ultime.
Si le scénario précédent peut se répéter, malgré le fait que l’on force comme on peut la journée précédente, c’est parce que cette utilisation de notre masse musculaire l’entraîne juste assez pour que cela fonctionne le lendemain. Appliquez cela pendant quelques années et, BOUM, vous êtes Arnold avec des belles dents (voir Figure 2).

Ceci nous mène au troisième théorème: l’infinité du dentifrice est limitée seulement par la force que l’on peut appliquer sur le tube.
Il arrivera un moment où vos muscles seront à leurs grosseurs maximales et ce sera la fin de votre tube de dentifrice. Du moins, c’est ce que vous penserez : une simple installation d’un rouleau compresseur dans votre salle de bain vous prouverait le contraire.

Avec les théorèmes 1 et 3, on peut facilement imaginer une navette spatiale propulsée par des tubes de dentifrices. La force opposée à la sortie du dentifrice serait assez grande (si on en utilise des milliers) pour la propulser jusqu’au Soleil. Bon ok, il faudrait un équipage suicidaire, mais on pourrait se contenter d’une douzaine de pandas. Une autre application des théorèmes qui renforce cette idée d’infinie est la construction d’usine de vidage de tube. Il suffirait d’une usine qui récupèrerait les tubes que la force humaine n’a pas réussi à vider pour que le dentifrice puisse s’auto-générer. L’usine récupère les tubes, les vide du mieux qu’elle peut, tout en les conservant, et en remplit d’autres qu’elle revend. Avec l’argent reçu, elle achète des machines plus puissantes, vide un peu plus les vieux tubes, vide du mieux qu’elle peut des nouveaux qu’elle conserve toujours, en remplit d’autres et les revend. En considérant que la performance des nouvelles machines augmente avec le temps avec un prix stable, la boucle est bouclée et le cercle est vicieux.

Voilà ma découverte! Grâce à elle, nous vivrons dans un monde où tout le monde peut se brosser les dents et, de plus, génère du dentifrice en le faisant. Un monde où on trouve du dentifrice sur les tablettes du Dollorama. Pouvez-vous seulement imaginer la beauté de ce monde qui




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Si nécessaires? Et comment!

20 mars 2008

Très charitable quand il est question d’offrir le voyage à des emperruqués ignares, l’AÉP a tendance ces dernières années à jouer la carte de la pingrerie quand il s’agit de mettre la main à la poche et faire avancer les initiatives étudiantes dignes de mention. Et si ce n’est pas de pingrerie qu’il est question, on ne saura mesurer l’inaction totale dont l’association a pu faire preuve ou encore l’inconséquence de ses décisions. Dans...

Le café étudiant du pavillon d’aménagement

12 février 2010

Voici un café étudiant qui est pas mal différent des autres. En fait, il s’agit plutôt d’un croisement entre un Second Cup, et une cafétaria, mais avec une touche étudiante. Tarification En vrai, les prix sont plus proches de ceux d’une cafétaria que ceux d’un véritable café étudiant tenu par des impliqués : en moyenne, les prix sont de 25¢ à 50¢ inférieurs à ceux d’une cafétaria. Toutefois, les étudiants qui y travaillent sont...

Les archives du Polyscope: Les dix meilleurs endroits pour baiser à la Poly

17 février 2012

En direct de 2007 C et article nous provient de très lointaine époque de 2007 (cinq ans déjà!). Frédéric Pepin nous expose les meilleurs endroits pour folatrer à l’école. Vous ne sauriez quand même pas nous tenir rigueur de l’immoralité de nos prédécésseurs... C’est bien connu, Poly devient le second lieu de résidence de nombreux étudiants pendant (plus de) quatre ans. Il est fréquent que plusieurs étudiantes et étudiants se retrouvent avec l’envie soudaine...