Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La St-Valentin Inc. en lock-out cette année

Par simple curiosité, l’an passé j’ai demandé à tout le monde que je connais : « qui aime la St-Valentin? » Quelle ne fut pas ma grande surprise de constater que personne, je ne dis bien PERSONNE, n’a avoué aimer la St-Valentin. Je ne comprends pas! Chaque année les compagnies de toutous en peluche font fortune pour la St-Valentin, mais non, personne n’aime ça!

J’ai alors poussé ma recherche plus loin. J’ai donc demandé aux personnes interrogées pourquoi elles n’aimaient pas la St-Valentin. La réponse fut unanime : « c’est trop commercial. » Là-dessus, je dois dire qu’ils ont raison. C’est vrai qu’on n’a pas besoin de donner un nouveau tracteur à sa douce pour lui montrer qu’on l’aime. En passant, ceux d’entre vous qui ont besoin d’un tracteur pour prouver à leur blonde que vous l’aimez, ne le dites pas trop fort, mais je crois qu’elle vous aime juste pour votre argent.

Pour ma part, voici les petits trucs qui me déplaisent de la St-Valentin. On écoute tous la radio et on a donc tous entendu au moins une annonce sur la St-Valentin. Avez-vous déjà entendu une annonce : « les filles, offrez-lui le cadeau qu’il veut » ? Je veux dire qu’on est deux en couple. Pourquoi la St-Valentin est-elle une fête de fille et non de couple? Pauvres gars! Ils ont du inventer le « steak and blow job » au mois de mars pour se sentir appréciés. Mais, ce qui me choque le plus, ce sont les annonces où la femme a le culot de dire : « c’est juste ça que tu me donnes, t’es donc bien poche. » Je vous le dis : c’est à cause des femmes comme ça que la St-Valentin a une mauvaise réputation. J’aimerais ça vous voir vous faire dire par votre chum à Noël: « Come on! C’est tellement pas ce que je voulais! Retourne-moi ça au magasin tout de suite! ». Je suis persuadée que votre chéri dormirait sur le divan pour au moins 2 semaines. J’ai des gars sur MSN qui ont comme « nickname » une semaine avant la St-Valentin : « M’a encore me faire petter une coche parce que je suis pas assez original ». J’aimerais bien qu’on inverse les rôles. Je suis pas mal certaine qu’après 15 St-Valentin moi aussi je manquerais un peu d’inspiration.

Mais, avant de continuer, je vais vous le dire tout de suite : J’AIME LA ST-VALENTIN. Et pourtant, je n’ai jamais eu rien de bien compliqué à la St-Valentin. J’ai eu un chum qui s’est occupé de faire le souper, de louer un film et de faire toute la vaisselle. Ce n’est pas grand-chose, mais ça m’a fait plaisir. J’en ai eu un autre qui m’a simplement donné un gros bouquet de roses rouges. Elles étaient magnifiques et ça m’a mis un sourire dans le visage pour le restant de la journée. J’ai aussi déjà mangé du McDo comme souper de St-Valentin, mais enroulée dans une grosse doudou dans les bras de mon chum en train de regarder 24 et de savoir que le dessert est un gros bol de crème glacée avec plein de petits bonbons qu’il est allé chercher expressément pour moi. Ça aussi c’était vraiment chouette.

Pour en revenir à mon premier sujet, ma conclusion est donc que selon ma petite recherche, beaucoup de gens auraient dû bouder la St-Valentin cette année. Mais quelle ne fut pas ma grande surprise (gros ton sarcastique) quand le jour maudit arriva enfin. Les mêmes personnes qui m’avaient dit ne pas aimer la St-Valentin ont toutes changé leurs « nick MSN » pour bonne St-Valentin. Tous mes amis ont eu droit à un petit souper en amoureux avec les yeux dans la graisse de bines. La semaine des roses à l’Université a hyper bien fonctionné. J’en conclus donc que beaucoup d’entre vous on reçu des fleurs et je suis persuadée que ça vous a tous fait chaud au cœur.

