Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le Barbier de Séville

En entendant le nom « Figaro », il vient généralement en tête le célèbre air de l’opéra Le Barbier de Séville, créé en 1816 par le compositeur italien Gioacchino Rossini. Cet opéra, dont plusieurs airs font maintenant partie de la culture populaire, relate les péripéties de Figaro, barbier de profession, mais véritable homme à tout faire. Reconnu pour son ingéniosité et ses ruses, Figaro accepte de venir en aide au comte Almaviva , qui souhaite épouser la belle Rosina, qui, de son côté, est captive du vieux médecin Bartolo, son tuteur. Ce dernier a cependant déjà prévu de se marier avec Rosina, contre son gré, et ce, avant la fin de la journée. Cela ne laisse que quelques heures au comte et à Figaro pour déjouer le médecin et parvenir à leurs fins…

Présenté par l’Opéra de Montréal, du 2 au 16 février, cette œuvre, une des meilleures dans la tradition de l’opéra-bouffe (dans le sens de bouffon), possède un excellent scénario, enchaînant des rebondissements comiques et des dialogues intelligents et teintés d’humour (des surtitres français et anglais permettent aux spectateurs de comprendre le texte, chanté en italien), le tout admirablement bien mis en valeur par le choix de la mise en scène et les décors impressionnants. Comme à son habitude, l’Orchestre symphonique de Montréal interprète à merveille la musique composée par Rossini, d’une grande finesse, variée et entraînante.

La distribution est également de grande qualité : le baryton Aaron St. Clair Nicholson interprète avec dynamisme le rôle du barbier, tandis que le ténor Frédéric Antoun, que l’on voit d’ailleurs régulièrement dans des rôles principaux à l’Opéra de Montréal, impressionne dans le rôle du comte Almaviva, autant par sa voix que par la qualité de son jeu. La mezzo-soprano Julie Boulianne parvient aisément à charmer le public dans le rôle de Rosina, tandis que la basse italienne Donato di Stefano interprète avec justesse le docteur Bartolo.

Pour ceux qui sont peu familiers avec l’opéra, Le Barbier de Séville est une excellente occasion de s’y initier ; la musique y est de grande qualité, plusieurs des airs vous seront familiers, et le scénario est loin d’être ennuyant ; bref, le résultat final s’avère réellement divertissant. Finalement, il est à noter que l’Opéra de Montréal offre une promotion aux 18-30 ans, et permet donc d’assister à ses productions pour un prix raisonnable.

Le Barbier de Séville, de Gioacchino Rossini, présenté les 9, 11, 14 février à 20h et le 16 février à 14h à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts.
www.operademontreal.com

Mots-clés : Théâtre (92)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Les peintures musicales

16 février 2007

L’OSM et le Musée des Beaux-Arts de Montréal dans la même soirée ? Bien des gens me diront : « Eille Uncle Ed, c’t’impossible ce que tu écris là avec tes mains ! » Et pourtant, ces deux institutions montréalaises se sont unies pour le plaisir de nos oreilles et de nos yeux. Le Musée des Beaux-Arts a décidé d’accueillir une série de concerts et expositions portant sur la période baroque. Cette série de...

Showcase de LuckyMe au Belmont

23 mai 2010

Samedi prochain, le 29 mai, le label de Glasgow LuckyMe présentera au Belmont une soirée des plus raffinées en musique de synthétiseurs et de basses fréquences. Avec en tête d'affiche Hudson Mohawke, qui vient de lancer son premier album intitulé Butter, et à ses côtés les vétérans de la scène street bass/lazer bass/appelez-ça-comme-vous-voudrez Lunice et Hovatron, la soirée sera remplie de basses et de sons 8-bits comme seuls ces artistes savent le faire. Cette...

SOLO : Le doute m’habite

23 mars 2007

Usine C, vendredi 16 mars, à 20h00. Une énigmatique lumière bleue danse et vacille sur une toile blanche suspendue au milieu de la scène. Après quelques instants, elle se révèle être une paire de mains, entrecroisées, ondulant derrière la toile, les mains de Philippe Decouflé, chorégraphe et danseur de renommée internationale. Ainsi débute SOLO Le doute m’habite, le premier spectacle solo du chorégraphe français, célèbre entre autres pour sa mise en scène des cérémonies...