Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le Polygate

Polytechnicien, Polytechnicienne l’heure est grave !
Je dénonce, Oui je dénonce!! L’infâme, la cupide, l’horrible machination, je dirais même la conspiration… Le Polygate !! Après une enquête approfondie, minutieuse et grâce à l’aide d’informateurs que je ne garderais pas anonymes; j’ai pu mettre à jour cette affaire troublante qui a de nombreuses similitudes avec celle du Watergate des Etats-Unis de 1974. Scandale qui a poussé l’ex-président des Américains à démissionner… Mes investigations et une longue enquête polyscopiale lèvent le voile sur des pratiques illégales à grande échelle au sein de l’administration polytechnicienne.

L’année 2006/2007 a été une année d’élection, il fallait nommer un nouveau directeur général à Polytechnique. Le président sortant Mr Papineau que l’on sait pro-étudiants et à qui on doit la construction du pavillon Lassonde et de nombreuses réformes terminait son mandat exceptionnel de 5ans. Pour le remplacer, trois candidats : Mr Rousse, Mr Lafleur ainsi que Mr Guy. Bien qu’ayant l’appui de la communauté étudiante, Mr Rousse n’a pas été recommandé par le conseil de consultation ; à la surprise générale ce fut Mr Guy qui décrocha le gros lot. Il réussit à convaincre le conseil avec sa position sur des valeurs plus conservatrices : « le bon vieux temps tout le temps ». Fier de son nouveau mandat de président, Mr Guy plaça des proches à la tête des postes stratégiques comme celui de Directeur du SDI (Surveillance Des Ingénieurs), celui du BAA (Bureau des Affaires Accablantes) et enfin la SEP (Service d’Espionnage Polytique). L’un des anciens collaborateurs de Mr Guy, à l’époque où il était toujours directeur de la recherche et de l’innovation, m’a confié que Mr Guy n’a jamais caché à ses collaborateurs son souhait de voir disparaitre la bière et tous les comités, à l’éducation ou encore festifs, de Poly.

Cette affaire commence dans le contexte suivant ; au mois d’avril Mr André Tanguay directeur des ressources financières et matérielles de l’école déposait un projet de nouvelle politique sur la consommation de boissons alcoolisées. Si la révision de cette politique était annoncée depuis plusieurs mois, son élaboration s’est déroulée derrière des portes closes, n’impliquant d’aucune façon les associations étudiantes, dont celle qui détient le seul permis d’alcool permanent de l’établissement et en supervise l’utilisation. Chez les étudiants, on connaît bien la tactique qui consiste à annoncer les mesures défavorables quand les campus sont vides, de façon à étouffer dans l’œuf toute velléité de mobilisation*. Dans la nuit du 17 Mai 2007, cinq cambrioleurs (dont trois de HEC), repérés par un employé d’Aramark, sont surpris dans le local de Polyparty. Ces hommes qui transportaient du matériel d’écoute, ressemblaient plus à des agents secrets qu’à des étudiants en marketing. Après leur arrestation par les agents de sécurité on a retrouvé en leur possession un carnet d’adresse qui attire particulièrement l’attention, on y trouve les coordonnées d’une certaine Agnès G. Cette femme en question est en effet un des anciens chefs du SDI et du SEP, et surtout un membre du Comité pour la réélection du Président de Polytechnique, troublant non ?

Dans un premier temps, à partir des informations recueillies directement sur les cambrioleurs, je parvins à remonter les fils du financement occulte de la campagne électorale de Mr Guy qui fut opéré notamment grâce à la somme récoltée par les frais technologiques. Ces espions, supervisés par un inconnu se faisant appeler Ashe Péhaire, avaient pour but de mettre les membres de Polyparty et du PINEP sur écoute et ainsi laisser le loisir à Mr Guy de connaitre tous les détails de l’initiation de l’automne 2007. Je suppose ainsi que c’est à partir de ce moment qu’il a pu mettre en place cette machination diabolique…

