Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Chronique de la vérité

Cette semaine encore, dans le cadre de la chronique de la vérité, la seule chronique vraiment objective et honnête de ce journal, je vais vous présenter le cas de deux personnalités politiques bien connues qui ont porté un changement radical à leur vie au cours de la dernière semaine. Le premier d’entre eux est notre premier ministre Stephen Harper, qui rencontra il y a quelques jours le Dalaï Lama, ce qui sembla transformer sa vie, comme en témoigne nos photos exclusives. On peut d’ailleurs s’interroger sur les motivations réelles qui poussèrent Stephen à inviter le grand chef spirituel du Tibet à venir discourir au Canada.

Est-ce une fois de plus l’influence américaine de son copain Bush qui entraîna notre premier ministre à organiser cette réunion au sommet? Peut-on comparer les relations d’Hugo Chavez qui s’affiche avec Castro, et appui de ce fait la dictature de ce dernier avec celle d’un président ou d’un premier ministre d’un pays ayant des troupes armées à l’étranger s’affichant avec un fervent pacifiste? Que faut-il comprendre? Pourquoi prendre la peine de s’attirer les foudres de la Chine si ce n’est pour y trouver un certain avantage. J’approuve et admire le geste, par contre j’ai beaucoup de difficulté à me l’expliquer. Par contre, le nouveau look de Stephen me plaît beaucoup. Je sens que maintenant il va vraiment s’attirer les votes de l’Ontario.

De l’autre côté de l’Atlantique, Nicolas Sarkozy est sorti d’une difficile rupture avec son ex-femme Cécilia. Nous avons tous été heureux de voir que, peu de temps après cette dure épreuve, il a déjà rencontré celle qui sera peut-être bientôt la nouvelle Première Dame de France. Rayonnant de bonheur, tenant dans ses bras la belle Biquette, 2 ans et demi, chèvre de son statut et productrice laitière à temps plein, il aurait rencontré cette dernière lors d’un cocktail politique en Haute Savoie. Leurs loisirs en commun sont multiples, de même que leur bon goût pour l’art. Les idées politiques du Président Français semblent avoir déjà adopté le léger penchant écologique que prône sa nouvelle dulcinée. Les habitudes matinales de Sarkozy ont elles aussi un peu changée, il semblerait maintenant boire son verre de lait au biberon, et aurait délaissé son fromage de chèvre pour un crémage légèrement herbé. Par contre, Cécilia, voyant son ex-mari retrouver si rapidement le bonheur, suspecte maintenant que ce dernier entretenait des relations extra conjugales, et envisage de rouvrir leur contrat de divorce pour demander la moitié de l’Élysée.

Mots-clés : Politique (30)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le polytechnicien antisocial

19 septembre 2003

Les énoncés les plus saugrenus sont souvent le fruit d'un assemblage homogène et cohérent d'idées disparates que le hasard a uni dans un esprit destructuré. On me suit ? Les conditions ayant été réunies en ma personne, voici comment je construis cet énoncé fort simple qui recèle une partie de la vérité qui anime le monde - ici, on se restreindra à Poly - : le polytechnicien est anti-social. Partons d'une anecdote très récente,...

Bouffée d’air en piscine!

17 janvier 2014

Discipline, relaxation et entraînement régulier sont les maîtres mots de cette discipline dispensée au CEPSUM. Autrefois nécessité pour la pêche ou cueillette sous-marine, l’apnée sportive est aujourd’hui une activité relativement récente complémentaire à la plongée. La recherche de la performance la constitue en un sport extrême. Inutile de décrire les risques encourus pour apprécier l’existence d’un cours d’initiation au CEPSUM. Les activités sont proposées par l’école Apnée Aventure. Il s’agit d’une structure faisant partie du...

Fin de session

17 novembre 2006

Je n’aime rien comme la fin de session. J’adore m’enivrer de son doux parfum, me délecter de l’impression fugitive qu’elle me procure le temps d’après, d’après la session, celui où je m’étale en prélat de la farniente sur mon canapé de velours dans une atmosphère empreinte de fragile tranquillité. Mais combien cher est le prix de cette paix que j’appelle de tous mes vœux ! Que de nuits blanches passées à réviser mes notes,...