Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les carabins écrasent l’UQAM

Le duel s’annonçait pratiquement inégal dès le départ en ce 23 septembre 2007, puisque les Carabins de l’Université de Montréal occupaient le 2e rang du classement de la conférence québécoise alors que les Citadins de l’UQAM montraient une fiche de trois défaites en trois rencontres. Les Carabins n’ont pas déçu en l’emportant aisément par la marque de 10 à 0.

Début de match plus que convaincant Dès la 5e minute de jeu, les Bleues ont prouvé leur supériorité alors qu’Émilie Mercier y est allée d’une montée spectaculaire avant de remettre le ballon à Catherine Parizeau Lamoureux qui, fin seule, n’a eu qu’à le dévier dans le fond du filet. Par la suite, on a ouvert les effluves. En 20 minutes de jeu, les Carabins ont marqué à 5 reprises sur 8 tirs cadrés. Marie-Pier Lavallée, Nadège Akamse, Véronique Laverdière à deux reprises et Émilie Mercier, ont toutes trouvé le fond du filet avant la fin de la 1re mi-temps.

Aussi dominantes en 2e demie La 2e demie a été à l’image de la 1re. Les Carabins ont marqué à 4 reprises. Emmanuelle Béliveau-Labrecque, Véronique Laverdière avec son 3e du match, Zorah Bendouah et Catherine Delmas-Frenette ont complété la marque.

Malgré 10 buts alloués, la gardienne de but des Citadins, Évelyne Fleury, a été nommé joueuse du match du côté de l’UQAM. Il faut dire qu’elle a fait face à un véritable bombardement au cours de l’après-midi, faisant face à un total de 28 tirs.
De l’autre côté, Véronique Laverdière est la seule joueuse des Carabins à avoir marqué plus d’un but. Son tour du chapeau reflète bien l’excellence de son jeu depuis le début de l’année, elle qui a déjà marqué 8 buts en cinq rencontres.
La prochaine compétition des Carabins aura lieu vendredi prochain le 28 septembre à Concordia. Les deux équipes s’affronteront à nouveau dimanche au CEPSUM dans le 2e match de l’aller-retour. La rencontre de dimanche débutera à 13h.

Mots-clés : Soccer (9)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.