Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Vous mouillerez vos culottes durant POP Montréal

Ce titre ne vient pas de moi, c’est les organisateurs eux-mêmes qui me l’ont envoyé. Et je dois avouer qu’ils ont raisont : de l’avis de tous les amateurs de la scène rock-pop indie de Montréal, qui donne naissance aux meilleurs groupes planétaires de la décennie actuelle (Arcade Fire n’étant que le plus illustre exemple), le festival POP MONTRÉAL est un des évènements musical à ne pas rater dans la métropole. On est loin ici des FrancoFolies qui nous offrent des artistes pop pas toujours très intéressants. Bien sûr, le festival a principalement lieu dans les salles indie du Plateau, mais des salles de spectacles tel que le National, dans le Village, accueilleront également des bons groupes.

Cette sixième édition se déroulera du 3 au 7 octobre et vous fera danser jusqu’à épuisement total. Pire qu’un examen d’équations différentielles. Parmi les 300 représentations qui se dérouleront la semaine prochaine, on retrouve Patrick Wolf et Islands. De fameux talents locaux s’y rajoutent: A-Track, Chromeo, Sunset Rubdown et Megasoid, de la sensation des clubs français Yelle, des fameux avant-gardistes du hip hop Daedalus, Dj/Rupture, Kid Sister, Cool Kids et Glitch Mob, ainsi que toutes sortes d’incroyables artistes qui défient les genres, tels que Caribou, Qui, Final Fantasy, Ron Sexsmith, Fujiya and Miyagi, Chad Van Gaalen, et Gary Lucas.
Des billets sont déjà en vente, et une passe pour la semaine est disponible au coût de 70$. Les horaires complets sont disponibles sur le site du Pop Montréal : http://popmontreal.com
Pour ma part, je serai dans les salles de spectacle toute la semaine. Vous pourrez lire mes différentes critiques et voir des photos exclusives des spectacles sur mon blog : http://chez-bigi-academie.blogspot.com.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.