Alors pour tous ceux qui chialent, faites donc un effort. Arrêtez d’avoir peur d’être quétaine et laisser sortir votre : « non toi raccroche en premier » « non toi » « ok à go »… Montez sur le toit de l’Université pour hurler votre amour. Hum! Ok, je m’emporte. Mais, quand même, profitez du fait que vous êtes avec quelqu’un que vous aimez. Profitez de cette journée pour prendre une pause. Et si vous connaissez un célibataire, faites-lui un gros câlin, donnez-lui un bisou sur la joue et la plus récente édition de Playboy. Comme ça, lui aussi pourra célébrer la St-Valentin.
Finalement, la St-Valentin c’est comme n’importe quoi. Ça a ses bons côtés comme ses mauvais. Mais, comme n’importe quoi, on a aussi fini, surtout les filles, par prendre cette fête pour acquise. Moi j’aime mieux me concentrer sur les bons côtés. J’entends souvent des personnes dire : « franchement, t’as pas besoin de la St-Valentin pour célébrer ton amour! » C’est sûr. Mais, à l’inverse, c’est pas parce qu’on fête l’amour à tous les jours qu’on peut pas avoir une journée spéciale dans l’année où on s’y attarde plus et où on fait des petites choses spéciales qu’on ne prendrait normalement pas le temps de faire dans la vie de tous les jours, comme arrêter chez le fleuriste pour une autre raison que de se faire pardonner.

Articles similaires

Donne-moi ta bouche

11 février 2008

− Ça ne te tenterait pas d’écrire quelque chose pour la St-Valentin? − Euh, comment te dire… non, pas vraiment. Et me voilà entrain d’écrire ces quelques lignes. Il me semble que cela résume pas mal ce que représente la St-Valentin, du moins pour plusieurs. Suffit qu’une demoiselle avec un joli décolleté te demande la lune pour qu’on aille lui décrocher, la queue entre les deux pattes. Tout ça dans le but avoué (ou...

La séduction, qu’est-ce que la séduction ?

11 février 2008

La séduction : vient du latin seducere signifiant « amener à l’écart pour obtenir des faveurs ». L’objectif de la séduction est d’attirer l’attention d’une personne par tous les moyens possibles. Dans le règne animal cela peut prendre plusieurs formes : une danse chez certains oiseaux, un combat pour un type d’insecte, l’émission de certaines odeurs pour d’autres. Mais pour nous les Hommes ? Qu’est-ce que cela représente ? Je vous dirais le tout...

Les Zapartistes

6 octobre 2006

C’est dans un Lion d’Or à l’humeur joviale, Dans une ambiance de gala ou de carnaval, Que les bonnes ouailles sont conviées à une soirée, Animée par une troupe à l’humour engagé, pas enragé, Les Zapartistes. Ne reculant devant aucune boutade, Fanfaronnade ou rodomontade, Ils n’en finissaient pas de porter l’estocade, Aux tenants d’un Québec triste et maussade, Les Lucides. Une fois leur manifeste, lu, approuvé et signé, Aucune personnalité politique ne fut épargnée....




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Entrevue avec une société technique : Archimède

5 février 2010

Des sociétés techniques, il y en a beaucoup à Poly. Mais on ne sait pas toujours quels projets elles développent, comment l’équipe s’organise, quelles sont les difficultés rencontrées. J’ai donc décidé de rencontrer plusieurs directeurs afin de mettre en valeur leur travail. La première société interviewée est celle du projet Archimède. Il s’agit d’un sous marin submersible à propulsion humaine, dirigé par une personne munie d’un équipement de plongée qui est allongée à l’intérieur...

La boucle est bouclée

5 février 2010

En programmant Tosca, l’Opéra de Montréal fête un anniversaire aux allures de maturité. C’est en effet avec ce même opéra que la salle Wilfrid-Pelletier a été inaugurée il y a 30 ans, en octobre 1980. Entretemps plus de 900 représentations de 90 opéras y ont été données, dont une cinquantaine de nouvelles productions, un accomplissement remarquable pour « la promotion de l’art lyrique » qui est la mission de l’Opéra de Montréal. Mais Tosca...

Paradis perdu : Supplémentaires jusqu’au 20 février

5 février 2010

« Il était une fois, une dernière fois » un soldat errant sur Terre. Ce seul survivant de la race humaine s’apprête à livrer ses ultimes souffles alors qu’une voix intérieure l’invite à tout faire renaître par le biais d’un voyage onirique le portant « dans le jardin du monde et dans le cœur de l’homme ». Paradis perdu se veut une interrogation sur la coexistence de l’homme et de la biodiversité, mais c’est avant tout...