Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

GAMIQ : Éloge de la scène musicale montréalaise

Dimanche soir dernier, au Métropolis, avait lieu la deuxième édition du GAMIQ (Gala de l’Alternative Musicale Indépendante Québécoise), qui met à l’honneur les musiciens de la scène locale. Animé par le comédien Rémi-Pierre Paquin (Les Invincibles) et la chanteuse Kim Bingham, le GAMIQ a offert un survol complet de la diversité de la scène locale en récompensant des artistes de tous le genres musicaux et en offrant plusieurs prestations d’artistes invités, durant la soirée, en plus de celles de l’orchestre maison dirigé par le guitariste Sunny Duval des Breastfeeders. Dans certaines catégories, les lauréats étaient plutôt prévisibles, tels les trophées « Meilleur album punk » , « Meilleur album hip-hop » et « Meilleur album métal/hardcore » qui ont été respectivement décernés aux Vulgaires Machins (Compter les Corps), à Omnikrom (Trop Banane!) et à Voïvod (Katorz). D’autres catégories réservaient plus de surprises, tel que « meilleur album électro » où figuraient, entre autres, parmi les nominés les très populaires Ghislain Poirier, Kid Koala et Numéro#, et qui fut remporté par ces derniers avec leur album L’idéologie des stars. Le trophée « Meilleur album indie pop » fût remporté par Patrick Watson, en tournée au moment du gala, avec l’album Close to Paradise, malgré la présence de noms comme Dumas et Vincent Vallières dans la même catégorie. Patrick Watson fût aussi couronné « Artiste de l’année » et « Auteur-compositeur de l’année ». Le désormais groupe-culte Arcade Fire a également remporté plusieurs trophées, soit « Carrière internationale de l’année », « Meilleur album indie-rock » (Neon Bible) et « Spectacle de l’année ». Après avoir connu une ascencion fulgurante cette année, le duo Tricot Machine fut désigné « Révélation de l’année », en plus de remporter le trophée du «Meilleur album chanson » avec leur premier album, éponyme, dont ils présentèrent un extrait durant le gala. Les autres lauréats furent Les Frères Cheminaud («Meilleur album folk/country », Les Hommes des Tavernes), Marco Calliari (« Meilleur album world/trad », Mia Dolce Vita !), Les Georges Leningrad (« Meilleur album expérimental », Sangue Puro) et Xavier Caféine (« Meilleur album rock’n’roll », Gisèle), dont il a offert une excellente prestation de la chanson-titre.
Parmi la douzaine d’autres prestations au courant de la soirée figuraient, entre autres, celle du rappeur SoCalled, qui mélange hip-hop, musique klezmer, et électro ; Pawa Up First, qui font de l’électro-jazz-rock aux ambiances cinématographiques ; les United Steel Workers of Montreal, un groupe folk-country aux textes urbains et très actuels; ainsi que deux parodies hilarantes des Moquettes Coquettes. La mi-gala fût notamment ponctué par un hommage au défunt groupe montréalais Me, Mom & Morgentaler, pour son rôle de pionnier au sein la scène musicale montréalaise. Avec plus d’une cinquantaine d’artistes différents en nomination, le GAMIQ est l’occasion idéale de découvrir tout ce que notre scène locale a à nous offrir, et avec un prix d’entrée de seulement 10$ pour le grand public, ce gala est un événement incontournable à inscrire à votre calendrier pour l’automne prochain.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+