Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Pugs

On passe son BAC à se demander comment on va le terminer.
Au tout début, on se demande si on va le terminer, puis une fois convaincu, on se demande en combien de temps, puis dans quel état mental on va le terminer… Et les années passent, parce qu’il y en a plusieurs, 5 dans mon cas… 6 selon certains. On se demande qui de nos amis partiront avant nous, et qui restera pour nous élever au statut de légende.

Et à la dernière session quand elle arrive ( je vous le jure, elle arrive ), on se pose des questions plus futiles. On en vient à se demander ce que l’on va mettre le jour de notre dernier examen, une chemise ou un costume de clown ? Et si je le coulais ?! Alors pas de costume de clown. Et cette image de Capiss qui a débouché une bouteille de Champagne en sortant de son examen déguisé en Superman…aurais-je le courage de l’imiter ?! Et Est-ce que je devrais quitter l’école immédiatement après mon dernier examen ou refaire le tour de l’école seul, tranquillement… avec une frette, le temps d’absorber le moment.
Étant magnifiquement rendu à ma dernière session, la question qui m’importe le plus c’est de savoir avec quel examen je vais terminer? J’ai reçu ma réponse hier… Qu’elle déception! J’ai presque le goût de ne pas y aller! Droit pour Ingénieur le 21 décembre! C’est pousser l’injustice à l’insulte. Faire tout ce chemin, pour finir par un SSH, c’est pas juste!
Le lendemain je vais m’inscrire au service de placement duquel j’espère ne rien recevoir. En fait, j’ai un grand projet.

Je veux me partir un café de location de Pug, à Amsterdam. Vous savez ces chien qui sont tellement laid qui sont beau? Vous les connaissez sûrement sans les aimer, mais vous vous trompez. Vous les aimerez.
Je n’ai pas eu le coup de foudre pour les Pugs. C’est un amour que j’ai développé tranquillement, comme mon amour pour les olives et les cornichons. Sans m’en rendre compte, cet amour m’avait envahie et pris possession de toute ma raison. Au fils des ans, mes yeux se sont aiguisés, et aujourd’hui je peux apercevoir un Pug au loin à travers un épais brouillard.

J’éprouve tellement d’amour pour les Pugs que c’en est difficile à vivre. On m’a déjà dit en pleurs qu’on craignait pour ma vie. Et si jamais je voyais un Pug de l’autre côté de la rue, aurais-je la vigilance de considérer les autos qui nous séparent avant de m’élancer vers lui?
J’ai tellement de respect et d’admiration pour les Pugs que je n’en veux pas. Les passions peuvent être vicieuses. Je préfère plutôt les voir dans les parcs et dans la rue, pour ensuite me présenter à leurs coquines maîtresses pour les flatter et déplier leurs queues éternellement timides.
À Amsterdam, c’est bien beau le sexe, la drogue, le Rock n’ Roll et tout ça, mais ça manque d’amour. Le Love comme dirait J-C Van Damm.
Ça ne sert à rien de refaire ce qui se fait déjà, alors je vais innover.
Ce que je veux ouvrir c’est un café nouveau genre, pour l’amour particulier des Pugs.

C’est un concept simple. Tu entres, tu prends un café et tu te choisi un Pug à flatter. On le choisit sur la liste agrémentée de photos. Les taux horaires différerents selon le choix et la location vient avec un sac contenant ce qu’on peut lui donner, ses jouets, ses bonbons, etc…
Étant donné qu’Amsterdam est le terrain de jeu des adultes et qu’il sert à circonscrire la luxure et autres passions, mon café aux pugs serait pertinent.

Le décor sera sobre. En toute simplicité, le sol sera en gazon synthétique et un ciel sera peinturé sur le mur… un peu comme le décor des teletubbies.

C’est normal qu’au bout d’un certain temps la clientèle commence à décliner. C’est pourquoi j’ai prévu l’évolution de mon café.
J’amènerai progressivement de nouvelles espèces à base de pug pour titiller constament les amateurs.

Je compte utiliser la merveilleuse compatibilité des gênes canins pour créer de sublimes hybrides : Le Pugbrador, le Puguinois, le Pittpug, le Pugdle, le Pug allemand, le Grand Pug (ou Pug Danois) et finalement, le célèbre et dégueulasse Pugwawa.

Au fil des années, ma meute de chien à louer va vieillir, je le sais. Comme pour la viande de veau, il y en aura qui ne voudront pas louer mes chiens âgés et qui désireront des chiots toujours plus jeunes. Comme dans les pires bordels d’Asie, il y aura sur mon menu, pour les aficionados les plus tordus, des chiots n’ayant encore jamais été flattés.
« Café aux pugs » je l’appellerai. Je le traduirai en Néherlandais et je vous inviterai.


Je termine ma débilerie par une question à laquelle j’ai trouvé la réponse ce matin: Qu’est-ce qui réveille plus qu’un expresso?
Une machine à expresso qui explose parce que t’as mis du lait au lieu de l’eau dans le réservoir.

<< Truc précédent|Premier truc >>

Articles similaires

J’exagère un peu parce que vous ne comprenez rien quand je n’exagère pas du tout

22 septembre 2006

La phrase n’est pas de moi. Elle est de Foglia, ce chroniqueur adorateur des chats et des vélos. Et elle dit en substance ce que j’ai toujours pensé de la chronique. Il n’y a pas d’espace pour le sérieux là-dedans. Il s’ensuit que le Polyscope — un journal qui a érigé la chronique au statut de règle de conduite — n’est pas un journal sérieux. C’est d’ailleurs pourquoi, quand j’entends des réactions offusquées sur...

Lettre d’amour à mes snoozes

28 septembre 2007

J’étais à vélo et je roulais vite. Vraiment vite... Profitant du soleil et du service d’emprunt de vélo de l’audio-visuel de Poly, je me suis retrouvé à grande vitesse dans les rues de Montréal. J’essayais depuis déjà deux jours, sans succès, d’écrire un article. J’avais commandé à mon hémisphère gauche un article sur un sujet vaste — la surutilisation des Snoozes chez les étudiants — et c’est à cet instant que la moitié gauche...

Page blanche

23 mars 2007

Ma dernière page blanche de l’année scolaire. Comme toutes les autres, je vais laisser couler mon imagination jusqu’à ce que mes mots aient envahi toute la feuille. Je suis plus fort qu’elle et je vais la défricher telle une savane africaine fertile. C’est en effet le dernier Truc à Renaud avant septembre et c’est tant mieux, je suis tanné. C’est pas comme si je pouvais mettre ça dans mon C.V. ou même en parler...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+