Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Délier l’aide liée

C’est du 16 au 19 janvier dernier que c’est déroulé le congrès national d’Ingénieurs Sans Frontières. Cette année, c’est Montréal qui était l’hôte des 700 participants venus des quatre coins du Canada. Lors des congrès annuels d’Ingénieurs Sans Frontières (ISF), une des activités était de faire un événement de sensibilisation du grand public. C’est année, la mission de sensibilisation des congressistes était de sensibiliser la population de Montréal sur l’aide liée et d’amasser le plus de signatures possible pour faire une pétition grandiose!

Qu’est-ce que l’aide liée On utilise le terme « liée » pour définir quelque chose ou une personne qui se trouve sous une contrainte. Dans l’aide liée, l’aide apportée dans les pays en voie de développement est donnée avec certaines conditions. Ces conditions sont souvent des restrictions pour les pays qui bénéficient de cette aide. Les pays bénéficiaires se trouvent contraints de dépenser l’argent dans le pays donateur. Par exemple, au Canada, 43% de l’aide envoyée à l’international est liée (Center for Global Development 2006). C’est-à-dire, 43% de l’aide envoyée doit être dépensée au Canada. Les pays bénéficiaires ne peuvent donc pas enrichir leur l’économie locale. L’aide liée, peut faire accroître les coûts d’achat de 15 à 30% selon les économistes de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) en raison de l’absence de la concurrence. Le pays donateur ayant le monopole des produits et services, ils peuvent régler les prix à leur guise. Il est clair que l’aide liée permet aux entreprises du pays donateur de gagner des contrats au niveau international. Chaque dollar donné sous forme d’aide en rapporte trois au donateur. (Coopération : vers la fin de l’aide liée, MFI Hebdo 2002). L’aide internationale devrait servir à développer l’économie du pays bénéficiaire et non à développer l’économie du pays donateur. Le Canada se retrouve au 17e rang des 21 pays dont le pourcentage de l’aide liée est le plus important (Center for Global Development 2006).
L’action!
Nos 700 participants, avec l’aide de plusieurs bénévoles, ont été séparés en dix équipes et ont pris d’assaut le centre ville de Montréal arrêtant les gens pour leur expliquer la problématique reliée à l’aide liée. La pétition à signer était de petits arrêts stop avec l’inscription « ARRÊTONS l’aide liée, STOP Tied Aid ». Les gens signaient les arrêts et devait tirer sur une petite ficelle qui reliait les arrêts pour « délier l’aide liée ». La ficelle servait alors de bracelet avec l’adresse Internet d’ISF. Les gens pouvaient alors par la suite aller s’informer sur l’aide liée.
Après la collecte de signatures, tous les participants devaient se rendre au Complexe Guy-Favreau, un édifice du gouvernement du Canada. Les petits arrêts stop ont par la suite été fixés à une grande banderole. Tous les petits arrêts ont servit à former un gigantesque Arrêt sur la banderole. Cette pétition, tout à fait originale, sera envoyée à plusieurs députés.
Après l’action, les festivités!
Après avoir amassé toutes les signatures, le cœur des participants est à la fête! La troupe de percussion afro-brésiliènne Zuruba est venue réchauffer l’ambiance avec leurs rythmes endiablés. Les délégués se sont lancés dans la danse pour bien se réchauffer. Cette soirée restera gravée dans leurs mémoires!

Le passage à l’histoire!
Une fois la banderole complétée, c’est la prise de la photo de groupe. Cet évènement a attiré des journalistes de La Presse, du Journal de Montréal, de Marketwire et bien d’autres! Les actions d’Ingénieurs Sans Frontières interressent de plus en plus de gens et ce n’est qu’un début!

Que pouvez-vous faire Vous aimeriez vous aussi appuyer cette cause? Vous le pouvez comme suit : En écrivant une lettre à votre député pour le recommander vivement de délier tout l’aide en provenance du Canada.
Écrire une lettre plus ciblée au Ministre de l’Agriculture ou au Ministre des affaires étrangères.

Écrire une lettre au rédacteur de votre journal local avec un parallèle avec le dernier G8 et les actions du Canada par rapport à l’aide liée.
De plus, vous pouvez toujours discuter et informer vos proches de la situation.

Pour plus d’informations sur l’aide liée, visitez le site d’EWB (Engineers Without Borders) www.ewb.ca Mille mercis !

Un grand merci aux organisateurs Alexandre Bouchard, Pascale Paiement, Elizabeth Boily, ainsi que l’équipe de bénévoles Anne Ammerlaan, Brice Tiret, Danish Rehman et les 93 bénévoles hyper motivés!

Mots-clés : ISF (11)

Articles similaires

AmeriCaras

26 janvier 2007

Par Olivier et Ricardo americaras@gmail.com Depuis le mois d’octobre passé, Ricardo Cuéllar et Olivier Vaudrin-Charette, deux diplômés de l’École Polytechnique, traversent en voiture l’Amérique latine. Ils parcourront ainsi plus de 30 000 km et visiteront un total de 15 pays. Leur périple d’un an, reliant le Québec à l’Argentine, leur permettra de concrétiser un projet en ingénierie hors du commun : le projet AmeriCaras, qui les amènera à s’investir dans plusieurs projets de développement...

Pas facile le développement à grande échelle

16 février 2007

par Bastien Latargère Souvent, lorsqu’on évoque le mot développement, on pense aux ONG, les organisations non gouvernementales d’intérêt public qui ne relèvent ni de l’état, ni d’une institution internationale. On retrouve généralement des ONG dans les processus de développement économique et social des pays en voie de développement. Cependant, il s’avère que les acteurs impliqués dans les projets de développement sont multiples, ce qui vient compliquer les prises de décisions et les procédures. Outre...

Sensibilisation des jeunes aux enjeux reliés à l’eau potable

11 février 2008

Le 5 décembre dernier, je suis allée faire des présentations dans une école secondaire pour le projet « Eau pour le monde ». Le projet « Eau pour le monde » a pour but de sensibiliser les jeunes du niveau secondaire aux enjeux liés à l’eau potable dans le monde. Donc je me lève à 5h00 du matin car je dois aller rejoindre mon collègue au local d’ingénieurs sans frontière pour ramasser le matériel...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.