Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un jour ou l’autre : Des femmes d’ambition

Un jour ou l’autre de Brigitte Poupart fait abstraction du temps et regroupe pendant un court instant quelques grandes femmes de l’histoire. La grand-maman (Monique Mercure) d’une certaine Marie (alter ego de Poupart) partage les lettres de sa petite-fille avec Jeanne d’Arc (jouée par Poupart), Georges Sand (Betty Bonifassi), Louise Michel (Enrika Boucher) et Yolanda Pelucio qui est la mère d’Ingrid Bétancourt.

Des similitudes ressortent entre les vies de ces femmes malgré les 600 ans au cours desquels elles ont vécu. Elles se sont révoltées à leur manière et ont refusé la définition que leur époque leur offrait de la femme. Pour s’épanouir en tant qu’êtres ambitieux et de convictions, elles ont dû se travestir, entrer dans le corps d’un personnage pour avoir la liberté de leurs actions.

Poupart se défend de faire du théâtre féministe, ses spectacles étant souvent qualifiés comme « de fêêêmmes » et « de menstrues ». Mais justement, qu’y a-t-il de mal à faire du théâtre féministe ? C’est accorder une connotation négative à ce mot et tomber dans le panneau que de s’en détacher alors qu’on célèbre la force, le courage et les sacrifices que ces femmes ont faits. Comme quoi il n’est pas toujours évident de faire en sorte que les bottines suivent les babines.
La voix de Betty Bonifassi entendue dans Triplettes de Belleville et dans Chill’em All de DJ Champion est exploitée dans cette pièce et à juste titre.

Un jour ou l’autre de Brigitte Poupart, une production de Transthéâtre, est mis en scène par Brigitte Poupart et Michel Monty et est présenté à l’Espace Go du 19 février au 8 mars 2008.
www.espacego.com

Mots-clés : Théâtre (92)

Articles similaires

Les Fourberies de Scapin

28 septembre 2007

C’est sur Les Fourberies de Scapin, une des dernières comédies de Molière jouée pour la première fois en 1671, que le théâtre Denise-Pelletier ouvre sa saison 2007-2008. Daniel Paquette, jeune metteur en scène ayant déjà une trentaine de pièces à son actif, revisite une fois de plus un grand classique du répertoire théâtral pour le plus grand plaisir de la jeunesse à qui le spectacle est d’abord destiné. Choix judicieux dans l’optique de ce...

Rafales… qui ne décoiffent pas

30 janvier 2009

Saviez-vous que nos âmes doivent s’accrocher à leurs propres os pour garder la mémoire de leur histoire ? Non ? Hé bien, moi non plus. Les quatre personnages de Rafales sont des âmes de personnes décédées et vont procéder à nous raconter leur histoire (dont ils se souviennent car ils ont tenu ferme à leurs os). Sauf… qui déjà ? Madeleine, ah oui. On commence déjà à l’oublier. Elle non plus ne semble plus...

La plus noble conquête de l’homme…

13 février 2009

Quel plaisir de rencontrer des idéalistes… qui ont les deux pieds sur terre. Des gens qui progressent sûrement et concrètement vers une réalisation précieuse à leurs yeux. Des êtres d’équipe et de sincérité, des êtres de projet. C’est dans une fébrilité contagieuse qu’était inauguré à Montréal le 3 février dernier le Théâtre Aux Écuries, qui se veut « un incubateur, un lieu d’échanges, un centre de recherche, de création et de diffusion en théâtre...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.