Autre fait marquant : Un informateur infiltré à l’AEP, Tanps, étudiant en génie mécanique m’a confirmé que l’un des étudiant qu’il a intégré, lors du party de la journée d’initiation, lui a certifié qu’il finirait avec une mention d’excellence à Poly sans même avoir suivi ne serait-ce que le cours de RDM…re-troublant non ? Tanps voulu en savoir plus c’est alors qu’il demanda à son comparse saoul quel était son secret pour réussir Poly ? Et là chers lecteurs, lectrices…l’improbable, l’inimaginable ce produisit ; il lui dit qu’un membre Très Haut placé de l’administration lui avait certifié, comme Jésus (le vrai) transforma l’eau en vin, qu’il transformerai ses D et C en B, s’il laissait échapper certains détails de son initiation à son journaliste à scandale de père. Oui mes amis, le fils du diable, celui par qui le trouble est arrivé, celui qui amena la peste, la famine et la peur à Poly est dans notre antre !!!! Haaaa ce traitre d’initié, il mériterait qu’on lui enlève sa semaine de relâche, le salaud !!!

Donc nous savons maintenant que ce n’est pas le hasard de l’actualité, ni l’émergence d’une l’idée hasardeuse d’emmerder la communauté polytechnicienne et encore moins la volonté de trouver un coupable à l’effondrement des ponts et viaducs qui à poussé Mr Martineau à écrire son fallacieux article sur notre école. C’est un complot, une machination diabolique digne de l’administration américaine, orchestrée par les hautes instances dirigeantes de Polytechnique. Maintenant qu’il a les pleins pouvoirs et un article de journal sorti tout droit des crasses de la presse montréalaise, qu’est ce qui empêche notre cher et tendre DG de voir son rêve le plus cher se réaliser, hein? Bush voulait une raison pour attaquer l’Irak, il l’a eu grâce à la complicité de son administration, Mr Guy voulait voir la bière disparaître, c’est chose presqu’acquise, toujours avec cette même complicité. Alors étudiants, étudiantes mobilisons nous, faisons barrage au régime totalitaire, despotique !
Mon enquête m’a permis, au cours de son instruction d’
une semaine et demie, à la conclusion que certains proches de Christophe Guy ont été coupables d’obstructions à la vie étudiante, faux témoignages, écoutes clandestines, détournements de fonds et pour finir Faux et usage de faux. Ces révélations du Polygate vont elles pousser à remettre en cause l’intégrité de l’administration et notamment des agences polytechnicienne de renseignement?

Articles similaires

Poly pubs pour les Poly portes ouvertes

23 janvier 2004

Ceci est un message subliminal surperfectionné, débité suite à un réveil postraumatique. Vous étudiez à l'École Polytechnique ? Vous habitez près d'une Polyvalente ? Vous dormez dans une Polyclinique, mangez à la Polycantine ? Vous aimez le Polysport ? Les Polyshows ? Le Polythéâtre, la Polyradio ? Vous êtes un as de la Polyconnerie ? Seriez-vous Polydébiles ? Trop tard ! Plus d'espoir pour vous, vous êtes démasqués ! Sur les ondes de CKOI...

Édit-toto

9 octobre 2007

Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans la santé, parce que la population vieillit, et qu’on a besoin d’hôpitaux pour s’occuper de nos aînés. Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans les infrastructures routières, désuètes, qui semblent maintenant tellement mal en point qu’elles risquent de s’effondrer. Par contre, il faut avoir de l’argent pour pouvoir investir. Tout ça coûte cher, et le lourd système de gestion de l’état...

Nouveaux progreammes

25 août 2005

« Le TC est mort, vive le TC » Le TC, c’était un long et difficile périple qu’empruntaient tous les nouveaux étudiants venus faire un pèlerinage. L’aventure de quatre années — et plus si affinités — finissait souvent en déconfiture lorsque lesdits pèlerins avaient quelque mal à saisir les subtilités de la résistance des matériaux, telles que les entendait un prof impénitent. Ce périple, c’était le tronc commun. Le tronc commun a longtemps été...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.