Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Survol du Salon international de l’auto de Montréal

En tant qu’amateur affirmé de voitures, je suis allé au salon de l’auto, cette fois-ci pour le compte du Polyscope. Tout d’abord, la première chose qui saute aux yeux est… l’absence de la Nissan GT-R! Selon les représentants de Nissan, il n’y avait qu’un seul modèle de pré-production en Amérique du Nord, et il est à Detroit… Voici le genre de nouvelle qui déconstipe. Chez Infiniti, on se contredit sur l’arrivée en 2010 au Canada d’un moteur diesel : il vient ou non, bordel?!? Honda semble plus éclairé là-dessus, car ils nous ont promis un moteur diesel propre dès 2009. Par ailleurs, la galerie 40 ans et toujours belles m’a permis de constater à quel point l’industrie de l’automobile a évolué : on nous comparait 2 générations de 5 modèles disposés côte-à-côte : la Chevrolet Corvette, la Volkswagen Beetle, la Toyota Corolla, la Ford Mustang et la Dodge Charger. En passant, la Charger 1968 était une coupée, tandis que le modèle 2008 est une berline. La Halte Verte constituait un point de visite très intéressant du Salon. Au stand d’Hydro-Québec, on pouvait se renseigner sur la Cleanova III Plus, une voiture 100% électrique développée par le groupe Dassault, en collaboration avec TM4, une entreprise détenue par Hydro-Québec. En effet, cette voiture basée sur une Renault Mégane Scenic a une autonomie de 250 km en plus d’atteindre 130 km/h. Qui plus est, Hydro-Québec et Dassault envisage une production vers 2010-2012. Pour plus d’informations, le site suivant est tout désigné : www.cleanova.com . Par ailleurs, quelqu’un a-t-il vu la Tesla Roadster? Je l’ai manqué, moi… La visite s’est conclue avec le 7e ciel, où l’on pouvait baver sur le tapis en contemplant les Aston Martin, Lotus, Ferrari et autres bagnoles inachetables pour le commun des mortels. Une note cependant aux représentants de BMO présents au salon : non, je ne veux pas de votre ****** de Master Card!!!

Mots-clés : Automobile (46)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.