Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Shaolin Tohu

Le 24 septembre dernier se déroulait à la Tohu une présentation de JUNGA : Descendants du dragon. Huit moines Shaolin venus tout droit de Chine accompagnés de quatre jeunes femmes acrobates et contorsionnistes de l’Imperial Acrobats of China. S’ensuivaient alors des démonstrations d’arts martiaux et d’acrobaties dans un décor simple mais exceptionnel soutenu par une musique tout aussi légère et belle à entendre. Des histoires nous ont été alors racontées tout au long du spectacle à travers les démonstrations de Kung-fu. Le dépaysement est garanti sans oublier le spectacle. En effet, ces jeunes moines à peine âgés de 15 à 21 ans ont su nous séduire en accomplissant des figures martiales extraordinaires, ou encore des exploits surnaturels comme résister à des lances que l’on essaie de percer dans le corps, ou encore à un tapis de clous, ou briser des barres de fer avec son crâne. Bref, on a été ébloui par ce spectacle. Il y eu évidemment une démonstration de maniement d’armes et de corps à corps lorsqu’on a assisté à un combat entre les moines et des envahisseurs.

Sur scène on a eu droit à des représentations des quatre acrobates débarquées de Beijing. L’impression était immédiate, elles sont plus que douées, ce sont des petites génies de la contorsion et de l’acrobatie. Dans des costumes fabuleux représentant étrangement les saisons de l’année, elles performent des chorégraphies de danse, maintenir en équilibre plusieurs objets (oui, oui elle peut tenir quatre parapluies par exemple tout en les faisant pivoter), ou encore la fameuse escalade aidée par un long tissu afin de faire des figures en « plein air » si je puis dire.

Pour résumer, ce fut un spectacle magique, beau, pleins de chorégraphies de Kung-fu (chose que j’adore particulièrement), une ambiance bel et bien chinoise et des performances époustouflantes. La Tohu s’est vraiment surpassée cette fois-ci en invitant cette troupe du fin fond de la Chine moderne pour nous présenter une Chine dont l’histoire ne cesse d’alimenter l’imagination de beaucoup. Si vous avez donc l’occasion d’aller les voir alors n’hésitez pas, sinon ne vous inquiétez pas, le programme de la Tohu cette année risque bien de vous plaire alors informez-vous vite sur leur site web, www.tohu.ca.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Ah ces Japonais!

28 septembre 2012

Ah ces Japonais! Toujours là pour repousser les limites avec des idées bonnes ou moins bonnes...   Une rumeur court, sur le web, disant que les Japonais auraient inventé du jambon en poudre. C’est-à-dire qu’en mettant une poudre blanche dans une sorte de liquide verdâtre, la poudre entrerait en réaction chimique avec le liquide pour se solidifier et obtenir une belle tranche de jambon rosée.   Est-ce-vrai ? D’autres disent que c’est seulement un bonbon...

Lettre ouverte de Poirier au maire de Montréal

14 avril 2010

Lettre de Ghislain Poirier au maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, concernant le désormais célèbre incident de la SAT du mois dernier: http://www.poiriersound.com/2010/04/13 En espérant que cette lettre parvienne à trouver un écho ailleurs que parmi les cercles de gens déjà au courant de cet évènement. Peut-être que l’intervention de Poirier saura attirer l’attention de quelques médias « traditionnels », qui ont toujours la capacité de faire circuler la nouvelle. Mises à jour :...

Oroonoko

26 février 2013

Je n’ai jamais été enclin à utiliser un style d’écriture précis, n’y d’utiliser un modèle préparé à l’avance. Quand je lis un article où une critique sur une pièce de théâtre, je n’ai pas envie de me heurter à un style scientifique ou encore à un article typique dénué d’âme et ne servant qu’à décrire sans artifice une chose. Ceci est un bien drôle de préambule me direz-vous et je vous y donnerai raison,...