Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le mot des dirlos

Pour la 40e année consécutive, nous avons l’immense plaisir et l’honneur de vous introduire Le Polyscope, le plus grand, plus vieux (et surtout plus sage), meilleur journal étudiant hebdomadaire en Amérique. L’an dernier, Le Polyscope fêtait ses 40 années de jeunesse et de loyaux et bons services rendus aux polytechniciens et aux 5 étudiantes de Poly.
En cette nouvelle année 2008, véritable aire des accommodements (dé)raisonnables, Le Polyscope a décidé de réagir et de prendre de l’avance sur les autres médias. Dorénavant, notre journal sera imprimé sur du papier équitable d’arbre heureux certifié cachère. De plus, tout comme Radio-Cacada qui a décidé de revoir son vocabulaire et de bannir l’expression « haïtien » pour « membre de la communauté haïtienne » ou « québécois d’origine haïtienne », Le Polyscope a lui aussi décidé de revoir son vocabulaire. À partir de maintenant, les termes « haïtien », « italien », « juif », « arabe », « français », « paki », « chintok », « moron », «noir », « blanc », « jaune », «pourpre » […] et « femme» ne seront plus employés. Pour fin de simplification, l’expression « québébois pure laine » sera maintenant utilisée pour désigner les résidants et « québécois synthétique »* sera utilisée pour les non-résidants.

Mais ce n’est pas tout! Dans le but de toujours mieux servir sa communauté étudiante, Le Polyscope deviendra dorénavant un journal laïc dénué de tout symboles religieux et où le cynisme, le sarcasme, le sexe et toute autre forme d’humour foncé sera absente.

Nos 15 dévoués journalistes amateurs et bénévoles vous fourniront des articles à la hauteur de ceux rédigés par les 500 journalistes professionnels et (bien) payés de La Presse. Comme ces grands, nous vous parleront de sujets qui VOUS intéressent comme la couleur de la culotte du Président de l’AÉP ou du chien écrasé du nouveau DG de l’école….Mais non, ce n’était qu’un vilain cauchemar! Le Polyscope restera votre fidèle compagnon avant, entre, et pendant vos insipides cours du lundi matin, du vendredi après-midi, après vos examens du dimanche et juste avant votre cours du jeudi 19h. Et pour assurer la pérennité de votre magazine, après maintes expérimentations et avec l’aide de certains chroniqueurs nous avons compris comment marchait cette machine communément appelé « étudiant » : en lui fournissant un intrant ou carburant en très grande quantité (lire bière) au système (lire machine assez simple parfois dotée d’un cerveau), vous aurez des extrants (lire article) d’une qualité que vous pourrez juger tout les vendredi matin.

Numéro après numéro, vous verrez que dans la vie polytechnicienne, il n’y a pas que des chiffres, des formules, des théorèmes que seul le boutonneux du premier rang comprend. Le Polyscope, tout comme la vie étudiante, est remplie de personnes comme vous qui s’emmerdent dans leurs cours et d’activités nourrissantes spirituellement, physiquement et stomacalement.

Comment décrire Le Polyscope? Disons que nous sommes comme une pub de Patrimoine Canada, où canadiens, québécois de souche équatoriale, québécois d’origine québécoise, québécois membre de la communauté communautaire, abitibiens et autres échangent, boivent, dorment, travaillent (et s’insultent)…bref, vivent ensemble dans la paix et l’harmonie. Voyez Le Polyscope comme un îlot de tranquillité dans une mer d’examens, de devoirs et de co-équipiers dysfonctionnels (ça par contre c’est vrai…).

Le Polyscope est plus qu’un simple comité. Chaque semaine, nous produisons un journal qui se veut drôle, amusant, sexy ET intelligent. Chaque semaine, vous trouverez de la culture, du sport, de la vie étudiante, des chroniques critiques, ironiques et cyniques. Il y a aussi un suduku pour survivre à vos prochaines années entre les murs hallucinogènes de Lassonde et un soulagement à votre déprime entre les murs gris du vieux pavillon.

Quelque soi votre talent ou votre non-talent, votre centre d’intérêt, il y a forcément une place pour vous chez nous!

* synthétique (adj.) qui envisage la totalité

Mots-clés : Mot des dirlos (3)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+