Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Une question d’humanité

Psychologue de son état, la quarantaine, affecté au recrutement et au suivi des cadres de l’entreprise, Simon est une dent du pignon des systèmes industriels. Il est l’homme qui garantit à la compagnie qui l’emploie de disposer des ressources humaines à même de pourvoir à ses besoins ; grâce à lui, les cadres recrutés correspondent au profil de la compagnie : leurs performances sont menées à l’apogée.

Voici l’atmosphère corporatiste servant de point de départ au nouveau film de Nikolas Klotz, La question Humaine. Et ce réalisateur passionné de cinéma nous plonge avec lui dans le monde qu’il construit où l’image lustrée de Klotz pousse à l’adulation cinéphile avant de laisser place à une forme de terreur.

Simon, admirablement incarné par Mathieu Amalric (Quand j’étais chanteur; Fin août, début septembre), est davantage qu’une pièce mécanique dans une machine bien huilée. Il est aussi, et a été, l’acteur qui aide l’entreprise quand vient l’heure des choix crucieux : procéder au dégraissage du personnel en désignant les candidats à la mise à pied. Et Simon s’acquitte de sa tâche avec un professionnalisme entièrement dédié aux intérêts de ses employeurs, et le fait d’une manière qui confine à une froide opération éliminatoire et disqualificative qui rejette sans merci les égrotants pour ne garder que le sain et le valide.

Nul remord chez Simon. Ce qui compte pour lui, c’est le bon fonctionnement de la firme. Cette glaciale perspective est pourtant mise à mal quand Simon se fait confier son ultime mission : investiguer l’état mental du maladif directeur Mathias Jüst qu’incarne terriblement Michael Lonsdale (Munich ; 5×2).

Les préoccupations de ce directeur vont pousser Simon à se questionner sur son propre rôle. Profondément marqué par le nazisme et la Shoah, le directeur Jüst mène le jeune psychologue industriel à percevoir une similarité entre son activité professionnelle et le productivisme dont faisait preuve les auteurs des crimes nazis. Même froideur face aux être humain; même comptabilité de scalpel asceptisé; même anonymie des protagonistes dans l’éradication. Ce questionnement nous incite à considérer d’un regard pantois le monde moderne.

Unanimement applaudi par la critique en France, ce film angoissant aura à rencontrer le public québécois à compter du 26 octobre. Convainquant par ses qualités esthétiques et son intelligence, ce film aura probablement du mal à faire valoir ses arguments, son message par trop incisive et son atmosphère inconfortable et brutale.

Mots-clés : Cinéma (60)

Articles similaires

Mon voyage à New-York

5 janvier 2007

Je me suis enfin résolu à aller aux United States USA. J’aurais aimé être the guest de monsieur le président Bush : je n’aurais pas regretté le plaisir de refuser l’invitation. Mais le bougre n’a pas daigné répondre à mes nombreuses lettres où je le traitais d’âne bâté, et je crains que nous ne soyons définitivement fâchés. L’amitié tient à si peu de choses, finalement ! Comme je n’ai pas les moyens de Monsieur...

Lancement du Festival de films Juste Pour Rire

13 juillet 2009

L’ouverture du Festival de Films Juste pour Rire s’est déroulée le 10 juillet au Cinéma Impérial avec la projection de OSS117, Rio ne répond plus. Michel Hazanavicius et Jean Dujardin étaient présents pour promouvoir leur film. Synopsis : Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, est l'espion français considéré par ses supérieurs comme le meilleur de sa profession. En cette année 1967, il est envoyé en mission à Rio de Janeiro, à la...

Antoine De Maximy, le globe-trotter

27 février 2009

Parfois, on regarde une émission et on se dit que l’on l’aime vraiment bien, mais sans trop savoir pourquoi ? Sans doute l’idée originale, la musique attrayante, l’habillage bien agencé, l’ambiance particulaire. C’est un peu tout cela que l’on peut retrouver dans l’émission française « J’irais dormir chez vous » et qu’Antoine De Maximy a réussi à transposer au cinéma dans « J’irais dormir à Hollywood » qui, aujourd’hui, est nommé pour le meilleur documentaire de l’année aux César....




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Un été haut en (quatre) couleurs

14 août 2009

Quel été nous avons eu ! Bien sûr, les optimistes diront qu’il n’est pas encore terminé et que les cours qui recommencent ne sont qu’une illusion et que s’ils retournent se coucher, ça sera encore les vacances demain. Des intentions nobles, c’est évident. Mais j’ai le regret de vous informer que les vacances d’été sont bel et bien terminées. Tout de même, on n’est pas nécessairement fâchés que l’été s’achève. Car après des semaines très...

Donka, un hommage à Tchekhov

13 décembre 2010

Pour rendre hommage au 150e anniversaire de la naissance de l’écrivain et médecin russe Anton Tchekhov, Daniele Finzi Pasca a créé le spectacle Donka – Une lettre à Tchekhov pour le coup d’envoi du Festival international de théâtre de Moscou. Fondateur de la compagnie Teatro Sunil, Daniele Finzi Pasca a écrit plus de 25 spectacles, dont des collaborations avec le Cirque du Soleil (pour Corteo) et le Cirque Éloize (pour le triptyque du ciel...

En vedette cette semaine, la LIM

27 octobre 2006

Ça y est, c’est reparti. Notre ligue d’improvisation préférée, celle que nous chouchoutons depuis quelques années déjà, a repris le collier le 15 octobre dernier. C’est évidemment en charmante compagnie que votre reporter favori s’est déplacé au splendide Lyon d’or afin d’assister à la mise en jeu protocolaire. La Ligue d’Improvisation Montréalaise a su nous surprendre d’entrée de jeu alors que nous avons eu droit à une semi-impro (parcequ’elle était tout de même préparée...