Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Uniformisation des frais et délais d’accès aux copies d’examens

Par Katherine DߴAvignon

Étant arrivée aux trois-quarts de mon mandat de vice-présidente à l’éducation, je vais vous donner une légère mise à jour sur l’un des dossiers dont je traite cette année, soit celui de l’uniformisation des frais et délais d’accès aux copies d’examens.

À Polytechnique, les copies originales des examens intra-trimestriels sont généralement remises aux étudiants et ces derniers sont autorisés à les conserver. S’ils ont des revendications à faire au sujet de la correction ou du barème, ils doivent redonner leur copie avant la fin du cours ou aller voir le professeur pour demander une rencontre. Le règlement 7.9.1 des études au premier cycle stipule d’ailleurs à ce sujet que : Lorsqu’un professeur remet des copies corrigées de contrôle périodique ou de travaux en mains propres aux étudiants, ceux qui désirent se prévaloir de la procédure de révision doivent remettre leur copie au professeur dans le court délai que celui-ci accorde. Cette approche permet donc à l’étudiant de prendre connaissance de ses erreurs et des critères d’évaluation, de s’assurer que la correction a été faite en conformité avec le solutionnaire ou encore simplement de vérifier la sommation des points.

Un problème survient toutefois lorsque vient le moment d’accéder aux examens finaux et autres évaluations qui ne sont pas remises en classe par le professeur, ou rendues accessibles à son bureau par celui-ci. Actuellement, lorsqu’un étudiant souhaite avoir accès à sa copie, la procédure dicte que celui-ci doit se présenter au secrétariat du département offrant le cours et y faire une demande afin d’accéder à une photocopie de son examen ou de son évaluation. La gestion de ces requêtes est entièrement sous la juridiction des départements et par conséquent, les tarifs imposés ainsi que les délais requis varient d’un département à l’autre. Pour fin de comparaison, les détails de ces frais et délais, récoltés par les représentants étudiants en 2002-2003 et 2006-2007 auprès des départements, sont présentés au tableau ci-dessous.

De nombreuses plaintes furent reçues au travers des années à ce sujet et c’est pourquoi le vice-président à l’éducation a, en 2002-2003, fait parvenir à ce sujet, une demande par écrit auprès de monsieur Pierre Lafleur, le directeur de l’enseignement et de la formation. Cette requête demandait notamment que les frais et les délais pour l’obtention d’une photocopie d’une évaluation ou d’un examen soient raisonnables et justifiés et que ceux-ci soient uniformes entre les départements.
Cette requête étant restée jusqu’à présent sans réponse, une nouvelle requête fut effectuée auprès de la sous-commission des études le 15 novembre 2007. Celle-ci demandait un délai uniforme de 24 à 48 heures et l’élimination des frais pour l’accès à une copie d’examen. Le désir d’uniformiser les frais et délais fut accueilli plutôt favorablement par les membres de la sous-commission des études qui énoncèrent toutefois la nécessité de conserver certains frais associés à la requête de photocopie afin d’agir en tant que ticket modérateur. Une recommandation fut donc émise suggérant que l’Assemblée de Direction examine la problématique afin d’y trouver une solution favorisant des frais et des délais raisonnables.
Nous attendons donc de voir ce qui se produira dans ce dossier… la balle est dans le camp des départements!
Si vous avez des questions ou des plaintes à formuler sur n’importe quel aspect d’un cours ou même de votre bacc en général, n’hésitez pas à venir me voir! Vous pouvez aussi sauver de l’énergie en restant assis et en m’envoyant un courriel à education, aep.polymtl.ca.

C’est ça qui est ça!

Articles similaires

Bonjour et bonne année 2008 !

30 janvier 2008

Par Alexandre Cloutier-Boutin Afin de bien commencer la nouvelle année, voici quelques nouvelles relatives aux services de l’AEP, ainsi qu’un survol de ce que votre association continue de vous offrir comme services gratuit et toujours aussi utiles grâce au travail de nombreux étudiants qui continuent de s’impliquer. Aramark Vous pourrez sans doute profiter de l’arrivée d’un nouveau chef pour la nouvelle année ! En effet, celui-ci amène son lot de nouveauté dans les différents...

Un point sur la Vitrine étudiante

2 février 2015

Je vais tenter de vous résumer l’histoire autour de la Vitrine sans m’emporter... On en parle, les travaux font du bruit, elle revient toujours, c’est la Vitrine. Originellement prévue pour la rentrée d’août 2014, les travaux de la Vitrine traînent : les premiers services et comités n’ont emménagé dans leurs nouveaux locaux qu’à la mi-décembre. Le Polyscope, pour son cas, a demandé au SDI de retarder son déménagement à la rentrée de janvier pour éviter...

Édit-toto

9 octobre 2007

Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans la santé, parce que la population vieillit, et qu’on a besoin d’hôpitaux pour s’occuper de nos aînés. Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans les infrastructures routières, désuètes, qui semblent maintenant tellement mal en point qu’elles risquent de s’effondrer. Par contre, il faut avoir de l’argent pour pouvoir investir. Tout ça coûte cher, et le lourd système de gestion de l’état...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Les Zapartistes

12 janvier 2007

Il y a de bonnes choses qui ne changent pas. Durant le temps des fêtes, les Zapartistes croquent, entre deux morceaux de tourtières, dans la revue de l’année, et votre humble chroniqueur a eu la chance d’y assister. Ce groupe humoristique à saveur politique a encore une fois bénéficié d’une publicité gratuite à l’aube de leurs représentations au Spectrum. L’an passé, Radio-Canada congédiait François Parenteau pour sa grande gueule amoureuse du Québec, allant jusqu’à...

Palestine, le repas qui a mal tourné

11 février 2008

Depuis quelques temps, je regarde plus souvent la télé. En effet, je me suis rendu compte que l’on avait signé un contrat nous fournissant la télé et l’internet. Alors je me dis, pourquoi ne pas en profiter. Ces jours-ci, je regarde donc la télé lorsque je prends mes repas, car il faut l’avouer, l’emploi du temps à Poly ne nous laisse guère le temps de profiter des reality-shows et autres « oeuvres » qui...

Édit-toto

9 octobre 2007

Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans la santé, parce que la population vieillit, et qu’on a besoin d’hôpitaux pour s’occuper de nos aînés. Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans les infrastructures routières, désuètes, qui semblent maintenant tellement mal en point qu’elles risquent de s’effondrer. Par contre, il faut avoir de l’argent pour pouvoir investir. Tout ça coûte cher, et le lourd système de gestion de l’état...