Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Bacchanale : Méchant party mais t’es pas invité

À travers ses six personnages féminins, la pièce Bacchanale d’Olivier Kemeid présente le monde d’un bar montréalais : un monde dur, sale, et odorant de putréfaction.

Mais tout d’abord, un peu de Wikipédia car, admettons-le, le tiroir de mémoire qui contenait les mythologies grecques et romaines a depuis longtemps été viré à l’envers pour faire de la place à « comment survivre au DASTRRD ».

L’encyclopédie nous rappelle que Bacchus, l’équivalent romain du dieu grec Dionysos, est le dieu du vin, de l’ivresse et des débordements, notamment sexuels. Cependant, il est de nos jours perdu de vue que Bacchus était cultivé et contre tout abus d’alcool. Les fêtes de Bacchus s’appellent les bacchanales. La perception contemporaine de ce qu’elles ont pu être (on les imagine et représente volontiers dégénérant en orgies) – ce qu’elles semblent parfois avoir été – sont cause de ce contresens.

Il ne faut pas se laisser prendre au piège par le dialogue comique léger des premières minutes à la Michel Tremblay car la pièce se développe en une réflexion plus profonde sur la détresse de celles étant inféodées par leur métier. Les six serveuses aussi trash les unes que les autres ont, ô surprise, des rêves de liberté, de nature, de vie plus douce et d’amour, mais un amour tragique, où l’on sent la futilité et le rejet. Ces femmes asservies aux ivrognes vont par un processus particulièrement émotif s’affranchir de leur rôle de vassales et « quitter le sol » une à une pour changer de peau.

Mon allusion du début à une activité polytechnicienne d’initiation n’était pas anodine. L’article de Richard Martineau (« À sec » dans le Journal de Montréal du 30 août 2007) qui a fait des vagues à l’automne dernier a certainement inspiré l’auteur à intégrer le mythe des meutes d’étudiants en génie en période d’initiation… De quoi nous élever au rang de dieux grecs… (sic).

Je vous recommande fortement d’assister à cette enivrante Bacchanale. Par contre, vous ne pourrez pas y participer cette fois-ci.

Bacchanale d’Olivier Kemeid est mise en scène par Frédéric Dubois et jouée par Violette Chauveau, Marie-Claude Giroux, Johanne Haberlin, Michelle Rossignol, Isabelle Roy et Isabelle Vincent. La pièce est à l’affiche au Théâtre d’Aujourd’hui du 19 février au 15 mars 2008.
www.theatredaujourdhui.qc.ca

Mots-clés : Théâtre (92)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+